publicité
Accueil du site > Actu > Santé > Faut-il en finir avec les défrisants ?
Santé

Faut-il en finir avec les défrisants ?

<-  Retour à l'article

Depuis quelques années, les produits qui lissent les cheveux des femmes noires sont pointés du doigt. Mais sont-ils vraiment nocifs ? Et pourquoi les adeptes continuent-elles à souffrir pour aller contre la nature de leur chevelure ?

10 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • De nos jours, les soins de cheveux sont nécessaires, sinon pour les gens qui ont un problème de calvitie, une solution est proposée par la chirurgie esthétique par une opération de greffe de cheveux.

    12.04 à 15h41 - Répondre - Alerter
  • J’ai arrêté de défriser mes cheveux depuis juillet 2015. je suis en transition. Je ne le regrette pas.
    Comme mes racines sont plus épaisses que mes pointes, le soir je tortille le bas de mes cheveux après les avoir humidifié avec un composé d’eau de source 2/4, d’huile d’olive 1/4 et un produit nourrissant sans rinçage 1/4. Pour l’instant la transition se passe bien.
    Mes enfants aiment, mon mari aussi et au travail pareil. Mes enfants n’avaient jamais vu ma vrai texture de cheveux et comme ils sont métisses et ont pris la texture de leur père, ils réalisent seulement qu’est-ce que c’est que des cheveux crépus.
    Je suis d’accord avec "fan" chaque métisse ou africaines à une texture de cheveux différentes. Je suis allée au départ sur Youtube pour chercher des conseils. Mais pas une des filles n’avaient mes cheveux. Donc j’ai tâtonné et expérimenté ce qui allait à mes cheveux "frisés, crépus" et je pense avoir trouvé.
    C’est une expérience très intéressante pour moi, car c’est plus facile de gérer mes cheveux depuis que je ne les défrise plus. Ils sont bien plus beaux et cela me va mieux. Si javais su, je l’aurais fais depuis des années. Je coupe les pointes défrisées chaque mois et il ne me reste que 5 cm de cheveux défrisés.
    Je comprends les personnes qui ne veulent pas passer aux cheveux naturels. Car si pour elles ce changement se traduit pas des dépenses supplémentaires dans des produits de soins. Si leur texture de cheveux naturels ne leur satisfont pas. Si elles arrivent à gérer parfaitement leur défrisage, ce qui n’était pas mon cas etc. C’est leur liberté.
    Je regrette seulement qu’aujourd’hui les mères défrisent les cheveux de leurs petites filles au lieu de leur apprendre à les aimer. Aujourd’hui il y a des bon démêlant, à mon époque il n’en existait pas. Le démêlage était un calvaire. En plus j’avais des cheveux longs.
    L’union fait la force avec toutes les jeunes métisses et africaines qu’il y a en France, si ont voyait enfin leurs vrais cheveux, la population s’habituerait et elles n’auraient plus l’obligation de les défriser pour croire que c’est cela qu’il faire pour être belles.
    Depuis quelque mois, je remarque dans certaines publicités ou film des jeunes filles ou femmes avec des cheveux naturels. Je les trouvent belles. Je voudrais en voir plus souvent mais c’est déjà un début.

    4.12 à 18h34 - Répondre - Alerter
  • la composition chimique du défrisage et permanente est la meme.alors pourquoi lave t’on les cheveux avant l’application de la permanente alors que pour defriser il faut que les cheveux soient sales

    27.10 à 16h33 - Répondre - Alerter
  • la composition chimique du défrisage et permanente est la meme.alors pourquoi lave t’on les cheveux avant l’application de la permanente alors que pour defriser il faut que les cheveux soient sales.

    27.10 à 06h50 - Répondre - Alerter
  • Le risque professionnel chimique est bien connu des coiffeurs et les agents chimiques en cause possibles sont multiples :
    - Les produits de coloration
    Le principal allergène responsable est le paraphénylène diamine (PPD).
    - Les produits de décoloration
    Des lésions eczématiformes sont provoquées par les persulfates alcalins.
    - Les permanentes sont plus ou moins irritantes et allergisantes selon leur composition.
    - Les produits de défrisage sont nettement plus alcalins que les produits des permanentes, ce qui augmente le pouvoir irritatif des défrisants.
    - Les shampooings contiennent des agents nettoyants (tensio-actifs) et des conservateurs (aldéhyde formique), de l’ammonium quaternaire etc. …responsables de lésions eczématiformes subaiguës ou chroniques.
    - Ces produits peuvent aussi provoquer des anomalies unguéales : chromonychie (coloration pathologique des ongles) due aux teintures capillaires, koïlonychie (relèvement des bords de l’ongle) due à l’acide thioglycolique des liquides de permanentes…
    - A noter que ces produits peuvent également être allergisants pour la personne coiffée et par exemple donner des urticaires géantes aux clients.
    source : http://www.officiel-prevention.com/...

    12.02 à 16h46 - Répondre - Alerter
  • Même si j’approuve cette démarche, pour moi le cœur du problème n’est pas si trivial que de "ressembler à une blonde aux yeux bleus". Sinon vous verriez plus souvent de filles colorées (comme c’est le cas chez ceux qui ont le cheveux raides) alors que la plupart se contente de les défriser.
    le vrai problème pour beaucoup n’est pas là.

    Avez-vous fait le tour des publicités des produits coiffants pour cheveux crépus ?
    Ils nous promettent tous d’être l’unique solution valide pour avoir des cheveux souples, brillants et faciles à coiffer.
    Et c’est là que le bât blesse !

    Comment avoir des cheveux facile à coiffer ?
    Cet article parle du cheveu crépu, mais il n’y a pas qu’un seul type de cheveu crépu. Tout comme il n’y a pas un seul type de cheveu raide.
    Mais il y a peu de propositions sérieuses prenant en compte cette diversité.
    Dans ma famille, entre mes sœurs et enfants, nous sommes 6 filles avec 4 types de cheveux différents.
    Il faut prendre en compte :
    - la frisure.
    - la tendance hydrophile. (selon les personnes le cheveu sèche plus ou moins vite)
    - la sécheresse du cuir chevelu (la peau) qui est différente de ce que qui se déroule sur les longueurs.
    - les autres caractéristiques du cheveux : fin, épais, cassants ou non, tendances à faire des nœuds, tendances à fourcher ou non.

    Toutes ces combinaisons possibles demandent des soins différents.

    Pour moi c’est un shampoing pour de marque très connu qui a était la vrai solution. Pas besoin d’acheter un démêlant en sus. Plus de pellicules non plus ; elles étaient dues à divers produits inadaptés bien que destinés à des cheveux crépus.
    En fait pour chacune, une solution différente a été trouvée pour l’entretien de sa chevelure. C’est vrai qu’il y a peu d’études faites sur les cheveux crépus et donc peu de réelles informations que nous pouvons avoir pour trouver les solutions qui nous sont adaptées.
    Malheureusement, seul le tâtonnement et de l’expérimentation, nous ont permis de trouver (ou pas) une combinaison de soin qui soit équilibrée en temps et en coût. Mais cette combinaison de soins nous est personnelle.

    Le vrai enjeu est de trouver des moyens simple et peu onéreux ! à l’entretien courant de nos cheveux.
    Dans cette article il y a un témoignage qui dit que depuis qu’elle a les cheveux au naturel et ne craint plus la pluie. Je me demande sous quelle latitude vit-elle ?
    Chaque hiver en métropole, je défrise mes cheveux. Pour moi, c’est le moyen le plus simple et le moins cher de passer un hiver sans prise de tête !
    avec des cheveux non défrisé, un petit peu de pluie en allant au travail cela veut dire une journée avec les cheveux humides. et tous l’inconfort que cela a quand ceci se répète sur plusieurs jours. une fois défrisée, j’utilise une petite serviette microfibre au bureau et ils sont à nouveau sec dans l’heure. Le matin, je mets 1/4 d’heure à les coiffer. contre 1h30 sans défrisage. Et de toute façon l’usage répété d’un sèche cheveux avec une puissance de chauffe adaptée aux cheveux crépus, les agressent tout autant. A la fin de l’hiver, je me retrouve avec la même casse que mes cheveux légèrement défrisés.

    Il y a une quinzaine d’années dans le magazine Aminah, une coiffeuse proposait aux femmes qui soufraient apoplexie de lui envoyer une mèche de cheveux et des photos pour leur proposer un cadre de soins qui soit adapté à leur problématique.
    J’avais trouvé que cette démarche comme étant une vraie révolution. Il est dommage que peu de salons aient ce type d’étude sur le cheveux de leur clientèle. Car aucune solution toute faite n’existe.

    Merci à ceux ou celles qui auront lu ce commentaire jusqu’au bout.

    25.11 à 11h27 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    J’ai vu le docu "good hair" en février 2014 et cela m’a convaincue de revenir aux cheveux naturels.
    Il m’a fallu 3 mois pour sauter le pas après des heures de visionnage de tutos sur youtube et lectures de blogs.
    Ca fait maintenant 6 mois que j’ai entrepris la transition et c’est vrai que c’est le parcours du combattant. Il faut tout apprendre, comment laver, entretenir, nourrir et coiffer ces cheveux que nous ne connaissons pas. Je n’en suis pas encore sortie mais je ne regrette pas du tout.
    J’ai trouvé cet article très intéressant et tout à fait dans le vrai tout comme la discrimination non dite au travail.
    Merci et bonne journée

    18.11 à 21h56 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi cette traduction "il faut "éduquer" les gens" ?!

    18.11 à 11h30 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi mettre une photo de Beyonce en tête d’article ? Pourquoi pas plutôt une photo de belle coiffure affro ?

    18.11 à 10h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité