publicité
Accueil du site > Actu > Présidentielle > A quoi aurait ressemblé l’Amérique de Mitt Romney ?
13-09-2012
Mots clés
Politique
Etats-Unis

A quoi aurait ressemblé l’Amérique de Mitt Romney ?

Taille texte
A quoi aurait ressemblé l'Amérique de Mitt Romney ?
(Mitt Romney et Paul Ryan. Crédit photo : donkeyhotey - flickr)
 
Opposition à la régulation financière, critique de la réforme de santé, climato-scepticisme… Le candidat républicain à la présidentielle assume des positions radicales sur certains sujets. A quoi ressemblerait son Amérique s'il était élu ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Nous avons mis à jour le titre de cet article (mercredi 7 novembre 2012). Il a initialement été publié avant l’élection américaine, sous le titre "A quoi ressemblerait l’Amérique de Mitt Romney".

Le 30 août dernier, il a été intronisé candidat républicain à l’élection présidentielle américaine de 2012. Le cheveu impeccable, le sourire éclatant, toujours près de son épouse, Ann. Lui ? C’est Mitt Romney, fils d’un ancien gouverneur qui courut un temps vers la Maison blanche contre Richard Nixon, en 1968. « Fils », aussi, de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, dénomination officielle de l’église mormone américaine. En 1966, vous auriez d’ailleurs pu le croiser sur les routes françaises, où il était missionnaire. « Fils » encore, du dieu Argent. Alors qu’il était jeune, un journaliste l’avait interrogé sur son ambition : « Faire fortune », avait-il répliqué. Sa fortune justement (quelque 350 millions de dollars, soit 270 millions d’euros), il la fera dans des sociétés de conseil et d’investissement. « Mitt Romney est l’un des créateurs de dettes les plus importants et les plus irresponsables de tous les temps », écrivait récemment le journaliste Matt Taibbi, qui a enquêté sur l’origine des fonds du candidat républicain pour le magazine américain Rolling Stone.

Avec un tel pedigree, sûr que l’Amérique de Mitt sera bien différente de celle de son adversaire Barack. Voici les 3 projets les plus potentiellement dommageables du tandem formé par Romney et son bras droit, l’ultra-conservateur Paul Ryan.

- Wall Street en roue libre

Ne parlez pas à Mitt Romney du Dodd Franck Act, la loi de réforme financière signée par Obama en 2010 et destinée à assurer la protection des consommateurs et à limiter les excès de Wall Street. « La législation et la régulation sont importantes, mais le niveau de sur-régulation et de pression qui a été placé sur le secteur des services financiers n’est pas, je pense, nécessaire et va nous coûter des emplois en chemin », a-t-il déclaré à ce sujet. Pas étonnant qu’il ait été un fervent supporter du sauvetage des banques dans le sillage de la crise de 2008. Avec le candidat républicain à la Maison Blanche, Washington pourrait faire aveuglement confiance en la capacité de Wall Street à se réguler toute seule et à tirer des leçons du passé... Inutile de dire qu’élu président, il demanderait l’abrogation complète du Dodd Franck Act, la plus grande réforme législative financière jamais obtenue depuis la Grande Dépression.

- La santé à la trappe

Lorsqu’il était gouverneur du Massachusetts, de 2003 à 2007, Mitt Romney a fait passer une réforme complète du système de santé dans cet Etat. Mais pour entrer dans la course à la Présidence, il a dû retourner sa veste et rallier la position républicaine. « Cette loi est mauvaise. Elle est anticonstitutionnelle. Elle ne doit pas rester », a-t-il affirmé. Aussi a-t-il promis que le premier jour où il mettrait les pieds à la Maison blanche, il retoquerait la réforme de la santé d’Obama, passée en juillet 2012. « Je donnerais un ordre exécutif au secrétaire à la Santé et aux Services sociaux permettant l’abandon de l’Obamacare dans l’ensemble des 50 Etats », a-t-il déclaré.

Les compagnies d’assurance retrouveraient alors tous les pouvoirs, notamment celui de priver de couverture maladie des personnes aux pathologies pré-existantes. Medicare, le programme national qui garantit une assurance maladie aux personnes âgées de plus de 65 ans et aux jeunes handicapés, pourrait aussi être démantelé : à la place, des bons seraient distribués aux bénéficiaires de Medicare afin qu’ils cotisent d’eux-mêmes à des assurances santé privées...

- Le climat dans le mur

« Mon point de vue est que nous ne savons pas ce qui cause le changement climatique sur cette planète », a déclaré Mitt Romney. C’est peu dire que le candidat républicain émet quelques doutes quant au consensus scientifique sur la responsabilité humaine dans le dérèglement du climat ! Pis, il juge « infaisable » le combat mené pour tacler l’emballement de la machine climatique. « L’idée de dépenser des milliards et des milliards de dollars pour essayer de réduire les émissions de CO2 n’est pas la bonne voie pour nous », a-t-il défendu devant des électeurs de Pittsburgh. Et que trouve-t-on dans son plan pour l’emploi et la croissance économique ? Le Clean Air et le Clean Water Acts, des lois de contrôle de la pollution de l’air et de l’eau au niveau fédéral, y sont ni plus ni moins qualifiées de « dépassées » et devraient être « révisées ». En clair, au pays de Mitt Romney, l’horizon n’est pas au beau fixe pour le climat, il devrait l’être en revanche pour les lobbyistes du pétrole et autres puissantes industries.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité