publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Baisser la vitesse sur le périph, à quoi ça sert ?
16-12-2013
Mots clés
France

Baisser la vitesse sur le périph, à quoi ça sert ?

Taille texte
Baisser la vitesse sur le périph, à quoi ça sert ?
(Crédit photo : MPD01605)
 
Dès janvier, les automobilistes franciliens seront limités à 70 km/h sur le périphérique. Cette mesure ne fera que peu baisser le bruit, la pollution et les accidents. Pour l'instant.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

A partir du mois de janvier, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien va être réduite à 70 km/h, a révélé Le Monde ce lundi. L’objectif ? Il est triple selon le maire de Paris qui défend cette idée depuis de nombreuses années – et fait valoir qu’il ne faudra que 2 minutes de plus pour parcourir la moitié de l’anneau. Il s’agit de réduire les trois plaies du périph : le bruit, la pollution et les accidents. Sauf qu’aucune étude sérieuse ne permet de confirmer un impact notable dans chacun de ces domaines.

- Accidents : un impact très faible

Plus les voitures roulent vite, plus il y a d’accidents. Et vice versa. Les promoteurs du périph à 70km/h s’appuient sur cette règle vérifiée dans le monde entier depuis les années 1970. Mais il ne faut pas s’attendre à des changements de taille. En effet, la vitesse moyenne est déjà de 40 km/h seulement sur cette rocade, ce qui veut dire que la plupart des automobilistes ne vont pas changer d’allure avec la nouvelle réglementation. Quant aux tronçons les plus dangereux, ils sont déjà limités à 50 km/h. Ainsi, Chantal Perrichon, la porte-parole de l’association Ligue contre la violence routière, recommande une baisse générale des vitesses sur les routes de France... mais pas nécessairement sur le périph. « Il n’y aura pas de répercussion majeure sur l’accidentalité. Avec la mise en place des radars (en 2004, ndlr), on est passé de 15 morts à deux ou trois tués par an, le périphérique est maintenant une voie sûre », indique-t-elle, interrogée par l’agence AFP.

- Bruit : un impact faible

Attaquons-nous ensuite au bruit. Selon l’association Bruitparif, l’impact de cette mesure sera « peu perceptible par l’oreille » puisque limitée à un décibel. De quoi tout de même faire passer de 37 300 à 34 100 le nombre de personnes exposées à des nuisances sonores dépassant la valeur limite de nuit, selon les calculs de l’organisme régional. L’association réclame, elle, une baisse de la vitesse limite autorisée à 50 km/h pour parvenir à une baisse audible du bruit, soit environ 3 décibels.

- Pollution : personne ne sait

Peut-on affirmer avec certitude que la pollution va baisser ? En tout cas, aucune étude sérieuse n’a été menée sur ce point, confirme Karine Léger, adjointe au directeur d’Airparif, l’organisme chargé des études dans ce domaine. Celle-ci rappelle tout de même que « l’optimum de vitesse pour lequel une voiture émet le moins de pollution se situe entre 40 km/h et 70km/h » et conclut donc : « On peut penser que cette mesure va dans le bon sens pour réduire la pollution pour les automobilistes et les 100 000 personnes qui vivent à moins de 200 mètres du périphérique. »

Pour comparaison, une étude a été menée sur les conséquences d’une éventuelle baisse généralisée des vitesses sur plusieurs axes routiers de Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Résultat : une très légère hausse des émissions de benzène (notamment parce que les voitures ont roulé un peu plus longtemps) mais une très légère baisse des autres polluants dont les particules fines et le dioxyde de carbone. A titre de comparaison, la seule amélioration technologique des véhicules particuliers a fait baisser les émissions de pollution de manière bien plus importante en région parisienne. Et ce alors que la voiture idéale à 2 litres aux 100 n’est pas encore au catalogue.

- Peut-on faire autrement ?

Certains ont pensé à couvrir le périphérique. Les habitants des quartiers chics de l’Ouest parisien ont y déjà droit. Mais la mesure coûte très cher et ne permet pas de réduire, in fine, la quantité de pollution émise. « Pour réduire la pollution dans des proportions notables à l’échelle de la région parisienne, la seule solution est de réduire le trafic », assure Karine Léger. Pour ce faire, on peut continuer à réfléchir à l’avenir – voire à la mort – du périph et baisser la vitesse à 70 km/h est un premier pas. On peut aussi taxer ou interdire les véhicules polluants : l’idée a failli être expérimentée dans sept villes françaises... avant d’être jugée injuste socialement et annulée en septembre 2013. On peut aussi favoriser les mobilités douces ou développer des systèmes très efficaces et peu coûteux comme les cars pour périurbains. Et rappeler qu’en dehors du cas particulier du périph, réduire la vitesse des voitures est toujours une bonne idée.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ce midi je devais aller à un rendez-vous à Paris. J’avais le choix : faire 10km en voiture, laisser mon véhicule au parking à Cergy, prendre le train puis rentrer idem. C’est ce que je faisais généralement jusqu’à ce que les places de parking non-payantes disparaissent.

    Aujourd’hui, pour l’aller et retour en voiture, j’ai payé 4,80€ de stationnement à Paris, un peu plus de 8€ d’essence – je roule en hybride, donc faible pollution/consommation en intra-muros– et j’ai pu en profiter pour faire des courses encombrantes et pesantes.
    Départ de 10km après Cergy, à 11h. Pas de ralentissement. Arrivée garée (après recherche)à Bastille à 12h10 en respectant la limitation à 70 sur le périph (...et ça roulait à 70, pas 40 !) Retour à 15h, arrivée 16h10 à la maison. Hors période de fête, rien d’exceptionnel à ces heures là.

    Maintenant que toutes les emplacements de parking possible à Cergy-le-Haut sont en concessions -avec paiement de l’heure entière dès qu’on dépasse d’une minute (une scandaleuse spécialité française) le choix est vite fait : 13,10€ de RER + 5 € minimum de parking à Cergy : pour ne rester que de 10h30 à 16h30, repas et trajet compris, faut pas trainer ! Si je veux en profiter pour faire une course Il faudra ajouter enroe deux tickets de métro et au moins une heure de parking de plus, obligatoirement.
    Total : facilement 20€ le déplacement en transports en commun, sinon plus.

    Oui, les habitants de mon village qui vont polluer à Paris - avec des diesel, eux– deux ou trois fois par semaine parce que, aujourd’hui, pour prendre les transports en commun quand on habite loin d’une gare de RER, il faut en avoir non seulement le temps mais aussi les moyens !

    S’il était moins coûteux de laisser son véhicule près des gares éloignées d’Île-de-France, beaucoup reprendraient le RER. Or, il a été calculé qu’il suffirait de 10% de circulation en moins dans Paris pour changer la vie de tous. Alors ? A qui profite le crime de l’arnaque des tarifs de parkings ?

    Merci nos édiles, Merci nos législateurs, Merci Vinci et consorts !

    9.01 à 22h10 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Je suis étonné des réserves émises et du manque d’enthousiasme pour une telle mesure, votre journaliste laisse transparaître "l’homo automobilus" sous une apparence d’objectivité. Il prétend manquer de chiffres pour douter de l’opération alors que ceux-ci ne manquent pas !
    Juste un baisser la vitesse de 10% c’est réduire la consommation de plus de 10% et donc des pollutions qui y sont liées. Surtout votre journaliste ne parle pas de la fluidité améliorée qui permettra d’éviter bien des bouchons et donc contrairement à ce que pense Noldar à ne pas augmenter les temps de parcours.

    7.01 à 16h31 - Répondre - Alerter
  • Ce n’est peut être la meilleure solution mais cette nouvelle limitation de vitesse sur le périph est quand même un exemple d’effort fait afin d’essayer de régler certains problèmes. Certains automobilistes vont peut être raler et il faudra redoubler d’effort à ne pas enfreindre le code de la route.

    6.01 à 08h16 - Répondre - Alerter
  • On se trompe de combat et la photo qui est présentée avec votre article le confirme.
    Diminuée la vitesse sur périphérique et en général augmente le temps de trajet et diminue la vigilance.
    On parle de morts mais pas d’accidentologie, pourquoi ?
    Il faut développer les transports en commun, supprimer les points noir, communiquer sur la civilité au volant (on n’est pas seul sur la route), interdire la traversée de notre pays par les camions et enfin diminuer les échanges internationaux absurdes.
    Trop d’échanges mondiaux, trop de marchandises transportées par camion.
    A Toulouse on achète des pommes venant d’Argentine, et à 50 km de Toulouse à Castelsarrasin on vends des pommes en Argentine.........
    C’est là le combat de l’écologie responsable, pas à taxer toujours les automobilistes.
    De l’ambition SVP, pas des recettes des années 1970 c’est à dire du siècle dernier.......

    17.12 à 09h51 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité