publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Aliments importés du Japon : a-t-on raison de baisser la garde (...)
14-05-2014
Mots clés
Europe
France
Japon

Aliments importés du Japon : a-t-on raison de baisser la garde ?

Taille texte
Aliments importés du Japon : a-t-on raison de baisser la garde ?
(Crédit photo : amg.lincluden - flickr)
 
A la fin du mois de mars, l'Europe a levé les restrictions sur les denrées en provenance du pays du soleil levant. EELV crie au scandale. Doit-on être inquiets ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Prendrez-vous du riz au césium avec vos sushis ? En visite à Paris la semaine dernière, le président japonais Shinzō Abe s’est félicité de « la compréhension de la France pour une révision des mesures de restriction de l’Union européenne (UE) concernant le nucléide radioactif dans les produits alimentaires provenant du Japon ». En clair, l’Europe a desserré la vis sur les importations de denrées cultivées au pays de la dernière catastrophe nucléaire et la France n’a pas bronché.

Dans un communiqué énervé, Europe Ecologie - Les Verts (EELV) dénonce « un accord aussi scandaleux qu’irresponsable ». Au nom du rapprochement économique, notamment sur nucléaire civil et autour du projet ITER, François Hollande aurait sacrifié « la vigilance et les précautions sanitaires ». Au point de laisser les aliments radioactifs envahir nos assiettes ?

Fin des contrôles pour les champignons, le thé et le riz

D’abord, contrairement à ce que suggère EELV, la France n’a pas « accepté un seuil de radioactivité plus élevé ». Après la catastrophe de Fukushima Daiichi, la quantité maximale de césium tolérée dans l’alimentation humaine est passée de 1000 à 100 becquerels par kilo au Japon comme en Europe. Et elle n’a pas bougé depuis. Par contre, aux frontières européennes, la vigilance a bel et bien baissé : depuis l’adoption le 28 mars d’un nouveau règlement européen, les douaniers délaissent leurs compteurs Geiger. La Commission européenne a décrété que les denrées provenant des six préfectures japonaises auparavant surveillées seraient dispensées d’échantillonnages et d’analyses. Champignons, thé, riz et graines de soja cultivés dans certaines régions voisines de Fukushima entrent désormais sans contrôle sur le marché européen.

Sachez qu’en 2013, la France a importé pour près de 23,7 millions d’euros de denrées japonaises. En haut de la liste établie par la direction générale des douanes, on trouve « les boissons alcoolisées et distillées », notamment le whisky et le saké. Sur ce point, pas d’inquiétude. « La distillation ne laisse pas passer le césium », explique Philippe Renaud, chargé de la surveillance de la radioactivité de l’environnement au sein de l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN). Après la catastrophe de Tchernobyl, les russes ne disaient-ils pas que pour consommer sans danger du blé ou des betteraves il fallait boire de la vodka ? Blague à part, Philippe Renaud nous assure « que, du point de vue de la radioactivité, le saké ne présente aucun danger ».

Ce qui n’est pas le cas des produits de la pêche, deuxièmes sur la liste des douaniers. Frais, séchés ou en conserve, en 2013, nous avons importé pour plus de 5,2 millions d’euros de poissons et crustacés japonais. Or, au large de Fukushima, la raie, la sole et autres poissons de fond sont, comme les sédiments qu’ils ingurgitent, bourrés de radioactivité. « Pour détecter ce type de produits, les contrôles ciblés par région réalisés jusqu’alors par l’UE n’étaient pas pertinents, nous étions favorables à leur assouplissement », explique Philippe Renaud avant de préciser « à la place nous préconisons des ciblés. » Une préconisation que l’UE n’a pas pris en compte pour l’instant. De là à laisser la porte ouverte aux soles irradiées ? Là encore Philippe Renaud tempère : « Les poissons concernés se trouvent le long des côtes proches de la centrale. Or, dans cette zone, la pêche a complètement décliné. » Peu de chance donc de retrouver des poissons bourrés de césium sur nos étals.

Ours noir hautement radioactif

Au Japon, seuls 0,35% des aliments présentent encore un taux de radioactivité supérieur au seuil autorisé. Et ceux-ci sont bien identifiés. « Il s’agit surtout des produits sauvages comme les produits de la pêche, les champignons ou le gibier », souligne Philippe Renaud. L’Ours noir, toujours très prisé des chasseurs japonais, contient 1 000 à 1000 fois plus de césium que le seuil autorisé. Mais vous avez peu de chance d’en déguster. Si vous êtes amateurs de champignons exotiques, cessez de regarder avec défiance vos Shiitake. Comme le riz, les champignons présents sur le marché européen sont cultivés dans les zones les moins contaminées.

« Comme nous sommes à la troisième génération de végétaux, le taux de radioactivité a massivement diminué » précise Philippe Renaud. C’est un peu moins vrai pour certains arbres qui ont absorbé la radioactivité par les feuilles. « C’est ce qui posait problème pour le thé », rappelle le scientifique. Mais pour le consommateur européen, le danger semble écarté. « En fait, votre santé serait menacée si vous mangiez du sanglier japonais à chaque repas ou presque pendant un an », résume Philippe Renaud. Parions que vous n’êtes pas concernés.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité