publicité
Accueil du site > Métiers/Formations > Sébastien Combeau, bûcheron débardeur
12-02-2015
Mots clés
Emploi
Formation

Sébastien Combeau, bûcheron débardeur

Taille texte
 
Elève doué, il a dû s’imposer pour suivre son rêve d’enfant. Et il n’a aucun regret !
SUR LE MÊME SUJET

« Au collège, je tournais à 14 ou 15 de moyenne. Quand j’ai annoncé que je voulais m’inscrire en CAP bûcheron au lycée Louise-Weiss de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), tout le monde a essayé de me dissuader. Mon grand-père était bûcheron communal. Petit, je passais tous mes samedis en forêt avec lui, alors j’ai insisté. J’ai bien fait !

A l’école, nous étions toujours dehors. J’ai appris les techniques de taille, la mécanique des tronçonneuses, la lecture des cartes et, bien sûr, la reconnaissance des arbres. J’ai fait mes stages avec le bûcheron communal qui avait été formé par mon grand-père. Quand j’ai obtenu mon CAP, en 2003, j’étais un peu jeune pour travailler. J’ai enchaîné sur un brevet professionnel conducteur d’engins forestiers en apprentissage, pendant deux ans. Cela m’a ouvert des portes : j’ai trouvé un patron dans la vallée après mon diplôme.

Depuis neuf ans, je fais beaucoup de débardage. On récupère le bois au bord de chemins pour l’emporter dans les grosses chaufferies. Mon patron a deux ouvriers. Souvent, nous sommes tous les trois sur le terrain, alors, dès qu’il y a du bûcheronnage, ils me laissent faire. Les conditions de travail ne sont pas toujours faciles. C’est un métier dangereux et peu valorisé. On n’a pas le droit d’avoir froid ni d’être fatigué quand il faut finir un chantier avant la tombée de la nuit. En échange, nous passons nos journées dans la forêt et, ça, c’est vraiment génial. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour Monsieur COMBEAU,

    Je lis avec attention votre parcours ; je suis le fils de RAYMOND GLOHR , qui a appris ce beau métier à beaucoup de jeunes à STE MARIE AUX MINES et qui n’est plus de ce monde. Mais le nom de COMBEAU me dit quelque chose, était ce votre père qui a été son élève, car il en parlait souvent à la maison comme de REPPEL ou MURSCHEL deux brillands éléves des années 1960.

    23.05 à 18h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

Métiers

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité