publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > La France se rêve en usine à gaz (de schiste)
Énergie

La France se rêve en usine à gaz (de schiste)

<-  Retour à l'article

Dans quelques semaines, le Larzac va trembler. Total, GDF Suez et Schuepbach Energy vont creuser son sol à la recherche de milliards de mètres cubes de gaz. A la clé, l’indépendance énergétique de la France. Et une possible catastrophe environnementale.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • j’attends de voir mais je suis pas convaincu pour le moment.

    .

    Voix off radio à prix sympa pour votre ceremonie


    Voix-off française, Jessica Quillet vous fournit une grande quantité de voix off radio d’intentions de voix et de tons divers (intime, sérieuse, promotionnelle etc.) selon les besoins de vos projets audiovisuels, dans tous les domaines (Documentaire, Publicités, Jeux vidéo etc.). Equipée de son propre home studio et de son propre espace en ligne, elle répond à toutes les questions, vous propose ses tarifs sous 24h et vous livre sa voix dans le même délai.

    Besoin d’idée pour le Mariage

    Aussi, venez vite prendre contact avec elle si vous avez la moindre interrogation, que vous soyez professionnel ou particulier, elle sera à votre écoute. Visitez son site officiel pour vous faire votre idée à l’aide des de voix off femme nombreux extraits audiovisuels mis en ligne !

    7.10 à 00h48 - Répondre - Alerter
  • A quel distance de chez vous recherche t’on du gaz de Schiste ?
    Réponse sur la carte des des eco-SAPIENS : http://www.eco-sapiens.com/gaz-de-schiste.php

    8.03 à 14h45 - Répondre - Alerter
  • L’argument massue qui justifierait l’exploitation des gaz de schistes est "l’indépendance énergétique de la France". Pourtant cela fait bien longtemps que cette indépendance énergétique n’existe plus. Reconquérir cette indépendance énergétique veut-il dire que les écarts de richesse dans ce pays vont se réduire ? Car si une partie de la population française s’appauvrit, ce n’est pas parce que les ressources énergétiques se raréfient, mais parce que les richesses du pays sont de plus en plus mal redistribuées, et parce que nombre de grandes entreprises et banques ne payent pas en totalité leurs impôts et s’organisent pour que leurs profits ne soient pas taxés.
    Par ailleurs, ce que les dirigeants des industries pétrolières veulent, c’est perpétuer un système qui engrange des profits énormes sans en payer le coût écologique.
    Exploiter du gaz non conventionnel (qui nécessite des techniques d’exploitation beaucoup plus complexes et nocives pour l’environnement) comme c’est le cas du gaz de schiste, va-t-il coûter moins cher à la société que d’exploiter du pétrole ou du gaz conventionnel par des forages off-shores ? Sûrement pas ! L’objectif de ces compagnies est de faire payer au citoyen le coût écologique de l’extraction des gaz de schistes tout en continuant à engranger les profits. Car il faudrait être naïf pour penser que cette soi-disant indépendance énergétique déboucherait sur une baisse des prix du carburant à la pompe.

    Conclusion : les citoyens des régions concernées verraient leur territoire durablement affectés par l’exploitation, l’Etat continuerait avec une conception de la production énergétique anti-démocratique (au même tritre que le nucléaire) et les investissements massifs dans l’extraction des gaz de schistes sont autant de ressources dont seraient privées les énergies renouvelables.
    Observons un peu les pays producteurs de pétroles : ces ressources énergétiques immenses ont-elle profiter à la démocratie et à la juste répartition des richesses pour la population ? La réponse est la plupart du temps négative, à l’exception de pays comme la Norvège.

    8.02 à 12h17 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      Je ne suis pas d’accord avec vous sur certains points, importants il me semble. Bien sûr que nous sommes tous contre le cancer, la pollution, etc... Qui pourrait en toute bonne foi être pour ?
      Par contre, je trouve dommage que vous fassiez plusieurs amalgames :
      1° Oui, l’exploration pétrolière n’a pas profité la démocratie et à la juste répartition des richesses dans la plupart des pays concernés... ce qui semble tout à fait logique puisqu’aux dernières nouvelles ce ne sont pas des démocraties. La France en est une. Peut-être pas la meilleure, mais c’en est une. Je rajoute au passage qu’en plus d’avoir un système politique complètement différent, la culture est également très différente, et a un impact bien plus important qu’on ne le pense puisque la répartition des ressources est une priorité (cf notre système politique, social, économique), alors qu’il ne l’est pas le moins du monde dans d’autres pays).

      2° Oui, l’exploration et la production de gaz de schiste aux USA a été désastreuse. Comme l’ont été bien d’autres choses d’ailleurs. Les USA sont connus pour leur position sur l’écologie, leur système économique (anglo-saxon), politique, etc. C’est culturel, pour le meilleur et pour le pire. Cela s’explique par leur passé, leur histoire, et met du temps à changer. Ils auraient enfin réalisé que leur système de retraire 401k (par exemple) est loin d’être le meilleur, pour adapter le modèle français (qui est l’un des meilleurs). Donc pour revenir au gaz, je trouve ça idiot de croire que l’exploration et la production de gaz en France se fera de la même façon qu’elle s’est faite aux USA. Personne n’a dit que les méthodes employées par les USA étaient 1° les meilleures (on serait d’ailleurs tous d’accord pour dire le contraire) 2° les seules. Et en supposant que ce soient les seules, qui nous dit que nous ne trouverons jamais de meilleur moyen ? N’est-ce pas un poil cynique de ne pas croire au progrès ? Heureusement que les Hommes ne se sont jamais arrêtés à la première tentative, à la première erreur. Ce qui est grave, ce n’est pas de faire des erreurs, c’est de les refaire.
      Personnellement j’ai confiance en mon pays pour croire qu’il sera suffisamment intelligent pour ne pas permettre de telles destructions maintenant que l’on en connait les risques. C’est peut-être idéaliste, mais je préfère vivre heureux qu’aigri, et agir en conséquence : essayer de trouver des solutions plutôt que l’immobilisme.

      Enfin, et ça m’a beaucoup surpris : "l’Etat continuerait avec une conception de la production énergétique anti-démocratique (au même titre que le nucléaire)". En quoi la production nucléaire est-elle anti-démocratique ? J’aurais tendance à penser que cette solution a été choisie justement pour que tous les français (de plus en plus nombreux après la Deuxième Guerre, le fameux Baby Boom) aient accès à une énergie fiable et bon marché. Tellement bon marché d’ailleurs que nos amis européens en profitent largement, dont les allemands (malgré leurs superbes parcs éoliens). Au contraire, la création d’un monopole d’Etat sur l’énergie nous permettait de bénéficier d’une qualité de service irréprochable (comparé à nos voisins immédiats), et à un prix défiant toute concurrence ! Maintenant que Bruxelles nous force la main pour l’ouverture des marchés, on constate une augmentation des prix, tout à fait logique. Donc "plutôt non", la production nucléaire française est tout sauf anti-démocratique (et si vous entendez par là le fait que l’Etat n’ait demandé à personne son avis, c’est certes anti-démocratique par définition, mais sûrement mieux pour nous - cf l’Union Européenne et le référendum sur la Constitution par exemple).
      Cependant, je suis d’accord pour dire qu’un mix électrique représenté à 80% par le nucléaire est beaucoup trop risqué, et potentiellement polluant. L’évolution rapide des rendements de l’éolien et du solaire devrait permettre d’étoffer notre mix avec des solutions plus propres, sans pour autant gêner la croissance (et donc la prospérité : car pour avoir des richesses à partager encore faut-il en avoir). Car c’est bien cela le développement durable.

      9.05 à 13h02 - Répondre - Alerter
  • Une réunion d’information s’est tenue à Saint Jean du Bruel dans le département de l’Aveyron le 20 Décembre 2010 concernant l’exploration et l’extraction du gaz de schiste par fragmentation hydraulique sur le territoire français ainsi que sur des sites préservés et fragiles.

    Nous avons tous dit « NON »

    Non aux explosions souterraines,
    Non aux quantités d’eau colossales nécessaires pour extraire le gaz de schiste,
    Non à l’injection de produits chimiques tenus secrets définitivement enfouis dans les nappes souterraines,
    Non aux cancers générés par les pollutions de l’eau,
    Non à la création de bassins de décantation des produits chimiques,
    Non aux nuisances sonores occasionnées par le ballet de véhicules lourds,
    Non aux tours de forage,
    Non à la mort du Grand Causse,
    Non à la mort des Cévennes,
    Non à la mort des 8 % prévus du territoire français,
    Non à la mort certaine de nos rivières déjà bien fragiles qui nous alimentent en eau potable,
    Non au massacre écologique que représente l’extraction du gaz de schiste par fragmentation hydraulique.

    Nous avons seulement dit « OUI » pour contrer ces procédés barbares et ces décisions unilatérales.

    22.12 à 13h27 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité