publicité
Accueil du site > Hors-séries > Une nouvelle économie fait sa révolution > Bactéries : l’essence a de la concurrence
Article Abonné
16-07-2015
Mots clés
Automobile

Bactéries : l’essence a de la concurrence

Taille texte
Bactéries : l'essence a de la concurrence
 

Biomimétisme - Les nouvelles armes fatales des énergies propres s’appellent « feuille bionique » et Ralstonia eutropha. D’accord, ça mérite quelques explications. Vous vous souvenez de vos cours sur la photosynthèse, qui permet aux plantes de produire de la matière organique à partir du soleil et du CO2 de l’air ? Des chercheurs de Harvard s’en sont inspirés afin de « récolter l’énergie du soleil pour la stocker sous forme de combustible liquide », indique la biochimiste Pamela Silver sur le site de l’université américaine.

2,6 milliards d’années d’évolution

Concrètement, les scientifiques ont conçu une feuille artificielle « bionique », qui à l’aide d’un catalyseur métallique décompose de l’eau en oxygène et en hydrogène. Grâce à ce dernier et à du dioxyde de carbone, la bactérie Ralstonia eutropha produit de l’isopropanol, un combustible pouvant servir d’additif à l’essence.

« En un an et demi, nous avons déjà atteint l’efficacité de la photosynthèse, qui a nécessité 2,6 milliards d’années d’évolution », se réjouit le chercheur Daniel Nocera. L’objectif est de passer à 5 % d’efficacité, contre 1 % actuellement. L’objectif final : produire de l’énergie facilement et localement. Oui, la nature est bien faite ! 


Expérimentation menée depuis 2014

Objectif d’efficacité de 5 %

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité