publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Accident nucléaire : une certitude statistique
13-06-2011
Mots clés
Technologie
Sciences
Energies
Monde

Accident nucléaire : une certitude statistique

Taille texte
Accident nucléaire : une certitude statistique
(Légende photo : Tchernobyl (juillet 2009) - Crédit photo Kamil Porembiński/flickr)
 
A en croire la théorie, le risque d'un accident nucléaire majeur sur le parc actuel est minime. Mais les catastrophes passées disent tout autre chose et éclairent nos choix énergétiques d'une nouvelle lumière.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le risque d’accident majeur dans une centrale nucléaire a été considéré comme la combinaison d’un événement d’une gravité extrême et d’une très faible probabilité d’occurrence. Certes, la multiplication de zéro par l’infini pose quelques problèmes mais les promoteurs du nucléaire, mettant en avant cette très faible probabilité, affirmaient qu’il n’y avait aucun danger. Si la gravité des conséquences d’un tel accident a bien été confirmée par Tchernobyl et Fukushima, que peut-on dire aujourd’hui de la probabilité de son occurrence ?

Il y a deux méthodes pour estimer la probabilité d’un accident : la méthode théorique, qui consiste à la calculer sur la base de scénarios de simulation d’accidents prenant en compte les systèmes de défense et les risques de dysfonctionnement, et la méthode expérimentale, qui consiste à prendre en compte les accidents survenus, ce que l’on fait par exemple pour les accidents de voiture.

Les résultats de l’approche théorique, issus des travaux des experts de la sûreté nucléaire, distinguent, pour les centrales actuellement en fonctionnement dans le monde, deux types d’accidents : « l’accident grave » avec fusion du cœur du réacteur, dont la probabilité serait de moins de un pour 100 000 « années-réacteur » (un réacteur fonctionnant pendant un an) et « l’accident majeur », accident grave non maîtrisé et conduisant à d’importants relâchements de radioactivité, dont la probabilité serait de moins de un pour un million d’années-réacteur.

Le parc actuel de réacteurs des centrales nucléaires cumule 14 000 années-réacteur, ce qui correspond à environ 450 réacteurs fonctionnant durant trente et un ans. La probabilité théorique conduit à un résultat de 0,014 accident majeur pour l’ensemble du parc et pour cette durée de fonctionnement. Une probabilité très faible : l’accident majeur serait donc extrêmement improbable, voire impossible. Mais, sur ce parc, cinq réacteurs ont connu un accident grave (un à Three Mile Island, un à Tchernobyl et trois à Fukushima), dont quatre sont des accidents majeurs (Tchernobyl et Fukushima) : l’occurrence réelle d’un accident majeur est donc environ 300 fois supérieure à l’occurrence théorique calculée.

Cet écart est considérable et conduit à un constat accablant quand on prend conscience de la pleine signification de ces chiffres. On est donc très loin de l’accident très improbable. Et cela sans prendre en compte les piscines de stockage des combustibles irradiés, les usines de production et d’utilisation du plutonium, les transports et stockages des déchets radioactifs.

Plutôt que de continuer à calculer des probabilités surréalistes d’occurrence d’événements qu’on ne sait pas même imaginer (cela a d’ailleurs été le cas pour Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima), n’est-il pas temps de prendre en compte la réalité et d’en tirer les conséquences ? La réalité, c’est que le risque d’accident majeur en Europe n’est pas très improbable, mais au contraire une certitude statistique. Croyez-vous que, si on le disait comme cela aux Français, il s’en trouverait encore beaucoup pour faire l’impasse sur le risque au prétexte du « on ne peut pas faire autrement » ?

Cette chronique a été initialement publiée dans Libération le 3 juin 2011 avant d’être légèrement modifiée par les auteurs du fait d’une erreur dans les calculs de probabilité

- A lire aussi : Nucléaire : qui doit payer l’assurance risque

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Physicien nucléaire, expert en politiques de l’énergie

Ingénieur et économiste, président de Global Chance. Benjamin Dessus est corédacteur, avec Jean-Michel Charpin et René Pellat, du rapport au premier ministre : "Etude économique prospective de la filière électrique nucléaire" (La documentation française, 2000).

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Oui, les accidents nucléaires ont mis en évidence qu’il faut travailler sur la réduction des risques.
    Il faut fermer les centrales trop anciennes ou trop mal placées.
    Il faut aussi intégrer le risque d’attaque terroriste (malgré le sur-coût).

    On arrive à faire bouger les gens sur le nucléaire car c’est un risque qui est perçu comme "proche".
    Mais ne parler que du risque nucléaire est plus politicien qu’écologique ou citoyen !
    Il faut aussi réduire drastiquement la consommation par tête en occident, et freiner la croissance de la consommation par tête ailleurs.
    Il faut ramener la population humaine à un niveau largement inférieur, par des politiques à long terme, et par l’auto-limitation librement choisie.

    Les risques à plus long terme du Charbon et du Pétrole sont extrèmement importants, mais toucheront les êtres vivants dans un siècle ou deux... c’est si lointain... et gommer ce risque dans nos esprits permet de continuer à vivre dans nos petites habitudes... tout en concentrant notre attention sur le "méchant" du moment : le nucléaire.

    Pourtant, le nucléaire (avec la réduction des risques évoquée plus haut), joint à des politiques fortes de réduction globale de la consommation d’énergie (et de population) serait un mode de transition idéal vers une "nouvelle civilisation" du tout-renouvelable.

    24.06 à 15h24 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité