publicité
Accueil du site > Actu > Techno > Apple refuse de dévoiler ses émissions de CO2
11-10-2011
Mots clés
Consommation
Climat
Monde

Apple refuse de dévoiler ses émissions de CO2

Taille texte
Apple refuse de dévoiler ses émissions de CO2
(Crédit photo : Looking Glass - flickr)
 
C'est ce qu'indique un classement qui évalue la transparence CO2 des entreprises. Chaque année, il distingue cancres et bons élèves parmi 500 sociétés dans le monde.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le « Carbon Disclosure Project » (CDP) est le classement de référence pour évaluer la transparence et la qualité du reporting CO2 des entreprises. Son indice Carbon Performance Leadership Index (CPLI) distingue également les entreprises qui mettent en œuvre une véritable stratégie pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Une fois par an, le classement CDP Global 500 distingue les bons élèves et les cancres parmi les 500 plus grosses entreprises du monde.

Tous secteurs d’activité confondus, le CDP constate que 68% des entreprises interrogées placent la lutte contre le dérèglement climatique au cœur de leur stratégie, contre 48% en 2010. Cette stratégie se traduit par une réduction des émissions de CO2 pour 45% des déclarants en 2011, contre 19% en 2010. Un beau progrès. D’autant que le rapport « Accelerating low carbon growth » indique que les entreprises qui luttent contre le dérèglement climatique proposent deux fois plus de rendement en bourse que les entreprises qui ne font rien.

En 2010, le CDP estimait que les acteurs de l’informatique étaient les plus mauvais élèves de toute l’économie ! Qu’en est-il en 2011 ?

Les cancres : Apple, Amazon, Citrix

Premier constat, sur environ 3 000 répondants, plusieurs géants tels que Apple, Citrix et McAfee ont tout simplement refusé d’indiquer s’ils travaillent ou pas sur une politique de réduction de leurs émissions de gaz à effet serre. Autant l’éditeur McAfee ne communique pas sur ce sujet, autant Apple vante les mérites écologiques de ses produits. Et Citrix ne se prive pas d’expliquer que sa technologie est intéressante pour… réduire les émissions de CO2 des entreprises.

Les bons élèves : Cisco, Google, EMC

Heureusement, la plupart des grands acteurs de l’informatique n’ont pas cette attitude ambiguë. Pour la troisième année consécutive, Cisco se distingue avec une note de 98/100 (92 l’année dernière). Le spécialiste du réseau est en tête du classement des entreprises high-tech et aussi le seul acteur du secteur à figurer dans les 10 entreprises les mieux classées au monde. Les autres leaders du secteurs sont Google – dont la note passe de 44 en 2010 à 89 en 2011 –, EMC (88), Salesforce.com (85), Hewlett-Packard (84), IBM (83), Microsoft (81), et Dell (72).

Les élèves moyens : Yahoo, Western Digital, Oracle

Certaines entreprises high-tech font l’effort de divulguer les données relatives à leurs émissions de gaz à effet de serre et les stratégies mises en œuvre pour les réduire. Mais le CDP estime que leurs déclarations manquent de preuve. C’est le cas de Juniper (59), NetApp (59), Oracle (54) et Western Digital (52). Malgré des efforts réels comme la construction d’un data center particulièrement efficient et alimenté à 100% par un barrage hydroélectrique, Yahoo est à la traîne avec une note de 36/100.

Cet article a initialement été publié sur greenit.fr

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Expert en Green IT et animateur du site greenit.fr

14 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour Eddir,Merci de votre commentaire. Je suis d’accord avec vous en ce qui crocenne la ge9ne9ralisation et le fait que tous les cas de figure sont diffe9rents.Ce sur quoi je m’interroge ici est la cohe9rence de relations e9conomiques truque9es sur lesquelles l’ensemble des partenaires semble eatre d’accord d’une part, et d’autre part la condamnation de certains trucages de temps e0 autre, cense9e reposer sur des regles le9gales et de morale.Et e9galement sur les conse9quences d’un tel fonctionnement au niveau humain, qui sont de9sastreuses, non seulement pour les perdants, mais e9galement pour les gagnants,car dans un jeu base9 sur la loi du plus fort, comme on finit toujours par trouver un plus fort que soi, le gagnant d’aujourd’hui risque fort d’eatre le perdant de demain.Il y a e9galement le fait que dans une relation base9e sur le parasitisme, le parasite de9pend de l’hf4te qu’il infeste, et qu’il scie la branche sur laquelle il est assise : le jour of9 il n’a plus personne e0 parasiter, il disparait, e9tant incapable d’une vie autonome.La diffe9rence entre un virus et un eatre humain qui me semble ici fondamentale est le fait que nous sommes dote9s de capacite9s de reflexion et de de9cision, alors que le virus ne peut pas de9cider de ne pas agir en virus.Je ne parle pas ici en termes de morale, mais d’interets communs : prenons le cas d’un pays qui en envahit un autre et le de9truit, en justifiant bien entendu son comportement derriere des pre9textes moralistes au niveau des mots. Dans les faits, non seulement il de9truit une grande partie des richesses qu’il s’approprie, mais il se ruine en de9penses militaires, et finit par se discre9diter aux yeux de sa population, et par se retirer. Au bout du compte, il n’y a pas un gagnant et un perdant, mais deux perdants.Imaginons maintenant qu’au lieu d’investir tout cet argent et cette e9nergie dans ce conflit et la destruction qui en de9coule, ce pays ait propose9 e0 l’autre de lui donner cet argent, et de recevoir ensuite en e9change un pourcentage des richesses qu’il lui aura permis de se procurer. Bilan de l’ope9ration : non seulement il aura enrichi l’autre pays, mais ce dernier deviendra ensuite pour lui une source d’enrichissement. Au bout du compte, il y a deux gagnants.Quel est, selon vous, le meilleur deal ?Quel est alors le comportement le plus payant ? Ce dont il est question ici est un simple changement de relations. Il se revele payant pour tout le monde, que ce soit en politique, ou en economie, ou dans n’importe quel domaine d’activite9s humaines, alors que celui qui a cours actuellement se revele destructeur pour tout le monde.Je ne parle pas encore une fois ici en termes de morale, mais d’inte9reats et de cohe9rence, de sagesse e9goiste comme disait Korzybski.Isabelle

    18.04 à 12h19 - Répondre - Alerter
  • Selon vos références quand vous dites que l’on utilise le site EPEAT , après avoir jeter un coup d’oeil Dell, Lenovo, HP sont encore les plus mauvais qu’ASUS.

    http://ww2.epeat.net/Companies.aspx

    17.11 à 12h28 - Répondre - Alerter
  • Désolé de vous contredire, mais les éco-labels publiés sur la page que vous citez sont bidons. Et aucun équipement électronique n’est recyclable à 100 %. Dans le genre, Asus fait encore plus de greenwashing qu’Apple...

    17.11 à 10h07 - Répondre - Alerter
    • Vous n’avez pas a être désolé :-) je vous propose de chercher sur ce site http://www.eco-label.com/ le nom d’Asus et Apple.

      17.11 à 10h37 - Répondre - Alerter
      • Frédéric Bordage (greenit.fr) : Asus : 100 % de greenwashing

        Effectivement, Asus est le seul fabricant à certifier certains de ses modèles avec l’éco-label européen. Problème, personne n’utilise cet éco-label dans ses appels d’offre car cela reviendrait à devoir acheter exclusivement du matériel Asus. Les entreprises préfèrent généralement du matériel professionnel (HP, Dell, Lenovo) dont la durée de vie est plus longue. Dans un contexte professionnel, on utilise plutôt EPEAT dont le catalogue est autrement plus développé.

        Par ailleurs, les éco-labels publiés sur le site d’Assus (voir l’URL fournie par @anonyme) n’en sont pas et c’est donc du greenwashing.

        17.11 à 11h57 - Répondre - Alerter
        • Dans les exemples que vous me donnez je peux vous dire ( après 30 ans au service du CAC40 en informatique ) que les entreprises n’achètent non pas un produit mais un prix !
          Par simple curiosité qui pollue le plus au sens large du terme entre une Toyota prius et un Hummer . C est pour ma culture personnelle ! Merci

          17.11 à 12h18 - Répondre - Alerter
          • Frédéric Bordage (greenit.fr) : Asus : 100 % de greenwashing

            Je ne sais pas dans quelle entreprises du CAC40 vous avez travaillé ces 30 dernières années, mais les principales marques référencées sont HP, Dell, IBM / Lenovo. Pour une raison simple : ces fabricants disposent tous d’entité dédiées à la gestion des problématiques des grands comptes (et des entreprises en général : achat en volume, livraison avec un master de l’entreprise, etc.). Quant au classement EPEAT, je vous demande de bien vouloir être objectif(ve) et de ne pas publier des contres-vérités : Asus ne vend aucun matériel EPEAT en France. Cf : http://ww2.epeat.net/Companies.aspx

            17.11 à 12h48 - Répondre - Alerter
  • La seule société informatique claire sur ce sujet c’est Asus et oui un tawainais ! http://fr.asus.com/Optical_Storage/...
    Produit à 100 % recyclable et écolabels validés à la clef .Quand aux annonces faites par des grands groupes sur ce sujet il fait souvent référence au local (US dans ce cas ) et essentiellement le fonctionnement et non la production ( délocalisation intéressante de ce fait).
    Sur son site http://www.apple.com/environment/ Apple annonce que les utilisateurs sont pour 45% responsable de l’émission de gaz. Alors, il ne nous reste plus qu’a attendre que cette superbe société au sens capitaliste produise des produits où les utilisateurs ne se sentiront plus coupables.

    17.11 à 07h44 - Répondre - Alerter
  • Heu ... juste pour dire qu’Apple a une page sur son site web ( www.apple.com/fr/environment/ ) sur laquelle elle "dévoile" son bilan carbone (« Empreinte carbone totale : Pour 2010, nous estimons à 14,8 millions de tonnes les émissions de gaz à effet de serre produites par Apple. »)

    Je n’irai pas jusqu’à dire que cela fait d’Apple une entrepose modèle... mais du coup, ça donne juste envie de penser que le titre de l’article est un peu racoleur !

    15.10 à 23h17 - Répondre - Alerter
    • Oui, Apple annonce sur son site un volume d’émissions de Gaz à Effet de Serre. Mais n’importe quelle entreprise peut raconter n’importe quoi sur son site web. Combien de fans d’Apple maîtrisent-ils les 3 scopes d’ISO 14069 et les méthodologies et normes autour des GES : GHG protocole, Bilan Carbone (C), etc. ?

      C’est pour cette raison que deux initiatives internationales ont vu le jour :
      - le Global Reporting Initiative (GRI) qui évalue les rapports RSE / CSR des entreprises,
      - et le Carbon Disclosure Project (CDP) qui recense les émissions des entreprises et les moyens qu’elles mettent en oeuvre pour les réduire.

      Ces deux projets, reconnus mondialement, visent à plus de transparence dans les déclarations des entreprises. Aujourd’hui, quand une entreprise comme Apple ne déclare pas ses émissions au CDP, c’est bien souvent parce qu’elle a des choses à se reprocher... ou que le développement durable est le cadet de ses soucis. Pour info, la pomme n’est pas très verte.... : http://www.greenit.fr/tag/apple

      16.10 à 20h13 - Répondre - Alerter
  • Frédéric Bordage (greenit.fr) : Apple refuse de dévoiler ses émissions de CO2

    @yenyen : merci pour toutes ces précisions sur le processus du CDP. effectivement, le rapport ne porte que sur des entreprises nord américaines, j’ai oublié de préciser ce point car il me semblait implicite, l’article portant sur les multinationales de l’informatique. Merci de l’avoir fait. Je n’ai malheureusement pas pu comparer avec des entreprises françaises ayant une taille internationale dans le domaine de l’informatique ... car il n’en existe pas.

    @poilaubois : « Je veux bien que la presse soit obligée de vulgariser afin d’être accessible au plus grand nombre, mais tout de même, informez-nous (vous ?) un peu plus précisément s’il vous plaît. ». Je trouve votre commentaire un peu rude, sachant que les articles de GreenIT.fr portent souvent sur d’autres dimensions environnementales que les GES. Nous publions par ailleurs de nombreux chiffres originaux qui font avancer la réflexion des acteurs de l’informatique (notamment les entreprises utilisatrices) et sommes réputés pour la qualité de nos articles et notre indépendance. Informez-vous sur : www.greenit.fr

    12.10 à 14h42 - Répondre - Alerter
  • Pour avoir travaillé (et collaboré avec des consultants) dans ce domaine lors de mon stage, je peux vous dire que la manière dont sont évaluées et corrigées les réponses des entreprises sont plus que discutables !

    En effet, le CDP fait appel à des organismes en charge d’éplucher les centaines de dossiers reçus fin avril de l’année en cours (des cabinets de consultants sont souvent contactés pour effectuer ce travail "gracieusement" ; la contrepartie : associer le nom du cabinet à l’ "initiative" CDP. Il faut bien avoir en tête que ledit organisme paie un droit pour apposer son logo sur le rapport ! Ici, c’est PwC).
    Pour couronner le tout, retenons également que la forme prend une part très importante de la notation -absurde, à mon sens, d’accorder autant d’importance au niveau d’anglais pour les entreprises dont l’anglais n’est pas la langues première.

    Je pourrais en dire davantage. Toujours est-il que la notation -autant que l’attitude de certaines entreprises, je vous l’accorde- est plus qu’opaque !
    L’entreprise peut être très polluante/émettrice, mais si elle montre dans sa réponse qu’elle fait tous les efforts (appuyés concrètement par des mesures, améliorations, politiques dédiées, etc.) elle obtiendra un score plus que favorable.. !

    Pour répondre à Poilaubois : le questionnaire demande également à ce que l’entreprise dévoile (quantité + type) la nature des autres émissions (SF6, CH4, etc.) ; il faut créer un compte sur le site du CDP pour avoir accès aux dossiers des entreprises.

    Pour ma part, je reproche à l’article -et donc à l’auteur- d’occulter un gros détail : le présent article (et surtout le lien associé) concerne seulement les entreprises du S&P !

    "Une fois par an, le classement CDP Global 500 distingue les bons élèves et les cancres parmi les 500 plus grosses entreprises du monde." Certes, mais ce n’est pas le cas dans cet article... à modifier donc.
    Ces résultats ne concernent donc que les entreprises nord-américaines !! Le contenu de l’article ne précise à aucun moment cet élément.

    Il aurait été bienvenu de le préciser, et, parallèlement, de faire état des résultats des entreprises françaises qui "réalisent" des bons ou moins bons scores (Schneider, Total, Michelin) !!

    12.10 à 13h35 - Répondre - Alerter
  • D’accord,
    Mais on n’apprend vraiment pas grand chose dans votre article.
    Sur quoi est basée la note ?
    Quelles sont les mesures concrètes prises par ces entreprises ?
    On ne sait pas.

    Et puis enfin, je pense qu’il est totalement erroné de ne focaliser QUE sur le Co2 : il existe des manières très polluantes de produire des biens, et qui n’émettent que peu de Co2.
    Je veux bien que la presse soit obligée de vulgariser afin d’être accessible au plus grand nombre, mais tout de même, informez-nous (vous ?) un peu plus précisément s’il vous plaît.

    12.10 à 11h04 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité