publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > « Nous détruisons nos richesses pour tenter de cesser de nous appauvrir (...)
16-03-2012
Mots clés
Finance
Economie
Europe

« Nous détruisons nos richesses pour tenter de cesser de nous appauvrir »

Taille texte
« Nous détruisons nos richesses pour tenter de cesser de nous appauvrir »
(Crédit photo : Jerzy Kociatkiewicz - flickr)
 
Selon l'économiste Alain Grandjean, notre vision de la richesse, trop court-termiste, nous pousse à dilapider notre patrimoine.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Pourquoi les politiques d’austérité en œuvre en Europe semblent quand même en partie acceptées par l’opinion ? Deux arguments liés l’un à l’autre font mouche en général :

- un Etat ne peut pas durablement dépenser plus qu’il ne gagne ; nous ne pouvons pas « vivre au-dessus de nos moyens »

- il va bien falloir payer maintenant pour les excès passés et « purger nos montagnes de dettes »

Ce « bon sens » apparent est difficile à contrer frontalement, même si les conséquences prévisibles des politiques fondées sur un tel raisonnement sont dévastatrices au plan économique, social et bien sûr écologique parce que l’environnement attendra ! En effet le même « bon sens » nous fait dire aussi : « Etes-vous si sûr de ce qu’il se passera au plan économique ? Le redressement des comptes publics améliorera notre compétitivité. Donc votre prévision catastrophique n’est pas prouvée. Et de toutes façons, c’est un mauvais moment à passer mais…il faut bien payer. »

Un petit détour par ce qui se passe en ce moment dans le domaine des énergies renouvelables pourrait nous aider à ouvrir les yeux. Une centaine de députés conservateurs anglais viennent de publier une lettre ouverte contre l’éolien [1]. Leur argument central ? En pleine cure d’austérité, dépenser de l’argent pour les énergies propres est, selon eux, un gaspillage financier.

Oublions le débat sur l’éolien, car l’argument avancé peut s’appliquer à l’ensemble des dispositifs visant à la transition vers une économie sobre en ressources et bas-carbone. Et concentrons-nous sur la phrase ubuesque prononcée par ces députés. Ubuesque mais pourtant largement partagée. Le propre, l’écologique (dit autrement l’économe en ressources naturelles) coûtent cher. En période de rigueur, il faut donc se résigner au sale et se contraindre à ne pas économiser nos ressources naturelles ? Pour aller mieux au plan économique, il faudrait dilapider notre patrimoine ? Le préserver serait un luxe de riche ?

Notre saine gestion revient à gaspiller notre argent

Le paysan du Danube savait que sa survie dépendait entièrement de la nature ; il ne faisait dépendre les progrès de sa condition que de son travail et de son ingéniosité. Il savait, ou a minima sentait, en quoi il dépendait de la météo, du bon état des sols, du comportement des « nuisibles », petits ou gros… Nous avons perdu ce vrai bon sens pour le remplacer par un « bon sens » inverse qui nous dit qu’il faut détruire la nature (gaspiller nos ressources) au nom de la saine gestion (ne pas gaspiller l’argent). Le diagnostic me semble clair : nous sommes en plein délire.

A quoi est-ce dû ? A mon avis, à ce qui pourrait apparaître comme une subtilité sémantique : l’usage inapproprié du mot coût dont on ne sait ce qu’il veut dire tant qu’on ne précise pas « coût pour qui ? ». Au moment où la bataille fait rage sur les coûts de l’énergie, sur ceux de la sortie du nucléaire, cela vaut le… coup d’y voir clair. Un coût microéconomique n’est pas forcément un coût macro ou socioéconomique.

Que coûte une éolienne ?

Du point de vue d’une collectivité (une nation par exemple), un coût c’est une ponction sur les ressources de la dite collectivité. Prenons l’exemple de la construction et de l’installation d’une éolienne en mer. Que coûte-t-elle à la collectivité française ?

- Des ressources matérielles et des « services écologiques ». Sa construction consomme de l’acier, des composants électroniques, du cuivre, divers matériaux et consommables… du gazole pour faire tourner les bateaux et engins de chantier ; elle use un peu les dits engins. Elle a sans doute des effets de perturbation dans les écosystèmes marins concernés. Elle a également un impact paysager.

- Des ressources humaines ensuite. Notre construction d’éolienne « consomme » aussi de la main-d’œuvre française. Mais est-ce aussi un coût pour la collectivité ? Oui, si l’économie est en plein emploi. Un travailleur a alors, du point de vue de la collectivité, d’autres emplois possibles. Qu’en est-il avec 2 millions de chômeurs et 5 millions de personnes en sous-emploi ? Dans tous les cas la collectivité « supporte » ses personnes. Autant donc qu’elle les paie à travailler plutôt qu’à ne rien faire.

- Des ressources en devises enfin. La construction de notre éolienne consomme du pétrole qu’il faut acheter à l’étranger et dont on paie la facture avec des devises qu’il faut bien se procurer en exportant l’équivalent monétaire. Pour les autres achats, tout dépend du degré d’intégration de la filière en France.

En résumé, le coût pour la collectivité n’est pas le coût pour l’opérateur qui la réalise et n’est pas une pure addition de dépenses faites pour réaliser le projet (4 millions d’euros par mégawattheure, MW ). Le coût, c’est la ponction en ressources physiques et naturelles non renouvelables, en ressources humaines et en devises. Il est donc faux ou a minima très imprécis de dire que « ce MW a coûté 4 millions d’euros ».

Ce que cette éolienne – dans sa construction et son exploitation – rapporte à la collectivité c’est bien sûr le symétrique : au plan matériel de l’énergie (qui se substitue, toutes choses égales par ailleurs, à une autre source d’énergie) ; au plan humain, du travail (c’est un bénéfice en ce moment pour la collectivité) et des devises (en évitant, si c’est bien le cas, des importations). Dans la pratique l’estimation précise de ces coûts – et avantages – réels n’est pas facile. J’y reviendrai. Revenons aux dépenses publiques.

Ce détour nous aide-t-il dans la controverse sur la politique de rigueur ? Oui, en nous conduisant à séparer les problèmes :

1) Il est exact qu’une Nation ne peut vivre durablement au-dessus de ses moyens. Mais ses moyens, ce ne sont pas les prélèvements obligatoires. Ses moyens ce sont ses ressources (matérielles, y compris énergétiques, humaines) et sa capacité à acheter hors de ses frontières.

Or, l’Etat est le garant de l’intérêt général et a la responsabilité de gérer les ressources de la Nation « en bon père de famille ». Ses critères d’une bonne gestion doivent donc être macroéconomiques et non microéconomiques. En particulier, il doit lui appartenir si nécessaire d’investir ou d’orienter les investissements privés pour économiser ses ressources rares et valoriser les ressources qui lui permettent de développer sa capacité d’achat hors de ses frontières (pour acheter hors de ses frontières il faut exporter des biens et services utiles à nos clients) pour les ressources dont il n’est pas richement doté.

Ces investissements concernent quatre domaines clefs : le patrimoine naturel et physique, les infrastructures y compris urbaines et immobilières visant à économiser l’énergie et les ressources rares importées, l’éducation et la formation, la recherche [2].

Une vision étroitement comptable du rôle de l’Etat pourrait donc le conduire à faire des choix stupides au plan collectif. C’est bien ce qui est arrivé, comme l’a montré Jared Diamond, à des civilisations entières qui n’ont pas su préserver le patrimoine naturel dont elles dépendaient. Qu’on pense à la salinisation des sols due aux réseaux d’irrigation de la civilisation mésopotamienne.

2) L’équilibre des dépenses et des recettes d’un Etat est un autre problème. L’Etat en tant qu’agent économique doit effectivement financer ses dépenses par des ressources monétaires. J’y reviendrai aussi car c’est sur ce plan que la question de la planche à billets se pose. Et que se pose la soi-disant rareté des fonds publics.

Revenons à l’essentiel : nous tombons dans le délire d’inversion quand nous appliquons des critères et des raisonnements microéconomiques à des enjeux macroéconomiques. C’est alors que nous justifions la destruction de nos richesses au motif que ce serait un moyen de cesser de s’appauvrir ! Tout comme le mot coût, le mot richesse est une source de confusion permanente. La richesse d’un citoyen est-ce son patrimoine (un stock) ou son revenu (un flux) ? Première confusion. Deuxième confusion encore plus grave : la richesse d’une collectivité c’est son patrimoine (naturel, culturel, industriel, humain) ou son PIB ? La réponse est évidente. Peut-on et doit-on appauvrir une nation (au sens réel de son patrimoine) pour l’enrichir (au sens conventionnel de son PIB) ?

Bref il est plus que temps de reprendre à la base nos raisonnements économiques.

[1] Voir l’article d’Eric Albert, Trou d’air dans l’éolien britannique, Le Monde, 29 février 2012

[2] Les pics de production de l’or et de l’argent sont passés. Les tensions sur les matières premières minérales ou agricoles ne sont pas la résultante de la seule spéculation, mais aussi de limitation absolue des stocks (notre planète a le défaut d’être finie) et de limites économiques aux capacités de production annuelle (les flux)

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et associé de Carbone 4, membre du comité stratégique de la Fondation Nicolas Hulot.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • En 1973, nos élus ont décidés de ne plus faire tourner la planche à billets, c’est à dire que l’état français c’est interdit de se prêter de l’argent à taux zéro.Car un état et sa banque centrale sont un.L’état a donc le droit légitime de création monétaire, c’est un droit fondamental et régalien.Sous le prétexte de risque d’inflation, il est obligé de passer par le marché privé aujourd’hui, en payant des intérêts aux banques privées.Voilà tout est dit, dès la mort du grand Charles de Gaulle, les rapaces banquiers ont fondus sur la France et par la corruption, ont achetés leurs esclaves, le peuple Français, qui paye des impôts sur le revenu pour engraisser les banques privées.Qui défend ce système encore aujourd’hui, la réponse coule de source, L’umps bien sûr, ce système est mis en place par ceux qui nous rackettent en toute impunité.Pour info ce système nous vient des états-unis, lorsque certains présidents américain ont voulu s’y opposer, ils sont morts assassinés.L’exemple le plus connu étant celui de JFK.Tous les détails de notre mise en tutelle esclavagiste sont dans le traité de Lisbonne, alors qui sont les traîtres.réponse : ceux qui vont gagner

    23.03 à 10h26 - Répondre - Alerter
  • merci pour votre billet.
    Je pense que nous nous heurtons ici à une éducation très "mathématisée" qui exige que chacun offre des preuves comptables de ce qu’il avance... ou se taise... L’individualisation de la société a supprimé la confiance en l’autre et la solidarité. Les politiques en sont réduits alors à de minables calculateurs sans vision humaine en grande partie parce que les hommes qu’ils représentent ont perdu tout contact avec leur réalité d’humain. La même logique est utilisée dans les secteurs privées, qui continuent de croire (et faire croire) que la main d’œuvre est un coût, alors que la main d’œuvre est la condition nécessaire à la production sans qui elle tendrait vers zéro.
    Il y a un point que je propose de revoir, celui concernant la "dépense" de devises : les devises n’entrent en jeu que dans les interactions avec d’autres pays et ne symbolisent rien d’autres que les ressources matérielles et humaines qu’un pays est prêt à échanger contre celles du pays partenaire.
    On revient au final toujours à la même question : est-ce que les hommes sortiront seuls de ces fautes de raisonnement ? ou leur faudra-t-il une nouvelle guerre pour retrouver ce qu’ils semblent ne pas vouloir lâcher : croissance et plein-emploi... jusqu’à la crise économique suivante. #cercle infernal#

    21.03 à 23h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité