publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Avec le « crowdfunding », le collectif remporte la mise
Article Abonné
28-03-2013
Mots clés
Finance
Société
France
Monde

Avec le « crowdfunding », le collectif remporte la mise

Taille texte
 Avec le « crowdfunding », le collectif remporte la mise
(Crédit illustration : Guillaumit pour « Terra eco »)
 
En cette période de crise, le financement participatif, séduit de plus en plus. Après le secteur culturel, il s’empare de l’univers des projets citoyens et solidaires.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 46 - avril 2013

Vélo : les Français en sont fous !

En novembre 2011, l’Anglais Andrew Denham lance, sur le site Peoplefund.it, une campagne de « crowdfunding » (« financement participatif », en version française). Un an plus tard, il raconte la naissance de l’« Académie du vélo », grâce au succès de l’opération. « Nous avons réussi à collecter plus de 40 000 livres (46 000 euros) en six jours de collecte, se souvient-il. Alors qu’une banque aurait pu me demander de formater mon projet, le crowdfunding m’a permis de rester libre, de tester l’idée et de trouver mes premiers clients. » L’école, ouverte en 2012 dans la ville de Forme, près de Bristol (Royaume-Uni), apprend aux élèves à fabriquer un vélo de A à Z à partir de matériaux de récup. Le premier exemplaire est envoyé en Afrique, et les apprentis ont ensuite libre accès à l’atelier pour construire leur modèle.

Un nouveau pont à Rotterdam

Depuis la création des premières plateformes, en 2007, le crowdfunding est en plein essor. Près de 1,5 milliard de dollars (1,15 milliard d’euros) ont été récoltés, en 2011, sur les 450 sites ouverts à travers le monde, selon une étude du site Crowdsourcing.org, publiée en mai dernier. Signe que le secteur décolle, les prévisions de croissance étaient de 91 % en 2012 ! Nouveau canal de financement de la culture et des médias – films, albums, documentaires y trouvent un soutien salutaire –, le crowdfunding s’élargit à l’entrepreneuriat, au financement de projets citoyens, à l’environnement, à l’urbanisme. Le site néerlandais Imakerotterdam.nl a ainsi permis de financer un pont, à Rotterdam, pour réhabiliter un quartier en déshérence. La science aussi s’y met, avec Iamscientist.com, qui soutient des projets de recherche proposés par des chercheurs.

Une économie de la confiance

Il existe plusieurs modèles de financement. Kickstarter.com, leader aux Etats-Unis avec près de 320 millions de dollars (245 millions d’euros) récoltés en 2012, ou le Français Kisskissbankbank.com reposent sur une logique de don contre rétribution en nature. D’autres, comme Babyloan.org, fonctionnent sur le mode du prêt. D’autres encore proposent d’investir dans des projets d’entreprise et de toucher des intérêts en cas de succès. Une sorte de boursicotage 2.0, où les citoyens remplaceraient les banquiers.

Un modèle de rupture ? « La motivation principale est d’être utile avec son argent. Nous proposons les mêmes fonctionnalités que l’épargne, mais dans un cadre beaucoup plus transparent », affirme Maxime de Rostolan, fondateur de Bluebees.fr, plateforme qui permet d’investir dans des start-up du Sud qui ont besoin de 2 000 à 200 000 euros et ne sont éligibles ni auprès des banques, ni auprès des organismes de microcrédit. « Il ne s’agit pas seulement d’obtenir un retour sur investissement. L’internaute accompagne le projet sur le long terme. »

Crowdfunding ne rime pas nécessairement avec « solidaire », mais le système fonctionne selon une logique communautaire, basée sur la confiance dans celui qui porte le projet. « Sur Kisskissbankbank.com, la contribution moyenne s’élève à 50 euros. Il s’agit d’un micromécénat qui crée du lien social, de l’optimisme et de la confiance en soi. Des valeurs existentielles et émotionnelles avant d’être économiques », souligne Vincent Ricordeau, fondateur du site, qui revendique 3 millions d’euros levés depuis sa création, en 2010. Les projets de crowdfunding qui réussissent sont ceux sur lesquels on a envie de miser, dans tous les sens du terme. « Beaucoup de contributeurs à la collecte sont ensuite devenus bénévoles pour l’Académie du vélo, raconte Andrew Denham. L’investissement financier est mû par un désir d’appartenance à un projet qui a du sens. » Une autre vision de la valeur ajoutée. —Signe que le secteur du « crowdfunding » décolle, les prévisions de croissance étaient de 91 % en 2012 !


Les leviers d’une levée réussie

La plupart des sites fonctionnent sur le même modèle – un objectif de collecte fixé par le porteur de projet, à remplir en un temps limité – et se financent par une commission, oscillant entre 5 % et 10 %. Tous les projets ne réussissent pas. Le taux d’échec tourne autour de 50 % sur toutes les plateformes.

- Faire campagne sur tous les réseaux

« Il faut faire des mailings, répéter le message avec un angle délicat et original, trouver les bons visuels, faire des blagues », raconte Charlotte Richard, salariée de Kisskissbankbank, qui a levé 5 000 euros, en 2012, pour financer un « hackathon » pour son asso, Voxe, comparateur de programmes politiques. Organiser une campagne virale sur Facebook et Twitter, un blog et/ou un site est essentiel.

- Instaurer la confiance

Selon Andrew Denham, derrière l’Académie du vélo, « le marketing d’un projet de crowdfunding doit être transparent et honnête ». Il ne s’agit pas de survendre mais d’être clair sur ses objectifs et les risques que l’on fait prendre aux donateurs.

- Etre réaliste

Fixer des objectifs réalistes est le meilleur moyen de réussir. Il faut avoir évalué la capacité de son projet à fédérer rapidement une communauté. Sur Kisskissbankbank.com, 80 % des projets qui collectent plus de 30 % vont au bout. Il faut être rapide à l’allumage. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité