publicité
Accueil du site > Actu > Société > Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le jeûne
1-06-2015
Mots clés
Alimentation
France
Pratique

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le jeûne

Taille texte
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le jeûne
(Crédit photo : Jake Stimpson - Flickr)
 
Dangereux ? Thérapeutique ? Contre-nature ? Cette pratique – qui attire de plus en plus – génère de nombreux fantasmes. « Terra eco » démêle le vrai du faux.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 68 - juin 2015

Bébé sur commande

Marion Eberschweiler a entamé son jeûne après deux ans de maladie digestive pour « repartir à zéro », sur les conseils d’une amie. « Je ne pensais pas tenir une journée entière ! J’ai donc été surprise de me sentir si bien et de tenir jusqu’à sept jours », raconte-elle. Thierry Butzbach, lui, jeûne deux fois par an depuis plusieurs années, histoire de « laisser son organisme au repos ». Difficile de savoir combien de Français décident, comme eux, de zapper les repas pendant une semaine ou plus pour faire du bien à leur corps. « Il s’agit d’un vrai phénomène de société », souligne Juliette Gueguen, médecin méthodologiste à l’Inserm. En 2014, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale a même planché sur le sujet à la demande du ministère de la Santé. Car pour les autorités, le corps médical et les mangeurs, le jeûne, hors croyances religieuses ou contraintes sanitaires, soulève beaucoup de questions.

  • Nouveau ? FAUX

    Sans mauvais jeu de mot, le jeûne n’a rien de neuf. « Dans l’Antiquité déjà, Hippocrate recommandait le jeûne, Socrate le pratiquait régulièrement », écrivent Juliette Gueguen et ses trois coauteurs dans le rapport rédigé pour l’Inserm. Sans remonter aussi loin, certains de nos voisins européens ont reconnu ses vertus. Depuis les années 1980, le jeûne fait ainsi partie de la politique de santé publique russe. Sans être aussi institutionnalisé (et donc remboursé), il est aussi largement pratiqué en Allemagne, dans des cliniques spécialisées.

    En France, Jean-Pascal David, gérant de la Maison du jeûne, affiliée à la Fédération jeûne et randonnée, se souvient surtout d’une pratique discrète, presque honteuse jusqu’à ces dernières années. « Beaucoup de gens jeûnaient depuis longtemps, mais personne ne le disait. Les choses se faisaient en secret, estime t-il. Et puis le documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, diffusé en 2012 (Le jeûne, une nouvelle thérapie, ndlr) a eu un succès phénoménal. Les gens n’ont plus eu peur de passer pour des fous en disant qu’ils jeûnaient, ce qui a incité pas mal de monde à essayer. »

    Aucune statistique ne permet de savoir combien de Français ont tenté l’expérience. D’abord parce que la Fédération jeûne et randonnée ne regroupe qu’une trentaine d’organisateurs sur… beaucoup ! Ensuite parce que certains, comme Marion ou Thierry, jeûnent en solitaire, en dehors des séjours organisés. « A notre échelle, on voit déjà l’explosion, soutient Jean-Pascal David. En deux mois, j’ai dû refuser une centaine de personnes car tous mes stages sont complets. »

  • Simple comme arrêter de manger ? FAUX

    Payer pour arrêter de manger au sein d’un centre ou d’une clinique allemande ou espagnole, cela en fait sourire plus d’un. En réalité, jeûner ne se résume pas à bouder son assiette. Certains optent pour le jeûne total, sans aliments (et parfois même sans eau). D’autres jeûnent un jour sur deux ou en continu en s’accordant quelques bouillons et jus de légumes, selon la méthode allemande dite de Buchinger, très répandue en France. En ce qui concerne la conduite à adopter durant la cure, là aussi plusieurs paroisses s’affrontent. Là ou certains préconisent le repos total, d’autres maintiennent une activité soutenue pour accélérer l’effet détox.

    Reste un point sur lequel les jeûneurs semblent s’accorder : l’entrée et la sortie de jeûne doivent être progressives. « J’ai choisi de faire mon huitième jour à l’eau de coco riche en minéraux et oligo-élements, le neuvième jour aux jus verts puis une journée aux smoothies avant de repasser aux solides et de continuer à manger léger les jours suivants, raconte Marion Eberschweiler, qui a perdu 6 kg en une semaine, en restant active et en faisant un peu de marche. » Thierry Butzbach se souvient, lui, d’une de ses erreurs de débutant. « Une fois, je suis sorti de mon jeûne avec du fromage et du vin rouge. J’ai été malade, c’était atroce. »

  • Contre-nature ? FAUX

    Aussi improbable que cela puisse paraître, ce sont les manchots qui ont permis à l’homme de comprendre comment il pouvait jeûner. Dans les années 1970, Yvon le Maho, écophysiologiste et directeur de recherches au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), part en mission en Terre-Adélie. Il observe alors des manchots mâles de 40 kg jeûner pendant les quatre mois d’incubation de leurs œufs en attendant le retour de la femelle. « On s’est dit que le manchot devait avoir quelque chose en plus pour jeûner aussi longtemps, raconte-il aujourd’hui. Et puis, au fil de nos recherches, nous nous sommes rendu compte que nous avions, nous aussi, une capacité à modifier notre métabolisme pour préserver notre stock de protéines. »

    Depuis, le chercheur s’est prêté au jeûne et ne s’est « jamais aussi bien senti qu’après huit ou dix jours sans manger ». Après vingt-quatre heures de diète, quand le glycogène apporté par les repas a été épuisé, le jeûneur pompe dans ses protéines pour fabriquer du glucose. Puis, après quatre ou cinq jours, il met en place un mécanisme d’économie, comme le manchot. « C’est la période la plus dure à passer, parce que l’organisme commence a puiser dans ses réserves. Dès lors, 96% des dépenses d’énergie viennent des lipides et seulement 4% des protéines, contre 80% et 20% d’ordinaire. C’est ce qui permet à l’homme de tenir. » Combien de temps ? « Tout dépend du physique de la personne. Quand les protéines sont épuisées, c’est la mort. Mais il y a ce que l’on appelle un signal de réalimentation. Après trente ou quarante jours, l’homme va être tiraillé par la faim. Cela signifie que le jeûne doit cesser. »

  • Dangereux ? VRAI et FAUX

    En France, le jeûne se pratique essentiellement dans les milieux hygiéniste ou naturopathe, sans contrôle ni encadrement. Dans son rapport de 2009, la mission interministérielle de vigilance et de luttes contre les dérives sectaires (Miviludes) s’inquiétait. « La promotion des régimes restrictifs et du jeûne alimentaire dans la mouvance des thérapies non conventionnelles est préoccupante, écrivait-elle alors. Elle fait courir à ceux qui s’y adonnent des risques majeurs. » Depuis, plus rien.

    Résultat, un internaute qui cherche un endroit où jeûner à plusieurs se verra proposer une multitude de séjours. « Certains organisateurs de jeûnes n’ont même parfois jamais jeûné, soutient Jean-Pascal David. C’est parce que l’on voyait les offres se multiplier que nous avons décidé de nous réunir autour d’une charte de qualité. Malheureusement, on ne peut rien contre ceux qui n’y voient qu’un business. Il n’y a jamais eu d’accident et c’est peu probable sur des durées courtes mais il est vrai que quelques contrôles ne feraient pas de mal. »

  • Thérapeutique ? JOKER

    Se sentir neuf, revivre, rajeunir… Les commentaires des jeûneurs sont élogieux, mais arrêter de s’alimenter a-t-il de réelles vertus thérapeutiques ? C’est la question à laquelle Jérôme Lemar, un docteur en médecine, a tenté de répondre en 2011 dans sa thèse de fin d’études, L’appellation « jeûne thérapeutique » est-elle fondée ou usurpée ? Après avoir passé en revue l’ensemble des travaux disponibles, le doctorant se voit contraint de conclure : « La lecture critique de ces articles a donné des résultats parfois intéressants, souvent contrastés et de faible niveau de preuve à court terme, et des résultats majoritairement manquants à long terme. (…) Enfin, les bénéfices réels liés à ces pratiques sont restés à l’image de leurs mécanismes d’action, inconnus, imprécis et hypothétiques. »

    A l’Inserm, Juliette Gueguen partage ce constat. Les bienfaits du jeûne sont difficiles à évaluer. D’abord parce que la France accorde peu de crédit aux médecines complémentaires. Ensuite parce que les études butent sur des problèmes méthodologiques. « Le jeûne est extrêmement lié à la volonté, il relève d’une conviction intime. Dès lors, difficile de tirer au sort les jeûneurs sans susciter des frustrations, selon que la personne choisie y croit ou pas. Nous sommes aussi confrontés à un biais d’évaluation. Lors des essais cliniques, les patients ne savent pas quels traitements ils suivent, pour que leurs croyances n’interfèrent pas dans les résultats. Avec le jeûne, c’est impossible. Enfin, il y a aussi la difficulté à réaliser des mesures objectives. Le jeûne peut ne pas avoir vocation à faire disparaître des symptômes mais à se sentir mieux de manière générale, ce qui, d’un point de vue clinique, est assez compliqué à mesurer. » Résultat des courses : la médecine s’intéresse de loin à la pratique et les rares chercheurs qui lui accordent quelques vertus – pour alléger les effets indésirables d’une chimiothérapie, par exemple – peinent à décrocher des financements. Et Juliette Gueguen de conclure : « Il existe un fossé entre les données issues de la recherche en milieu médical, hors France, et la pratique du jeûne que les gens peuvent adopter dans des contextes différents. »

    A lire aussi sur Terraeco.net :
    - « Y a-t-il un péril jeûne ? »
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • le jeûne, effet de mode ou le business est omniprésent.
    Difficile de penser que c’est une quête une recherche de soi encadrée quant on voit des thérapeutes vendre des tee shirt, des bâtons de marche, des sacs à dos réserve d’eau.
    Tant qu’il y aura des gogos pour "raquer" il y aura toujours des opportunistes pour surfer sur la vague et si demain la mode est à "marcher sur la tête pour capter les énergies du sol" il y aura des clients.
    Je connais plusieurs organisateurs de jeûne qui avouent avoir eu des troubles de l’alimentation dans leur jeunesse, c’est assez particulier que ces gens en "délicatesse" avec la nourriture organisent des diètes, on peut s’interroger sur sur leur professionnalisme, sur la qualité de leurs diplôme et certifications
    ces thérapeutes profitent de la détresse de leurs semblables, de la perte des repères et pour eux tout est bon pour faire du fric avec leur pratique douteuse.

    12.07 à 22h39 - Répondre - Alerter
    • Je suppose que pour dire de telles bêtises vous n’avez jamais jeûné de votre vie. Le jeûne est le moyen le plus naturel, le plus sain, le plus efficace et le plus agréable que je connaisse pour perdre du poids et être bien dans sa tête. Il y a bien sure des gens pour accompagner les jeûneurs, mais même si ces jeûnes en groupe se payent assez cher, quand vous l’avez fait une fois vous devriez être capable de le refaire tout seul, quant à moi je n’ai eu besoin de personne si ce n’est un bon livre pour m’y mettre et je n’ai pas dépensé un sou de plus. Par contre des produits allégés, les pilules miracles, les régimes Weight Watchers, Ducan...eux allègent surtout votre portefeuille.
      Maintenant si vous souhaitez ouvrir les yeux il y de très bon livres sur le sujet comme celui de Bernard clavière "Et si on s’arrêtait un peu de manger, de temps en temps", "Le jeûne : Maigrir, éliminer, se désintoxiquer" de Hellmut Lützner, "Le jeûne, une nouvelle thérapie ?" de Thierry de Lestrade ...ça vous coutera moins de 20 euros

      10.10 à 08h23 - Répondre - Alerter
      • Vous avez dit bêtise, je vous retourne le compliment.
        Sachez que j’ai effectué plusieurs stages de jeûne, pour le bien-être de mon corps et de mon esprit, aussi gardez vos conseils pour vous et ne jugez pas à la va vite.
        Je reste persuadé que quelqu’un qui a un passé de troubles du comportement alimentaire n’est pas à même d’encadrer en pleine conscience des personnes qui souhaitent jeuner.
        De plus je ne mets pas en cause le jeûne mais les pratiques de tous ces nouveaux pseudo-thérapeuthes qui surfent sur la vague du bien-être, mais surtout sur le bien-être de leur portefeuille.
        Pour moi le jeune se fait dans la zénitude, le cocooning et non dans une atmosphère de marchandising.
        A bon entendeur salut

        13.10 à 18h20 - Répondre - Alerter
  • En tant qu’accompagnatrice de jeûne certifiée en Allemagne à la Clinique Buchinger je pratique le jeûne depuis 30 ans maintenant, au début au sein de notre famille, avec mon père et ma mère ! Aujourd’hui je vous propose de partager cette merveilleuse expérience et vous donne des informations sur cette pratique naturelle et ancestrale. Je vous accueille dans le merveilleux pays de Brocéliande : www.jeuner-sans-frontieres.com
    Au plaisir, Sabine Neuhaus

    4.06 à 12h10 - Répondre - Alerter
  • Les réponses de Jérôme Lemar et Juliette Gueguen sont quand même étonnantes : nombreuses sont pourtant les études démontrant les effets bénéfiques du jeûne sur l’organisme.

    Dernière en date, venant d’un site qui n’a rien de sectaire ou illuminé : http://www.sciencesetavenir.fr/sant...

    Il est tout de même étonnant de voir cette frilosité bien française alors que les allemands et russes remboursent, eux, les cures de jeûne.

    1er.06 à 16h30 - Répondre - Alerter
  • Bonjour Claire,
    Depuis trente ans, je jeûne 24 heures par semaine, de midi à midi. Le changement que je constate de mes yeux, outre tous les bienfaits du jeûne, est que au début du jeûne, les urines sont colorées et à la fin de celui-ci, elles sont transparentes et bien claires. Cela ne signifie-t-il pas que mon sang est purifié avec le litre et demi d’eau bue pendant ces 24 h ?
    Merci, en tous cas de parler de la personne humaine qui devrait être au centre de toute nos préoccupations

    1er.06 à 16h24 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,….. de nombreuses réponses à vos questions sur le site du centre Jeûne Vitalité en Haute Provence : www.jeune-vitalite.com

    1er.06 à 15h13 - Répondre - Alerter
  • Le jeûne permet d’accéder à plus d’attention et de lucidité sur les pensées et les actes. Ce doit être l’1 des principales raisons des coutumes de certaines religions.

    Toutefois, sa préparation est relative à l’organisme de chacun(e). Par exemple, les carnivores auront besoin d’1 étape d’adaptation + longue que les autres. Les toxines ingérées par 1 alimentation très carnée demande 1 purge qui peut être parfois violente (nausées, étourdissements, constipation ou diarrhée...) si elle se pratique sans évolution progressive du régime alimentaire.

    Et pour faire chic et pas cher : vous pouvez allier l’utile à l’agréable en participant à des jeûnes collectifs, tels que celui du mois d’août de tous les ans, avec la Maison Vigilance et le Sortir du nucléaire. Loin de se retrouver fatigué(e), l’on a l’occasion de belles amitiés et d’actions solidaires. Parfois de 9h30 à 00h, voire plus...

    1er.06 à 15h09 - Répondre - Alerter
  • Bonjour, je jeûne régulièrement depuis 4 ans (méthode inspirée par la méthode buchinger citée plus haut, dans un centre renommé). Je conseille aux lecteurs - et aux auteurs de l’article - de regarder le documentaire cité plus haut de xavier de lestrade, il contient une série d’informations scientifiques très intéressantes sur les bienfaits du jeûne, notamment sur les maladies inflammatoires. Bien plus intéressant que lire cet article qui est totalement creux. Les vrais questions, sur les bienfaits thérapeutiques et sur les dangers sont traitées en réponse de normand, dommage. Le documentaire, lui, y répond. Et toujours cette méfiance française à l’endroit des médecines dites complémentaires, c’est totalement ringard.... Le directeur du lieu où je me rends, lui a jeûné évidemment, et il aurait donné davantage d’informations sur la phase de transition du jeûne, sur la descente alimentaire nécessaire, sur les effets constatés depuis plus de dix ans sur des groupes d’environ 20 personnes chaque semaine, etc.

    1er.06 à 15h04 - Répondre - Alerter
    • Je remercie Terraeco d’avoir soulevé ce sujet, même s’il est loin d’être complet. J’ai notamment oublié de préciser dans mon 1er commentaire, que les neurones des intestins constamment sollicités par le mode de consommation, peuvent parfois perturber le flux énergétique vers ceux du cerveau. Ce qui explique l’arrogance, voire la violence : les guerres ne commencent souvent qu’avec des mots...
      Et quand cela stagne en dessous de la ceinture...
      La science n’est relative qu’au choix philosophique de chacun(e). Perso, j’ai eu le privilège de rencontrer des analphabètes plus sensé(e)s que la plupart des scientifiques prostitué(e)s au marketing...

      1er.06 à 15h19 - Répondre - Alerter
      • Si l’on pouvait éviter de mélanger sciences et pseudo-sciences, merci.

        La faim a aussi provoqué de nombreuses guerres.

        1er.06 à 16h31 - Répondre - Alerter
        • J’ai connu la faim involontaire, ai volé pour manger, mais n’ai tué personne : rien à voir avec le jeûne qui lui, est volontaire ! Et en tant que Cambodgienne, je peux vous assurer que la faim est issue des injustices sociales et que les guerres sont nées d’egos immatures ! Apprendre à parler de ce que l’on connaît, ça n’est pas de la science, mais simplement de d’honnêteté.

          1er.06 à 16h50 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité