publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Gabergeron > Alcool : des effets dévastateurs

Gabergeron

Par bergeron gabriel
16-04-2018

Alcool : des effets dévastateurs

Nausées, maux de tête, fatigue : qui n'a jamais eu ces symptômes après une nuit trop arrosée ? Boire trop d'alcool peut entraîner des maladies du foie, des accidents de la circulation, de la violence et même des dépressions. L’abus d’alcool peut aussi détruire des neurones et parfois des relations. Tout abus est à proscrire quel que soit le produit et ceci s’applique aussi à l’alcool. Tout n’est pas noir : une bonne dose est capable de prévenir les maladies cardiovasculaires et même le vieillissement prématuré.

Au cours des dernières années, de nombreuses recherches scientifiques se sont tournées vers l’étude de l’alcool et de ses effets sur le corps humain. La conclusion est que, dans les petites doses, la consommation d’alcool peut être favorable au système circulatoire et le cœur et contribuer à la prévention des maladies telles que le diabète de type 2 et les calculs biliaires. Le vin, par exemple, est déjà un allié connu du cœur : une consommation modérée augmente le taux du bon cholestérol et les polyphénols qu’il contient sont des protecteurs reconnus des vaisseaux sanguins, ce qui prévient les maladies vasculaires et ralentit le vieillissement.

La dose idéale de boisson alcoolisée dépend des conditions physiques de chacun, de la masse corporelle et du sexe. Les hommes et les femmes ne devraient pas consommer des quantités égales, car ils ont tendance à avoir un indice de masse corporelle (IMC) différent. Les femmes ont aussi une plus petite quantité d’enzymes hépatiques responsables de la métabolisation de l’alcool. De plus, dans les deux cas, il est recommandé que les doses ne soient pas prises plus de cinq fois par semaine et jamais le même jour. Pourtant, la consommation d’alcool n’est pas recommandée pour tout le monde. Les femmes enceintes ou allaitant des nourrissons devraient s’abstenir de consommer, car c’est la principale cause des défauts de conception et de retard mental. Toute autre personne incapable de consommer avec modération ne devrait pas boire de l’alcool, ainsi que les personnes qui font usage de sédatifs, les antidépresseurs et les anticonvulsivants ou sont porteurs d’hypertension, taux élevé de triglycérides, troubles du rythme cardiaque, des ulcères gastro-duodénaux et l’apnée du sommeil.

Puisque la consommation d’alcool est toujours un facteur de risque pour le cancer du sein et peut éventuellement devenir une dépendance, il convient de noter qu’il existe d’autres moyens de prévenir les maladies cardiaques. Une alimentation équilibrée et des activités physiques régulières en sont quelques-unes. Dans tous les cas, votre chirurgien en Tunisie ne cessera de vous le recommander : stopper ou limiter votre consommation d’alcool autant que possible avant, pendant et après votre intervention de chirurgie.

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité