publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Christophe de Margerie, un patron brut de raffinage
28-03-2010
Mots clés
Environnement
Energies
Archive

Christophe de Margerie, un patron brut de raffinage

Taille texte
Christophe de Margerie, un patron brut de raffinage
 
Malgré trente-cinq ans de boîte, Christophe de Margerie n’est pas un patron fossile. Le directeur général de Total défend avec verve l’avenir du pétrole et les sites d’exploitations en Birmanie et au Canada. La bête noire des écologistes carbure encore.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°13 - Avril 2010

Allègre et les climato-sceptiques : comment ils nous manipulent

Nous sommes le 24 décembre, le jour idéal pour une interview, selon sa garde rapprochée. « Si je suis détendu, c’est parce qu’il n’y a pas de problème à l’horizon. » Pourtant, Christophe de Margerie sait qu’il va bientôt annoncer la fermeture de la raffinerie des Flandres. Mais personne ne peut se passer de pétrole, ça donne de l’assurance. Tout Taittinger qu’il est par sa mère, Christophe de Margerie aurait pu faire des bulles dans le champagne. Il a préféré le noir gluant et nauséabond. « C’est récent cette idée de “pétrole sale”. Quand je suis entré chez Total, en 1974, on sortait de la guerre des Six-Jours. C’était la crise, les prix flambaient. Les pétroliers, c’étaient ceux qui venaient au secours de la patrie. La vérité est davantage celle de cette époque-là. On apporte plus de choses utiles que de saleté ! »

Trente-cinq ans plus tard, l’homme est toujours là. Une fidélité exemplaire pour ce diplômé de Sup de Co, entré dans l’entreprise par piston. « Celle-là, on ne me l’avait jamais faite, sourit Christophe de Margerie. C’est vrai que j’ai obtenu mon stage grâce à quelqu’un de l’entreprise. » Mais sa carrière, il l’a forée à la force du poignet. « Je ne faisais pas partie d’un grand corps de l’Etat. Dans ces grandes entreprises, soit on est un corpsard, soit on sort de l’ENA, soit on n’est rien. J’appelle cela du piston à l’envers. » Ce handicap, Christophe de Margerie l’a contourné à sa manière. « Il n’hésite pas à passer outre la hiérarchie. Il ne goûte pas aux grandes réunions. Il voit les gens un par un et fait sa synthèse tout seul », confie Jacques de Boisséson, patron de Total en Chine, qui a longtemps travaillé à ses côtés. Un style qu’il applique aujourd’hui pour redorer le blason de l’entreprise. « Avant, nous vivions dans une forteresse, confirme Jacques de Boisséson. Christophe de Margerie a décidé de montrer que la première entreprise française est acceptable et qu’elle a une responsabilité dans le pays. »

Le patron de Total justifie lui aussi sa présence dans les médias. « C’est important pour le patron d’une grande entreprise de s’exprimer. Mais ce n’est pas pour parler de moi, ça n’intéresse personne. Si vous me demandez combien j’ai d’enfants, j’en ai trois et cinq petits-enfants. Mais j’ai déjà répondu ça à la police, j’ai l’habitude… » Une pointe d’humour pour exorciser sa mise en examen dans l’affaire « pétrole contre nourriture » en Irak.

Attaque à fleurets émoussés

Au fil de l’entretien, l’homme finit par livrer quelques bribes de lui-même. Gamin, il rêvait d’un avenir en uniforme sur une moto. Et sa grosse cylindrée, il en parle comme d’un jouet, vestige de l’enfance. « J’ai dû faire 2 000 kilomètres en dix ans ! » Depuis quelque temps, le pétrolier croise Yann Arthus-Bertrand. « On est voisins, on s’est rencontrés dans un dîner et on s’est frités sur le pétrole canadien et la Birmanie », raconte YAB. S’ils peuvent parfois paraître complices, l’écolo agace aussi le pétrolier. « Quand on a tourné pour son émission “Vu du ciel” sur le pétrole, Arthus voulait me faire dire que le pétrole allait s’épuiser. Au bout d’une demi-heure, j’ai explosé. » En novembre 2009, lors du débat qui suit la diffusion de l’émission sur France 3, le duo se retrouve en direct : attaque à fleurets émoussés et défense maladroite, à propos des sables bitumineux du glacier de l’Athabasca canadien. « Je n’ai pas été bon sur ce coup-là, reconnaît Margerie. Mais on discute souvent tous les deux. La preuve, quand il veut faire des films, il vient voir qui ? Je lui ai déjà dit que si jamais il trouve que Total n’est pas une société acceptable, il ne faut pas venir nous demander de l’argent, car on n’en donne pas à ceux qui nous insultent. » YAB prend aussi quelques distances avec celui qui se verrait bien maire de leur village, une fois à la retraite. « Je ne suis pas sa conscience écologique. D’ailleurs, il m’a bien roulé dans la farine en expliquant que le pétrole n’avait rien à voir avec ce qui se passait au Soudan et au Darfour. »

« On vous sort une vieille Indienne d’un tipi… »

Christophe de Margerie se dit passionné par l’environnement. D’ailleurs, il s’engage à ne pas toucher à la forêt du Congo, contrairement à son concurrent italien ENI. « Vous pouvez demander à Sassou [le Président congolais], j’ai refusé. Nous n’irons pas dans une forêt qui met des centaines d’années à repousser. Mais le monde a besoin de pétrole. » Et le patron de rappeler qu’en cette fin décembre, il fait froid sur l’Hexagone. « S’il y a un problème de livraison de fioul, en ce moment, qui appelle-t-on ? Total !, grimace-t-il, en frappant brutalement la table. Ce n’est pas Hulot ou Arthus-Bertrand que l’on va chercher, c’est nous ! C’est curieux quand même pour des salopards. » Pour fournir le marché, Total a besoin des sables de l’Athabasca, dont l’exploitation est si décriée. « Notre vrai problème, là-bas, c’est la consommation d’eau. » Un mal nécessaire, selon lui. Il s’insurge contre le harcèlement écologiste. « On vous sort une vieille Indienne d’un tipi avec ses 7 télévisions, et elle dit : “Regardez, l’eau de la rivière a baissé.” Ça, c’est vrai. Mais pourquoi les autochtones sont-ils revenus à l’écologie aujourd’hui ? Je ne dis pas ça méchamment, mais c’est parce qu’ils n’ont plus besoin d’argent. Quand on a 7 télés, on ne va pas en avoir 15. Il n’y a pas d’Indiens pauvres dans l’Athabasca. »

Son entourage veille sur son franc-parler comme on couve le lait sur le feu, et il cultive son image d’homme bon vivant et chaleureux… Mais derrière ce vernis, il y a un homme exaspéré de prendre des coups. Trente-cinq ans à bosser pour un ennemi de l’opinion publique, ça finit par épuiser. —


EN DATES ET EN GESTES

6 août 1951 Naissance en Vendée

Automne 1974 Direction financière de Total

1995 Prend les rênes de Total Moyen-Orient

19 octobre 2006 Mis en examen dans l’affaire « pétrole contre nourriture » à propos de l’Irak

13 février 2007 Directeur général de Total

Janvier 2010 Annonce de la fermeture de la raffinerie des Flandres. Total a réalisé 7,8 milliards d’euros de bénéfice en 2009, en baisse de 44 %

Son geste vert A fait isoler une dépendance accolée à sa « vieille » maison de banlieue parisienne

Photo : Laurent Villeret - Dolce Vita - Picturetank pour Terra eco

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bémol à la carrière glorieuse de Monsieur Christophe de Margerie…. Tout homme aussi exceptionnel ne peut-être parfait… Monsieur De Margerie quand vous dites :" Pour fournir le marché, Total a besoin des sables de l’Athabasca, dont l’exploitation est si décriée. « Notre vrai problème, là-bas, c’est la consommation d’eau. » Un mal nécessaire, selon lui. Il s’insurge contre le harcèlement écologiste."

    Vous êtes un N U L de penser de la sorte et de le dire…. Un NUL d’autant plus que vos propos sont émis par un homme comme vous… Il y a une faille dans votre conscience et votre intelligence….

    Concernant les sables bitumineux, il faut SAVOIR que pour produire 2 barils de pétrole non-conventionnel, il faut 1 baril de pétrole pour l’énergie globale à l’extraction, et une pollution irréversible de 5 BARILS D’EAU …. Cette technologie est un marché de dupes.
    Si nous ne renversons pas cette tendance, et bien que nous aurions dépassé le « pic pétrolier » depuis quelques années déjà, je me permets de vous annoncer que nous disposerons encore de pétrole sur cette planète alors que nous n’aurons plus d’eau potable, naturellement potable……
    Actuellement, cette eau NATURELLEMENT potable, disparaît plus vite que le pétrole….. nous avons tous déjà à nos robinet une eau standard « morte », « potabilisée » systématiquement….
    Et concernant les clichés rassurants de techniques de désalinisation de l’eau de mer…… un simple regard sur la quantité de l’énergie nécessaire à la mise en place de ces techniques nous permet de conclure sur le champ à l’ineptie de la solution.
    L’apparente profusion de quantité de l’eau sur cette planète, nous occulte la pénurie amorcée de ce bien précieux malheureusement banalisé…
    Le vrai combat du moment désormais est celui de la sauvegarde de l’eau….. l’énergie, le pétrole….sont secondaires

    26.10 à 15h32 - Répondre - Alerter
  • Sur le fait que TOTAL ne paie aucun impôt en France... Je vous convie à écouter les informations à la télé... Je n’ai rien inventé !

    23.10 à 12h09 - Répondre - Alerter
  • j’aimerais voir la rédaction de Terra eco réagir :
    - à la véracité des commentaires : Total ne paie pas d’impôts en france ?
    - aux propos qui peuvent, quoi qu’on pense du pétrole et de Total, blesser une épouse et des enfants... Ecoloqique ?

    22.10 à 13h05 - Répondre - Alerter
  • C’est malheureux à dire, et ce n’est peut-être pas à dire, mais son décès ne me fait pas pleurer... PDG de la première entreprise française et qui ne paie aucun impôt en France... A l’heure où nous, pauvres français qui ne pouvons y échapper, voyons nos impôts augmenter. Non, son décès ne me fait pas pleurer !
    Qui plus est, l’écologie et lui... Etre PDG d’une entreprise qui participe à la destruction de notre planète, rien de respectable à mon niveau (je ne roule qu’en vélo, ne me chauffe pas au fuel, et ne prends pas l’avion, donc l’essence pour moi...).

    21.10 à 14h28 - Répondre - Alerter
  • C’est malheureux à dire, et ce n’est peut-être pas à dire, mais son décès ne me fait pas pleurer... PDG de la première entreprise française et qui ne paie aucun impôt en France... A l’heure où nous, pauvres français qui ne pouvons y échapper, voyons nos impôts augmenter. Non, son décès ne me fait pas pleurer !

    21.10 à 14h10 - Répondre - Alerter
  • Comme à l’habitude, M. Margerie fait partie de ceux qui ont une vision caricaturale de la réalité des Premières-Nations du Canada.

    Je tiens à rappeler que la majorité des Autochtones canadiens vivent dans des régions isolées, sur un territoire massacré par les coupes à blanc, avec un revenu bien en dessous du seuil de pauvreté, sans eau courante ni électricité, et ce même si ces communautés vivent près de barrages hydro-électriques et que des ententes aient été conclues avec elles en ce sens avant leur construction.

    De plus, je n’ai jamais rencontrer un seul indien possédant 7 téléviseurs, en fait, je ne connais aucun indien vivant en réserve qui en possède une seule... où pourrait-il la brancher ???

    Et pour ce qui est du "retour" à l’écologie, les Autochtones d’ici se sont toujours battus pour défendre les intérêts de Mère-Terre et de tous les êtres vivants, c’est la responsabilité qui nous a été légué par nos ancêtres et la position que nous défendons depuis des millénaires.

    Si M. Margerie perçoit un "retour" du discours écologique chez les amérindiens, c’est sans doute que les médias commence enfin à nous prendre au sérieux et à nous écouter. Je prie fortement pour que nous soyons vraiment entendus cette fois, il en va de notre survie à tous !

    Stéphane Roy,

    Sage-Père, Conseil Traditionnel Métis ONKWEHSON :’A,

    Président, UNION MÉTISSE EST-OUEST,

    Conseiller, PREMIÈRES-NATIONS UNIES,

    Conseiller, LA FAMILLE.

    29.03 à 16h44 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité