publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Agriculture, les graines de la discorde
21-12-2011
Mots clés
Alimentation
Agriculture
France
Chronique

Agriculture, les graines de la discorde

Taille texte
Agriculture, les graines de la discorde
(Crédit photo : Olivier Tétard - flickr)
 
Deux lois votées récemment par les parlementaires vont renforcer l'agriculture productiviste en France, dénonce Serge Orru, directeur du WWF France.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La fin du mois de novembre est difficile pour l’agriculture paysanne. Le 28 novembre dernier, le Conseil d’Etat a annulé le moratoire français sur le maïs OGM MON 810 de Monsanto, faisant fi de la décision de la Cour de justice de l’Union Européenne interdisant la vente de tout miel contenant le pollen de ce maïs insecticide. Dès le lendemain, le Parlement français a définitivement approuvé la loi sur les Certificats d’obtention végétale (COV), laissant ainsi libre cours à l’extension permanente du droit de propriété des semences, et remettant en cause le droit inaliénable des paysans de ressemer leur récolte d’une année sur l’autre.

La majorité des 30 député(e)s présents dans la nuit a en effet permis au ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche d’organiser par décret l’interdiction faite aux paysans d’utiliser les semences issues de leur récolte. Ils imposent également la taxation de tous les hectares cultivés en céréales et fourrages au bénéfice de l’industrie et des vendeurs de semences.

Avec cette loi, le principe élémentaire de droit général est bafoué. Ce sera à l’agriculteur d’apporter lui-même la preuve qu’il n’a pas utilisé de variétés protégées. Ceci ne c’était plus vu depuis l’Ancien Régime !

Agriculture uniformisée

Cette décision prend effet au moment même où l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) adopte un nouveau cadre mondial pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité génétique des plantes. Ce plan, publié le 30 novembre 2011, se décline en 18 activités prioritaires (recenser, inventorier, conserver, promouvoir…). La FAO exhorte par ailleurs « tous les pays à mieux gérer la diversité des cultures dans les champs et à élaborer des stratégies visant à protéger, à collecter et à conserver les espèces sauvages apparentées et les plantes comestibles sauvages qui sont menacées ». Une certitude : la loi sur les Certificats d’obtention végétale n’assurera pas la promotion et la conservation de notre biodiversité.

En effet, la réglementation adoptée le 29 novembre 2011 par l’Assemblée Nationale pose un problème majeur : celui de ne prendre en compte qu’une façon de faire et de penser, réduisant ainsi l’avenir de notre agriculture à une uniformisation de sa richesse et de sa biodiversité. Cette nouvelle règlementation interdit définitivement la commercialisation de variétés traditionnelles, alors même que la récente loi Grenelle demandait au ministre de l’Agriculture de permettre leur commercialisation.

Marchandisation du monde du vivant

Cette loi sur les COV privilégie la seule agriculture productiviste et entrave ainsi les pratiques caractéristiques d’une agriculture respectueuse de l’environnement. Elle accentuera le mouvement de marchandisation du monde du vivant. Cette loi fortement critiquée par les agriculteurs remet en cause l’acte fondateur de ressemer et porte des risques réels en matière de préservation de la biodiversité et de souveraineté alimentaire. On peut légitimement s’inquiéter de la concomitance des deux décisions en l’espace de quelques jours sur l’avenir de notre agriculture.

Quelles vont être les incidences de ces décisions sur la vie des paysans ? Comment pourrons-nous généraliser une agriculture biologique source d’emplois et de savoir-faire avec de telles restrictions ? Devrons-nous aussi voir s’effilocher sous nos yeux le protocole de Nagoya sans poser la question de l’utilisation des ressources génétiques et de la brevetabilité du vivant ?

Que notre réflexion s’inspire des propos du fertile Pierre Rabhi :« La Terre... Combien sommes-nous à comprendre cette glèbe silencieuse que nous foulons toute notre vie ? Pourtant, c’est elle qui nous nourrit, elle à qui nous devons la vie et devrons irrévocablement la survie. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Directeur général du WWF France

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • heureux anniversaire

    4.01 à 00h59 - Répondre - Alerter
  • Youpi, soyons hors les lois, vu qu’elles (ouais y’ en a, des lois pour remplacer l’indifférence organisée !) privilégient toujours la sempiternelle animalité, quelque soit son ingéniosité...A combien les balles de l’arrogance ?! Combien payer pour les frais de sécurités et de consommations imposées ? Eh les imposables, je vous invite à investir dans les caméras partout...jusque dans votre lit et...Conscience ?! Que je vous rassure, je n’invite personne à voter pour mon ego...Trop lourd et indigeste pour les commun(e)s des mortel(le)s !

    23.12 à 14h54 - Répondre - Alerter
  • cet accord a des recoins surprenants ; le saviez vous impossible de commercialiser du miel composé du pollen 810 machin chose monsanto car ce produit n’a pas l’aval des autorités puisque il n’apparaît pas sous cette forme dans les accords le lait, et quelques autres produits mais pas le miel... comment expliquer aux abeilles mourantes ???
    de plus l’europe est en train de voter pour éliminer de la santé les plantes médicinales et donc tuer des milliers de petits producteurs et nous obliger à nous tourner vers la chimie... dernièrement une étude annonçait que les vitamines chimiques seraient "dangereuses" la question est :on fait quoi de nous le peuple de nos croyances et de nos convictions ?
    coté initiatives l’inde a pris les devants après avoir perdu des milliers de producteurs de coton et autres céréales une association a monté un grenier de semences originales les graines sont données gratuitement mais une partie de la 1ère récolte devra être redistribuée à 2 paysans différents ...
    c’est le début d’une dictature alimentaire avec les droits accordés à la créations de ces graines à ces laboratoires...
    je retourne bientot à la terre pour combattre en attendant je milite pour que le vote blanc soit reconnu... !

    21.12 à 16h16 - Répondre - Alerter
  • C’est intolérable !!! comment ces députés peuvent encore se regarder en face en privilègiant le lobbying de certains grands industriels plus soucieux de leur pouvoir financier que de l’avenir de la planète et de l’avenir des gens qui ont fait de la france rurale ce qu’elle est, les agriculteurs !!!!! Il se rappelle des grands discours sur le grenelle de l’environnement ou c’était juste de la poudre aux yeux ou une imposture !! comme tant d’autres sujets !!! Alors à l’approche des élections, Mesdames Messieurs, votez votez votez, faite de notre démocratie une vraie démocratie, le vote n’est pas limité au militant des parties politiques mais à tous citoyen qui ne sait plus s’assoir tellement il s’en prend plein le C.. !! Votez pour des gens qui défendent de vraies valeurs, qui mènent des vraies combats et qui ne souhaitent pas nous refaire partir au pays des moutons !!!!!!! Oui c’est difficile voir impossible de trouver ce candidat aujourd’hui, ils sont plus préocupés par qui va être au pouvoir que VOUS et VOUS !! UN nouveau vraie partie politique !! Une idée à creuser !!!!
    Audrey ROUSSEL

    21.12 à 13h16 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité