publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Que faites-vous à la COP21, Oumou Sissoko ?
11-12-2015
Mots clés
Climat
Agriculture
Afrique
Instantané

Que faites-vous à la COP21, Oumou Sissoko ?

Taille texte
Que faites-vous à la COP21, Oumou Sissoko ?
(Crédit photo : Claire Baudiffier)
 
La présidente de l’association Cafo Mali France, qui défend les droits des femmes, explique la façon dont elles s'adaptent au changement climatique au Mali.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

« Je suis venue ici, dans l’espace Génération climat, pour parler de l’adaptation des femmes au changement climatique. Je suis d’ailleurs étonnée par leur absence. Certes, il y a quelques femmes côté politique et négociations, mais côté société civile, très peu. C’est dommage, on ne les entend pas. Au Mali, elles sont les premières victimes du dérèglement. La plupart, dont les agricultrices, se sont adaptées aux effets de ce dernier, notamment en ce qui concerne la question du bois. Là-bas, le bois est à la base de tout : il sert à cuisiner et à se chauffer. Or, il se fait de plus en plus rare. Les femmes ont dû réinventer le foyer traditionnel. Celui-ci était composé de trois pierres, était très gourmand en bois et polluant (voir ici, ndlr).

Les femmes se sont alors tourné, avec l’aide de l’Etat et des associations qui les ont sensibilisées, vers le foyer amélioré en banco, c’est-à-dire avec les matériaux disponibles. Dans ce cas-là, de l’eau, de la terre et de l’argile. Il permet d’économiser entre 50% et 75% de bois. D’autres en ont créé en métal, qui émettait encore moins de fumée, mais c’était beaucoup plus coûteux, donc pas accessible à toutes. Elles abandonnent aussi certaines cultures ou en reprennent d’autres, comme la patate douce, qui est de nouveau cultivée depuis quelques années et qui avait été abandonnée au profit de la pomme de terre. Le but de notre association est aussi de dire qu’il faut redonner des semences et des terres fertiles à ces femmes. Ce devrait d’ailleurs être des biens communs, accessibles gratuitement.

Enfin, il faut bien comprendre que beaucoup de femmes se retrouvent seules. En effet, les hommes partent – notamment vers le sud du pays et du continent – car il n’y a plus d’eau. Elles restent pour s’occuper des enfants. Certaines partent tenter leur chance en ville et s’y retrouvent sans le sou, et tombent parfois dans la prostitution, même si c’est un phénomène dont on parle peu. »


- Le site de l’association Cafo Mali France
- Que faites-vous à la COP21, Yuhan Li ?
- Que faites-vous à la COP21, Tom B.K. Goldtooth ?
- Que faites-vous à la COP21, Lino Mamaní Huarca ?
- Que faites-vous à la COP21, Gregorio Mucu Maas ?
- Que faites-vous à la COP21, Adrien Brunetti ?
- Que faites-vous à la COP21, Mickaël ?
- Que faites-vous à la COP21, Liz Conor ?
- Que faites-vous à la COP21, Stéphanie Pageot ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité