publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Victoire des sushis sur le thon
18-03-2010
Mots clés
Société
Pêche
Monde
Japon

Victoire des sushis sur le thon

Taille texte
Victoire des sushis sur le thon
 
Les 150 États réunis à Doha pour la Cites, la conférence des espèces menacées, ont fini par trancher en faveur du "thon rouge as usual". Il continuera donc à être commercialisé comme si de rien n'était. Une victoire pour la "diplomatie du thon" japonaise.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Les rayons "thon" des supermarchés japonais ont encore de l’avenir : le Thunnus Thynnus, ou thon rouge atlantique, continuera à finir sa vie dans les sushis. Jeudi, les pays parties de la CITES, la Convention internationale sur le commerce des espèces sauvages menacées, ont finalement voté en grande majorité, (68 voix contre 20) contre l’inscription du thon rouge sur l’Annexe I de la CITES.

Cette dernière laissant le soin à l’ICCAT [1], qui gère la pêche en Atlantique et Méditerranée, de réfléchir sur le question. Pourtant, ladite ICCAT n’a pas brillé d’efficacité ces dernières années pour lutter contre la pêche illégale.

Peu importe, semble-t-il, pour les représentants japonais, arrivés en force à Doha, et qui n’ont cessé de marteler que "la CITES n’est pas le bon outil pour gérer les stocks de thon. Seule l’ICCAT peut décréter une suspension de la pêche et des exportations."

Avant le vote, ils répétaient aussi que le thon rouge n’est ni un lion, ni un tigre, ni encore moins un panda. Si l’espèce n’est pas menacée d’extinction, pourquoi diable, selon eux, aller l’inscrire à l’Annexe I de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées) qui interdirait son commerce au niveau mondial ?

Aiguisant leur argumentaire, jouant sur les pertes économiques qu’entraînerait une telle décision pour les pays méditerranéens, les délégués japonais ont réussi leur coup. Ils n’ont pas hésité à faire du porte à porte auprès des délégations pour rallier les hésitants. Chine, Canada, pays de la Ligue arabe, et même Grenade (Caraïbes), qui "craint pour sa sécurité alimentaire", ont donc rallié le Japon.

Un poisson très prisé

Si la France est la championne de la pêche au thon rouge (20% des captures déclarées en 2006 selon l’Ifremer), le Japon, lui, importe et avale deux tiers des prises mondiales. Sur les 43 000T vendues chaque année dans le pays (10% de la consommation totale de thon), la moitié vient de l’Atlantique. Pour alimenter les gourmets nippons, les pêcheurs ont plutôt forcé sur les filets, notamment sur les sennes tournantes, un long filet qui entoure les bancs de poissons).

Malgré la baisse des quotas (13 500T cette année) et l’interdiction de la CICTA [2], en 2007, de pêcher des thons de moins de 30kg en Atlantique Est, les stocks ne sont en effet toujours pas reconstitués et l’effort de pêche actuel n’est pas soutenable, affirment les scientifiques. Conscient du problème, le Japon plaide pour une pêche mieux contrôlée, mais encore faut-il que toutes les prises soient déclarées, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Toujours est-il que l’industrie s’avère lucrative, avec un prix de base (autour des 40 $ le kg) capable de grimper jusqu’à 100 $, voire plus. En janvier, un thon de 232 kg a été vendu pour la coquette somme de 122 000 €. Et le thon d’embouche capturé vivant et engraissé en captivité, se vend deux fois le prix du thon congelé. Ce qui a fait dire au représentant de Monaco, au lendemain du vote : "Cette espèce n’est pas pêchée pour satisfaire les besoins alimentaires des populations mais pour alimenter un marché hautement spéculatif."

Un poisson très culturel

Grand amateurs de poissons, les Japonais ne se sont mis au poisson cru (sushis, sashimis) qu’après la seconde guerre mondiale, avec les avancées de la réfrigération électrique, et importent depuis le milieu des années 1980. « Interdire le thon rouge aux Japonais, c’est comme interdire le vin rouge aux Français, explique Anne Garrigue, journaliste écrivain qui a vécu 8 ans au Japon. Ça n’a rien d’exotique ni de fashion, c’est dans la culture. Sur le marché de Tsukiji, à Tokyo, on en mange au petit déjeuner. »

Autre élément important : la couleur rouge. « Elle rappelle la tache rouge sur fond blanc du drapeau japonais, un must dans le mélange des couleurs pour les Japonais », explique Patrick Terrien, chef de cuisine ayant enseigné au Japon. RIA Novosti compare même la viande de thon à la chaire de baleine : « Les tentatives des écologistes de restreindre le droit des Japonais à manger la viande de baleine sont accueillies au Japon comme une atteinte à leur culture, étrangère à la civilisation occidentale. Il y a quelques dizaines d’années, leur viande (...) figurait même dans le menu des repas des écoliers en tant que nourriture bon marché et nutritive. »

Anticipant une interdiction du commerce du thon, l’entreprise nippone Burimy s’était fait remarquer cette semaine en expliquant avoir réussi à faire naître les bébés thons en captivité. Son thon "qui ne porte pas atteinte à l’environnement" devra encore attendre avant de remplacer le fameux Thunnus Thynnus.

A lire aussi sur terraeco.net :
- Peut-on encore manger du thon ? (et si oui lequel ?)
- Surpêche : la grande distribution entre deux eaux
- Thon rouge : pourquoi la France a tardé à trancher

[1] Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique

[2] Convention internationale pour la conservation des thonidés

Sources de cet article

- La RTBF
- Le blog éco(lo) d’Audrey Garric
- Le blog de Sylvestre Huet Sciences²
- L’Ifremer
- Le site Enviro2b
- RIA Novosti

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • lolive du sud : Thon is Money

    Une fois de plus l’appât du gain finis dans les filets de pêche ..Comment une culture peut elle être plus forte que la vie d’une espèce ?
    Je serais curieux de savoir comment les médiats nippon ont traité le sujet dans leur pays ?
    Maintenant que les mangeurs de sushi ont gagné une solution qui pourrait peut etre envisagé , de limiter la pêche serait de vendre le thon au prix extra fort pour limiter la consommation et faire prendre conscience au japonnais que les cultures si elles mettent en péril des espèces faudrait voir à les adapter en fonction des ressources.
    Je suis toutefois trés déçu de cette décision qui est encore une fois faites pour une minorité au dépend de l’ensemble des vivants.
    A quand le réveil général des consciences ?

    22.03 à 12h33 - Répondre - Alerter
  • Renanito : A chacun d’agir

    On peut taper sur les Japonais en les accusant de tous les maux, mais je pense aussi qu’il y a une dimension culturelle à ne pas négliger... Même si cela n’excuse pas tout.

    Selon le sondage GreenPeace CSA réalisé il y a quelques jours sur un panel de français, 74 % des interrogés déclarent savoir que le thon rouge est une espèce en danger de disparition, 78% sont prêts à arrêter d’en consommer.
    Or il est vraisemblable qu’il y a beaucoup de gens qui ne soucient plus de savoir ce que contient leurs plats au moment de commander un menu "K1" ou "M"...

    Ma vision est sans doute un peu naïve, mais je pense qu’il faudrait arriver à faire prendre conscience au gens de l’urgence de la situation. et lancer un mouvement de boycott du thon rouge. Les américains avaient bien réussi à le faire avec les produits français en 2003, je pense que c’est possible chez les français pour le thon rouge. Arriver à faire en sorte que ce soit vu comme quelque chose d’hallucinant de consommer encore en 2010 du thon rouge.
    Je parle du sujet dans un post sur mon blog.

    21.03 à 15h09 - Répondre - Alerter
  • "Victoire des sushis sur le thon", mais il semble bien que personne ne gagne dans cette affaire, car les japonais vont perdre au final, puisqu’il n’y aura plus de thon rouge.
    Une nouvelle fois, la politique de l’autruche l’emporte, on verra demain ce qui se passera et on laissera nos enfants se débrouiller.
    C’est triste, très triste.

    19.03 à 11h29 - Répondre - Alerter
  • UnMondeMeyeur : La Honte.

    La honte.

    Boycottons les produits de ces mangeurs de thon rouges, tueurs de baleines : Boycottons les produits Japonais.

    Boycottons aussi les produits de ceux qui croient encore dans les vertus du penis de tigre, de la corne de rhinocéros etc... : Boycottons les produits Chinois.

    Boycottons.

    19.03 à 11h02 - Répondre - Alerter
  • la bétise humaine dans toute sa spendeur, quand il n’y en aura plus un seul ils devront faire sans pourtant non ?

    sinon ils se rabattront sur une autre espèce à mon avis...

    malheureux tout cela

    19.03 à 09h32 - Répondre - Alerter
  • Japon : une entreprise se lance dans l’élevage du thon rouge afin de diminuer la pression sur les stocks sauvages

    Japan firm breeds bluefin tuna grown from eggs
    http://www.chinapost.com.tw/busines...

    Site de l’entreprise :
    http://www.a-marine.co.jp/en_topics...

    19.03 à 03h14 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité