publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Société > Habitat partagé : ils vont emménager, voici leur expérience
29-07-2013
Mots clés
Logement
France
Reportage

Habitat partagé : ils vont emménager, voici leur expérience

Taille texte
Habitat partagé : ils vont emménager, voici leur expérience
(Les travaux en cours des futures maisons, à Nantes. Crédit photo : Bruno Violleau)
 
Reportage - A Nantes, neuf familles se sont lancées dans un projet d'habitat partagé. Avant l’emménagement prévu pour 2014, l'heure est aux discussions pratiques.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

« Je t’ai apporté la recette du gâteau au chocolat dont on avait parlé. » « Qui va au Salon du bois ce week-end ? – C’est obligatoire pour ceux qui installeront un poêle ! » Un jeudi soir pluvieux de début de printemps, chacun commence à prendre place dans la salle communale de la maison des associations du quartier Saint-Joseph-de-Porterie, à Nantes.

Marie-Louise, Ronan, Franck, Bruno et les autres se retrouvent une fois par semaine. Ils discutent charpente, tarif de rachat du photovoltaïque et serrurerie. Ils ne sont ni architecte ni promoteur mais se sont lancés, il y a cinq ans – pour certains – ou plusieurs mois – pour d’autres – dans le projet d’un habitat groupé. Neuf familles (dont douze enfants) dont les membres sont âgés de quelques semaines, pour le petit dernier, à 70 ans. Toute la troupe doit emménager en janvier prochain. Les travaux ont débuté il y a quelques semaines avec le terrassement et la pose des dalles.

C’est en 2008 que l’idée de cet habitat a commencé à germer dans les esprits. Marie-Louise est l’une des dernières rescapées du projet de base. Elle s’interroge alors avec amis et anciens collègues sur le « comment vieillir ensemble et ne pas être dépendants ». « Nous voulions continuer à être actifs, et pas loin des transports en commun », précise cette retraitée au large sourire. A l’époque, le projet n’était pas intergénérationnel. Mais certains se rendent compte qu’ils ne sont pas prêts et se désistent. Le temps passe et le petit groupe, partant à la recherche des maillons manquants, passe des annonces dans la presse locale et sur Internet.

« Je ne connais même pas mes voisins »

« 48 contacts rien qu’avec un article dans Ouest-France  », se souvient Marie-Louise. Le groupe fait alors passer des « entretiens ». C’est à ce moment-là que Franck est « recruté ». « Je voulais trouver un esprit de village, avec une entraide au quotidien », explique ce papa de deux fillettes de 2 et 6 ans. « Aujourd’hui, je ne connais même pas mes voisins », lâche-t-il.

« L’idée n’est pas tant de vivre ensemble mais plutôt de construire un projet ensemble », précise Bruno, qui a débarqué dans le groupe à la fin de l’année 2011, après qu’une famille s’est désistée. Il est maintenant l’un des deux co-gérants du projet. « Ce qui nous a intéressé, mon épouse et moi, c’est de monter quelque chose de collectif, sans pour autant oublier chaque individualité. » Et cela n’est pas de tout repos. Les collectivités n’ont pas – encore – l’habitude de ce genre de projet. « Il est difficile de se faire entendre et comprendre auprès d’elles et puis au début nous avions vu trop haut, il a fallu refonder le projet pour en baisser les coûts. »

Bruno Violleau, le co-gérant du projet, conseille par ailleurs de se faire aider par un tiers pour « arbitrer les conflits du groupe. Garant du bon déroulement – respect planning, prise de décision –, il peut être un assistant à maîtrise d’ouvrage ». « L’idéal est d’avoir un bon contact avec la collectivité locale, explique Cécile Viallon, du mouvement Eco habitat groupé. En général, elle ne s’oppose pas mais est indifférente. Quant aux notaires, il y en encore peu qui comprennent comment cela fonctionne. »

Eau de pluie et potager

Sur un modèle non standardisé – les futurs habitants de Saint-Joseph-de-Porterie ont réalisé leurs plans –, et 1500 m2 de terrain, les maisons feront de 80 à 150 m2. Toutes respecteront les normes BBC (bâtiment basse consommation), certaines seront mêmes passives. L’habitat sera « le moins possible gourmand en énergie et le plus naturel qu’il soit », souligne Bruno Violleau. L’eau de pluie sera récupérée pour être utilisée dans les chasses d’eau. Au milieu, se tiendra une petite maison commune de 20 m2 pour accueillir les hôtes de passage, se retrouver et faire des réunions. Le potager et le jardin seront également partagés. Enfin, certains outils, notamment de bricolage et de jardinage, seront mutualisés. Chaque séance hebdomadaire de discussion autour du projet rapproche le petit groupe de l’emménagement et chacun semble déjà se voir y vivre.

L’habitat partagé en chiffres et en règles

- En ce qui concerne l’aspect financier d’un habitat partagé, deux choix sont possibles, avec d’un côté des emprunts individuels où chaque ménage apportera sa contribution au groupe ou bien un emprunt collectif.

- Pour le côté juridique, il existe pléthore de statuts. Parmi eux, la société civile immobilière d’attribution. Elle a pour vocation « l’acquisition ou la construction d’un ensemble immobilier, en vue de sa division par fractions, destinées a être attribuées aux associés en propriété ou en jouissance ». L’autre solution peut également résider dans la société civile coopérative de construction. Mais il n’existe pas, pour le moment, de statut idéal pour ce genre d’habitat. Ce sera peut-être le cas à l’avenir puisque le projet de loi Duflot entend favoriser le développement de formes d’habitat alternatives avec la création de deux statuts pour l’habitat participatif : la coopérative d’habitants et la société d’autopromotion.

En Suisse, l’habitat partagé représente 5% du parc immobilier et le taux grimpe à 15% pour la Norvège. En France, selon les travaux d’Emilie Cariou, de Association de développement de l’économie sociale et solidaire (Adess) de Brest, il y aurait entre 112 et 178 projets, depuis 2010, d’habitat groupé. Les régions Ile-de-France, Rhône-Alpes et Bretagne figurent en haut de la liste.

Lire « la Synthèse du recensement non exhaustif des projets d’habitat groupé en France », d’Emilie Cariou.

PDF - 1.6 Mo

Et vous, lecteurs, ça vous dit, un projet d’habitat collectif ? Seriez-vous preneurs de conseils ou au contraire souhaitez-vous en donner ? Faites-nous part de votre expérience au bas de cet article.

A lire aussi sur Terraeco.net :

- Un village à tous les étages
- Viens chez moi, j’habite chez mes voisins

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité