publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > « 2012 : pourquoi Nicolas Hulot n’ira pas »
8-03-2011
Mots clés
Politique
France
Chronique

« 2012 : pourquoi Nicolas Hulot n’ira pas »

Taille texte
« 2012 : pourquoi Nicolas Hulot n'ira pas »
(Photo : photomontage d'affiches présidentielles collées dans une rue de Paris par l'artiste Gil Bensmana (2007). Crédit : malias / Flickr)
 
A l’heure où chacun croit savoir que - c’est sûr - Nicolas Hulot présentera sa candidature à l’élection présidentielle de 2012, notre chroniqueur Arnaud Gossement pense… le contraire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

C’est bien connu : celles et ceux qui souhaitent la candidature de Nicolas Hulot la devinent certaine. Celles et ceux qui la craignent, la pensent inutile. D’où un festival de rumeurs. Untel qui a pris un café, un taxi ou le train avec lui déclare à la presse qu’il ira… ou pas. Une précision liminaire s’impose donc : l’auteur de ses lignes n’entend pas se livrer à un exercice de voyance et ne dispose d’aucune information privilégiée sur l’état des réflexions de l’auteur du Pacte écologique. De même, la seule analyse – rationnelle - du contexte politique ne saurait suffire à forger un pronostic : ira ou ira pas ? Toute décision, surtout celle de se lancer dans une aventure aussi éprouvante, pour ne pas dire folle, qu’une campagne pour les élections présidentielles, comporte une part d’intime ou d’irrationnel que l’analyste extérieur ne peut appréhender. Risquons-nous cependant : Nicolas Hulot, non pas l’homme mais le personnage public, ne se présentera pas. Si Nicolas Hulot – l’homme – devait se présenter, le personnage public devrait s’effacer. D’où la présente thèse : Nicolas Hulot, tel que nous le croyons le connaître, ne se présentera pas. Et peut-être même qu’aucun Nicolas Hulot ne se présentera. Et peut être que ce sera encore mieux pour l’écologie et notre avenir.

Première raison : Nicolas Hulot est un excellent conseiller. Son expertise est réelle comme j’ai pu le vérifier personnellement lors des négociations du Grenelle de l’environnement, alors que j’étais porte-parole de FNE (France Nature Environnement, ndlr). Cette expertise a été mise à raison et à profit des puissants de ce pays. Excellent conseiller mais jamais encore conseillé, ce qu’il ne cessera d’être lors d’une campagne et qu’il devra se résoudre à être. Un candidat a besoin de la logistique d’un parti, de militants et de leurs cadres, même pour une élection aussi personnifiée que la présidentielle. C’est aussi enfoncer une porte ouverte que de penser que cet homme qui a toujours refusé d’être au centre de la mêlée sera peu à l’aise à cette place ci. Un ancien membre du gouvernement me confiait récemment : « heureusement, il a un instinct de survie ».

Deuxième raison : Nicolas Hulot n’est ni de droite ni de gauche. Certains lui reprocheront TF1 ou l’Oréal – à tort – et rappelleront ses dialogues avec Jacques Chirac (l’ancien), Nicolas Sarkozy (l’actuel) ou Nathalie Kosciusko-Morizet (la future) pour le cataloguer définitivement à droite. D’autres disserteront sur la place de la décroissance dans son film « Le syndrome du Titanic », son amitié pour Jean-Paul Besset et sa critique de la société de consommation pour conclure tout aussi définitivement que l’animateur d’Ushuaia est de gauche. Je formule plutôt l’hypothèse que Nicolas Hulot est au-delà de ce clivage et, comme beaucoup de Français, serait capable d’apprécier les qualités d’un homme ou d’une femme de droite et/ou de gauche. Ce qui faisait aussi la force et l’audience de l’auteur du Pacte écologique dont les mots ont touché et souvent convaincu des milliers de personnes, justement lassées des discours partisans, des renvois de patates chaudes et de la sinistrose ambiante. Or, Nicolas Hulot, s’il se présente aux primaires d’Europe Ecologie Les Verts, sera demain qualifié d’homme de gauche. Une partie de la gauche lui fera un procès très dur en légitimité, l’attaquera sur les financements de sa fondation, lui reprochera TF1 et le Grenelle… L’autre partie tentera de s’en servir de caution et lui… souffrira.

Troisième raison : l’homme du Pacte écologique à 700 000 signatures est sans doute plus utile que ne le serait le candidat à 5%. La présentation du Pacte a été un moment clé de l’histoire écologique de ce pays. Un moment de consensus aussi. Elle a été la prémisse indispensable de l’organisation du Grenelle de l’environnement et a permis ainsi que l’environnement soit désormais considéré comme un sujet sérieux. Elle a démontré qu’une candidature n’est pas le seul moyen, loin s’en faut, de peser sur les débats d’idées lors d’une élection généralement centrée sur des personnalités. Aucun doute : Nicolas Hulot aura les soutiens et les idées nécessaires pour peser de nouveau en 2012. Certes, la présentation de sa candidature lui donnera des micros et des caméras – en a-t-il besoin ? – mais le réduira aussi et limitera son audience.

Quatrième raison : l’écologie ne sera pas débattue en 2012 comme en 2007. Une candidature de Nicolas Hulot en 2012 ne ressemblera donc en rien à celle qu’elle aurait pu être en 2007. Concrètement, il est probable que l’écologie ne sera pas débattue comme un thème à part mais plutôt au travers de tous les autres sujets de débat, de la santé aux transports en passant par l’agriculture, la fiscalité et l’énergie. Or, le candidat Hulot risque fort d’être cantonné, par et pour beaucoup, à l’écologie dans son acception ancienne, comme un item à part et non comme le socle de toute politique publique. D’où le risque d’une efficacité moindre du discours du candidat qui pourrait être réduit à celui d’un seul témoignage. Le risque vaut-il la peine d’être couru ?

Une chose est certaine : Nicolas Hulot jouera un rôle en 2012. Nul ne sait encore lequel et peut être lui-même non plus. Pour une raison au moins : le décor n’est pas encore planté, les concurrents pas encore sélectionnés. Mais le Nicolas Hulot que nous connaissons ne sera pas candidat : tant mieux.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Avocat, spécialiste du droit de l’environnement.

28 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • même s’il y va ,il n’aura pas mon vote ,écolo lui ???comme sarko à peu près !!! écolo les poches pleines !!! combien de co2 a-t-il lâché pour faire fortune ??? j’en connais plein d’écolo comme lui mais seulement quand ça les arrange !!!

    31.05 à 07h27 - Répondre - Alerter
  • "MRA Pour la Planète" , le MOUVEMENT de REVOLTE des ABSTENTIONNISTES ( pour Nicolas HULOT)
    Si vous aussi, vous ne votez plus depuis longtemps mais pensez qu’aujourd’hui vous avez de bonnes raisons de vous mobiliser pour notre Planète, alors ajoutez le MRA dans votre liste d’amis facebook et partagez nos photos sur vos profils ! Soutenons Nicolas HULOT et donnons ensemble un grand coup de pied dans la fourmilière des ténors de la politique ! Amicalement

    1er.05 à 09h56 - Répondre - Alerter
  • Raté.
    La candidature de Nicolas Hulot est un formidable espoir. Sa déclaration est réaliste, constructive, courageuse et ambitieuse. La campagne sera longue et pleine de dénigrements, preuve du peu de considération que les autres partis accordent aux préoccupations de la population. Ne ratons pas cette occasion, ne nous laissons pas influencer par le chant des sirènes.
    Il sera en balotage avec Eva Joly aux primaires du parti des verts, que ce soit elle ou lui qui soit élu suite à ces primaires, j’espère que tous pourront s’allier, lui en tous cas en fait le voeu. Il y a des compromis obligatoires face à l’urgence. Autre compromis obligatoire : si Nicolas Hulot passe le premier tour, il sera obligé de s’allier avec d’autres partis au second tour pour rassembler suffisament de voix. Quelque soit son choix, il perdra son étiquette apolitique pour des raisons mathématiques, il n’aura pas le choix, c’est ça ou ne pas être élu, nous n’aurons pas le choix, c’est ça ou il ne sera pas élu. Faisons lui confiance pour la politique qu’il mettra en place après.

    15.04 à 02h37 - Répondre - Alerter
  • eh bien oui les politiques n’ont qu’a avoir peur car ras le bol d’avoir l’ecologie a gauche
    eux meme qui voulait une semaine a 32 heures alors que la bonne bouffe et la culture propre c’est des heures en plus car cultiver propre et elever des animaux dans de bonnes conditions
    c’est du boulot

    14.04 à 20h10 - Répondre - Alerter
  • Perdu !

    Marrant comme les personnes surdiplômées, pensant détenir la vérité sur tout un tas de sujet, oublies si vite leurs erreurs d’intuitions avant de prendre à nouveau parti, de la même manière, pour d’autre sujet qu’il ne maîtrise évidemment pas...

    Il faut faire attention avec les fait qui doivent finir par se vérifier !

    13.04 à 19h41 - Répondre - Alerter
  • Article assez mal... écrit.
    Pourquoi ne pas lui reprocher Loréal ? On ne sait pas. Dommage.

    6.04 à 23h57 - Répondre - Alerter
  • L’intelligence serait que Nicolas HULOT se regarde avec assez de réalisme et d’ironie.
    Réalisme car son action est du point de vue de la prise de conscience populaire des valeurs écologiques très importante. Il peut ^etre content de cela . Ironie car l’engagement politique est d ’une autre nature et nécessite une prise de conscience globale de la réalité sociologique et politique de notre societe ce que ,me semble t il, il ne possede pas au point d’en etre un porte parole credible. En revanche son histoire personnelle et ses réalisations dans le domaine de la sensibilisation écologique de la societe peut etre utile . Trouver sa "bonne place" est une démarche de sagesse . Je la lui souhaite. Vieux militant politique je ne confond pas les divers domaines . L’ecologie politique est plus "systemique" que la seule approche ,néanmoins utile, écologique au sens "naturaliste" du terme. Ne te trompe pas camarade !...

    3.04 à 13h25 - Répondre - Alerter
  • Nicolas Hulot a pour moi l’énorme avantage de ne pas être vraiment positionné à gauche ou à droite.

    J’ai toujours trouvé les Verts trop à gauche, et si Nicolas Hulot n’est pas candidat, Europe 2cologie-Les Verts se passeront sans doute de mon vote.

    16.03 à 02h40 - Répondre - Alerter
    • Et il manque un élément certain dans cette analyse, c’est que si Nicolas Hulot se présente, il flinguera la gauche ! Car un grand nombre de voix se porteront sur lui (10% ? 15%...plus ?) au détriment de la... gauche ! Ce qui éliminera la gauche du second tour, et un duel UMP/FN sera donc le menu du second tour !

      31.03 à 09h02 - Répondre - Alerter
      • Cela amènera sans doute alors le PS à se verdir...

        31.03 à 16h30 - Répondre - Alerter
      • A vrai dire, je ne crois pas que l’équation soit si simple.

        Hulot, s’il parvient à s’afficher comme un candidat crédible sur tous les plans (ce qui reste à démontrer, mais à titre personnel j’ai confiance dans le bonhomme) peut susciter un enthousiasme encore bien plus large que ce qu’avait créé Bayrou en 2007. Il ne siphonnerait pas que les voix du PS, loin de là : une bonne partie de centristes, des déçus du sarkozysme et aussi, très certainement (et tant mieux !!) de nombreux électeurs "anti-système" qui se rabattent sur le FN actuellement.

        Cette capacité de rassemblement me semble excéder même celle d’un Strauss-Kahn.

        Hulot a suffisamment d’aura et de talents oratoires pour éventuellement retourner le paysage politique ; qui sait, si le PS sort, comme à son habitude, souffreteux de ses primaires, il pourrait même le contraindre à s’effacer. De toute manière, si des sondages commencent en premier lieu à donner des 10% d’intentions de vote (voire plus avec le buzz) à Hulot dans les semaines qui viennent, DSK devrait prendre peur et trouver la situation trop incertaine pour revenir. Auquel cas, il est tout sauf improbable de voir Hulot s’imposer comme plus populaire qu’Aubry ou Hollande. Et si ceux-ci ont de la jugeote - ce que je crois concernant Aubry - ils préféreront dans un tel contexte positionner un Hulot à la candidature d’un large rassemblement d’opposition où leur programme et leurs ressources auront plus que la part belle.

        De toute manière, je ne crois pas que l’UMP puisse tant que ça profiter d’une candidature Hulot. En l’état actuel, son électorat sera réduit aux seuls pro-sarkozystes invétérés : les "autres" libéraux seront charmés par le centre ou DSK, les gaullistes par Villepin et les traditionalistes iront du côté de Boutin ou De Villiers. Assez d’électrons autour du parti majoritaire à ce qu’il me semble, donc, pour, le désamorcer bel et bien.

        1er.04 à 10h39 - Répondre - Alerter
        • Ton raisonnement est très parti pris "écolo", mais chacun sa vision des choses... Aujourd’hui malheuresement trop d’écolos et (trop d’autres aussi) accusent Hulot d’avoir flingué l’écologie... TF1, ses virées en hélico (bilan carbonne ??)...etc...etc... Trop d’éléments à charge de Nicolas Hulot, pour réussir un rassemblement d’une opposition... d’autant plus que ces dernières années, il s’est plus affiché comme n’étant ni de droite, ni de gauche... Et il a pas mal flirté avec la doite, donc la gauche doit certainement aussi l’attendre au tournant ! Bref, trop d’embuches l’attendent, et risque de se refermer tel un piège (politique) sur lui !

          1er.04 à 11h33 - Répondre - Alerter
          • Les embûches que tu prédis sont vraisemblables. Mais je crois qu’il les surmonterait et en sortirait même grandi. Les virées hélico, les contrats avec l’Oréal et TF1 et les ententes avec politiciens de la majorité, tout cela, il s’en est déjà occasionnellement expliqué. Et dans le reigistre "on ne fait pas avancer ses idées seul, il faut bien faire des concessions", ses explications ont le mérite d’être claires et directes, sans gêne ni hypocrisie. Elles convaincraient. A ce que je crois, du moins.

            Ce qui serait (sera ?) plus ardu, en revanche, ce sera d’acquérir une réelle crédibilité aux niveaux diplomatique, économique, connaissance des dossiers, etc. Et pour cela, il faudra qu’il soit très, très bien encadré et conseillé.

            1er.04 à 12h00 - Répondre - Alerter
            • Et qui l’encadrera ? Le problème est bien là ! Et à toujours été là chez les écolos. Certainement très fort sur le point de l’écologie, en revanche aucune crédibilité sur le plan économique, financier, international... Et les français, comme toujours lors des élections présidentielles, choisiront un homme d’état ! Et là Hulot en est trop loin....

              1er.04 à 12h04 - Répondre - Alerter
  • Nicolas Hulot ferait un excellent allié de Dominique de Villepin. Etant donné les derniers developpements de la situation au Japon la politique nucleaire française aura besoin d’etre revue avec un oeuil neuf par des politiques blanchis vis a vis des précédentes politiques de communication antérieures qui ont toujours été entourées de secrets, du fait de la paternité du nucleaire militaire sur l’atome civil. Comme le disait Dominique Voynet ce matin sur Inter "cette confiance ne s’était jamais établie avec Lionel Jospin". La communication sur le nucleaire ne peut donc etre la propriete ni de l’UMP ni du PS et par ailleurs elle tend tres vite aux extrêmes.

    La politique de l’energie est un excellent point de vue a la fois sur les causes de la montée de l’extreme droite et sur l’ouverture inattendue du scrutin a partir du moment ou il peut y avoir 5 candidats au coude a coude a hauteur de 20%.

    L’accident nucleaire au Japon donne le sentiment jours plus tard d’une terrible reprise en main de l’ordre par les USA. De nouveau ils interviennement a l’ouest et a l’est. De nouveau ils ont leurs porte avions sur toutes les mers du monde .

    15.03 à 11h30 - Répondre - Alerter
  • Mais qu’est-ce qu’on s’en balance de savoir si Hulot va ou non se présenter !
    Ce genre de masturbation, à quoi cela sert-il ?

    10.03 à 12h39 - Répondre - Alerter
  • Arnaud Gossement soutient Europe Ecologie et particulièrement la candidature d’Eva Joly à la présidentielle, ce qui permet de mieux comprendre la raison de cette tribune, au-delà de l’argumentaire développé par l’avocat.
    Il est de plus en plus évident que cet avocat brillant, et qui aime le montrer, se prépare à une carrière politique.

    10.03 à 11h24 - Répondre - Alerter
  • Arnaud Gossement est un fin juriste, mais question politique, je pense qu’il se trompe fortement.
    1 : Certes "un candidat a besoin de la logistique d’un parti, de militants et de leurs cadres, même pour une élection aussi personnifiée que la présidentielle "mais justement Nicolas Hulot pourra compter sur un mouvement Europe écologie Les Verts qui, avec lui, va continuer à s’élargir.
    2 "Deuxième raison : Nicolas Hulot n’est ni de droite ni de gauche. " Ce qui compte c’est qu’il soit écologiste, ensuite la question des alliances possibles est déterminante, mais la preuve est faite que le projet écologiste est incompatible avec celui de Sarkosy.
    3" l’homme du Pacte écologique à 700 000 signatures est sans doute plus utile que ne le serait le candidat à 5%".
    Le pacte écologiste c’était en 2007, nous sommes en 2011, les temps changent....et la candidature de Nicolas Hulot peut permettre aux écologistes de dépasser largement les 5 %. Europe écologie Les Verts a dépassé les 16 % aux européennes et 13 % aux régionales .
    Mais c’est vrai, "le Nicolas Hulot que nous connaissons ne sera pas candidat : tant mieux". Ce sera le Nicolas Hulot candidat, qui comme de nombreux écologistes avant lui, franchit une nouvelle étape et laboure un nouveau champ, celui de la politique. J’espère que sa candidature permettra alors à d’autres, dont Arnaud, de rejoindre ce mouvement.
    Amicalement
    Christophe Rossignol
    Conseiller Régional Europe écologie Les Verts région Centre

    9.03 à 16h16 - Répondre - Alerter
  • N’empêche qu’on voudrait bien un gouvernement qui soit étiqueté "je travaille pour le plus grand nombre des français" (c’est le cas des écologistes) et qui n’ai pas comme premier objectif de faire circuler le plus gros volume d’argent possible. Un discour que j’aimerai entendre :
    - supprimer les dépenses somptuaires. On y est arrivés dans la plupart des entreprises grâce à des règles fiscales adéquates ; on pourrait y arriver chez les élus de tout bord en contrôlant et en faisant payer sur les deniers personnels des élus les dépenses non productives de services au profit des citoyens de base.
    - imposer les réunions d’élus dans des salles chauffées certes, isolées thermiquement et ouvertes au plus grand nombre de citoyens sans que pour cela construire des bâtiments dont le cout dépasse celui de dizaines (centaines ?) de logements
    - proposer des votes par budget plutôt que par élu et élire une assemblée de représentants du plus grand nombre de citoyens en fonction du projet. Aujourd’hui, :
    . Si je vote à gauche aujourd’hui, je suis sensée être d’accord pour les centrales nucléaires, pour l’aide sociale et le budget éducation, et soi-disant pour l’immigration non contrôlée ... et je me doute pour l’enrichissement personnel et celui des amis et la facture des casseroles ;
    . Si je vote à droite, je vote tout amalgamé pour le renvoi aux frontières de ceux qui n’ont plus leur place sur la planète, pour la floraison des bénéfices des entreprises, particulièrement celles qui produisent cosmétique, chimie et agroalimentaire (les plus pollueurs, les plus bénéficiaires, tient ! ) pour la fermeture des hôpitaux de campagne, l’enrichissement personnel et celui des copains et la facture des casseroles, l’explication de "la crise" par le système financier ... et les fleurs dans les bacs à fleur dans ma rue (presque autant que les caméras de sécurité et les représentants des forces de l’ordre ... enfin, si je n’habite pas dans les quartiers de non-droit et de non-devoirs ! ;
    AU MOINS, AVEC LES ECOLOS, ON VOTE QUE (seulement pour) POUR CE DONT ON EST 100% D’ACCORD !

    Dommage que pour Marine, ce soit un peu la même chose en discours (bien que la facture des casseroles pourrait être lourde au bout de 5 ans)
    Je ne serais pas étonnée pour ma part que les votes blancs et l’abstention soit la réponse, cette fois, à l’absence d’un candidat sensible à l’écologie et au bien du plus grand nombre
    Pourquoi les français iraient-ils voter alors que le monde politique semble tellement pourri et personne pour dire "stop" à cette république bananière.

    9.03 à 08h26 - Répondre - Alerter
  • Je pense aussi, comme Me Gossement, que ce ne serait pas un bon service à rendre aux citoyens, ni à Nicolas Hulot, lui même, que de se présenter en 2012.
    Comme Pierre RABHI et lui même l’ont fait en 2007, une position d’expert "détaché" (au sens bouddhiste) du débat, de "la mélée" et surtout des partis qui tous traînent leurs grosses casseroles de scandales et de compromissions, aura meilleure audience et meilleure efficacité.
    Il ne se passera quelque chose en 2012 que si une majorité de citoyens ne considèrent plus la "présidentielle" comme un blanc-seing pour un monarque, mais comme une étape, importante mais pas unique, de la démocratie.
    Bien sûr, il y aura dans la foulée, les "législatives", qui pourront soit tempérer soit forcer le trait du scrutin présidentiel.
    Mais surtout il faut qu’il y ait un sursaut citoyen pour que chacun, après 2012, à sa mesure, reste vigilant, par les implications dans les débats publics, par une demande constante vers plus de démocratie participative, et par toutes sortes d’outils (encore à inventer peut être...), afin que le citoyen redevienne, comme dans toute République qui se respecte, à la fois le but, l’acteur et le vérificateur de toutes actions.

    9.03 à 08h25 - Répondre - Alerter
  • La réponse à cette question est elle importante ?
    Non.
    Hulot s’est fait rouler dans la farine en 2007 alors, il irait bien tout seul défendre l’écologie à la présidentielle de 2012 ? Bonne chance à lui.
    S’il veut défendre l’écologie, (et surtout continuer à faire du fric avec), il ferait mieux de rester apolitique. Se lancer, l’obligera à se positionner pour un tel ou un tel au second tour.
    Au fait il propose quoi Hulot comme programme ? La politique est un métier Môsieur !

    9.03 à 08h23 - Répondre - Alerter
    • " La politique est un métier Môsieur "

      J’espère que c’est du second degrè !
      C’est bien parce que les politiciens sont dans un "métier" que notre démocratie est malade. Ces "professionnels" manquent de professionnalisme. Ils visent pour la plupart leur(s) réelection(s) (au pluriel pour les "cumulards") :
      - sclérosant les débats,
      - oubliant les citoyens qui les ont élus,
      - se laissant bercer par les sirèens lobbyistes (espérant qu’ils n’écoutent que les chants et pas les sons des espèces tombant quelque part en Suisse ou au Luxembourg),
      - reniant même pour beaucoup leurs engagements (les signataires du pacte écologique !)...

      9.03 à 08h35 - Répondre - Alerter
      • Second degré ? oui et non malheureusement.
        Tiens vous me faites penser que je n’ai pas encore acheté le Canard ce matin.

        9.03 à 08h56 - Répondre - Alerter
      • Cartus, Merci pour tes réponses toujours "to the point"

        je soutiens également l’idée que si la politique n’était qu’un passage dans la vie, limité dans le temps, correctement rémunéré, sans plus, on aurait enfin des dirigeants qui se soucient de l’intérêt général bien plus que de certains intérêts privés (parfois les concernant de près).

        Où sont les De Gaulle, les churchill et les Kennedy en 2010 ?

        11.03 à 09h20 - Répondre - Alerter
        • Je pense que Nicolas Hulot serait plus utile à soutenir le candidat présenté par Europe écologie les Verts. Il n’est pas assez aguerri des combats politiques et trop fragile.
          En ce qui concerne le cumul des mandats, j’ai toujours pensé que c’était le cumul des rémunérations qu’il fallait interdire. Cette règle étant établie, il y aura beaucoup moins de cumul de mandats

          11.03 à 18h15 - Répondre - Alerter
  • Bravo pour cette analyse très fine de la situation. Cela nous change des sondages "à la con" et des prédictions des "experts".
    Je partage ce point de vue : Nicolas Hulot est sans doute plus utile à l’écologie dans son rôle actuel.

    9.03 à 01h57 - Répondre - Alerter
  • blablablabla

    8.03 à 20h06 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité