publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Quand quatre stars de la science défendent le nucléaire
4-12-2015
Mots clés
Energies
Climat
Nucléaire
France
Monde

Quand quatre stars de la science défendent le nucléaire

Taille texte
Quand quatre stars de la science défendent le nucléaire
(Crédit photos : Karine Le Loët)
 
James Hansen, Ken Caldeira, Tom Wigley et Kerry Emanuel. Des pointures de la science venues en marge de la COP21 avec une idée : remettre l'atome sur la table. Car il est, selon eux, indispensable pour résoudre l'équation du climat.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La scène se passe au cœur de la Galerie des solutions. Cet espace réservé aux entreprises a élu domicile au musée de l’air et de l’espace, à quelques encablures du centre de conférences du Bourget. A l’extérieur, les carcasses d’une navette et d’un avion se disputent l’horizon. A l’intérieur, les stands de l’Arabie saoudite, de Dubaï – mais aussi de Thales et de Bouygues – affichent en maquettes leurs dernières technologies. Dans un coin du hangar, une foule se presse autour d’un studio aménagé pour l’occasion. Là, sous la lumière de vifs projecteurs, quatre hommes sont alignés sagement derrière deux tables en verre. Quatre grands pontes de la science aux CV longs comme un bras télescopique.

De droite à gauche, voici Ken Caldeira, spécialiste de l’acidification des océans au Carnegie Institute, Kerry Emanuel, chercheur en météorologie au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), Tom Wigley, climatologue de l’université Adelaïde (Australie), et enfin James Hansen, ex-directeur du Goddard Institute de la Nasa, surtout connu pour avoir alerté, dès 1988, le Congrès américain sur les risques du changement climatique. Rien de moins. Et si ces quatre-là sont venus, c’est pour défendre une chose : le nucléaire comme option indispensable à la lutte contre le changement climatique.

Question d’urgence

« La magnitude du problème est telle que nous ne pouvons pas nous permettre de laisser une technologie inutilisée. Nous devons dépasser nos préjugés et nous occuper d’urgence du problème du changement climatique », a souligné Ken Caldeira, sans manquer de rappeler qu’il était, dans le temps, un détracteur actif de la technologie nucléaire et qu’il fut même arrêté lors d’une manifestation devant une centrale. « Nous sommes des scientifiques et nous faisons nos calculs. Si nous sommes vraiment sincères et que nous voulons résoudre ce problème (du changement climatique, ndlr), à moins d’un miracle, nous allons devoir augmenter la capacité nucléaire très vite », a poursuivi Kerry Emanuel. « La majorité des scientifiques sont d’accord pour dire que le nucléaire doit faire partie de la solution, a abondé James Hansen. Mais quand vous vous levez pour dire ça, une communauté entière d’antinucléaires que je caractériserais de quasi religieuse vous tombe dessus. »

Il faut dire que les quatre scientifiques arrivaient en terrain partiellement miné. Autour de leur petit groupe, une forêt de micros mais aussi les mines parfois sceptiques de membres de la société civile, peu convaincus par la solution de l’atome. Auprès de ceux-là, les quatre ont voulu tempérer les choses : « Nous ne promouvons pas l’énergie nucléaire, nous promouvons des règles du jeu équitables, a tenu à rappeler Tom Wigley. Puisque ce problème est si exigeant et complexe, nous réclamons que la porte ne soit fermée à aucune technologie. »

« Avec tout le respect que je leur dois pour leur contribution scientifique, je regrette de les voir se servir de leur notoriété scientifique pour sortir de leur domaine de compétence, s’agaçait, au sortir de la conférence, Yves Marignac, directeur de Wise-Paris, un institut spécialisé dans la recherche énergétique peu porté sur l’atome. En tant que scientifiques, ils ont le sentiment de pouvoir comprendre les questions énergétiques, mais en fait leur culture sur l’énergie est la culture de citoyens moyens. »

Si l’expert s’agace, c’est notamment d’assertions comme celle portée par Kerry Emanuel : « Nous pouvons faire croître le solaire et l’éolien jusqu’à une certaine limite, mais nous allons nous heurter très vite au problème de l’intermittence. Nous pouvons atteindre 30%, puis nous atteindrons un mur. On ne peut pas alimenter le monde en énergie renouvelable », a assuré le chercheur du MIT. Une vision poussée encore par Ken Caldeira : « Les renouvelables, ça veut souvent dire des barrages qui détruisent les écosystèmes des rivières, ça signifie souvent qu’il faut couper des arbres pour les bruler dans des centrales. Les renouvelables, ce n’est pas forcément acceptable écologiquement », a souligné le chercheur du Carnegie Institute, avant de poursuivre : « Beaucoup d’énergies renouvelables requièrent la réquisition de larges espaces ou le déplacement d’écosystèmes naturels. »

Une vision bien trop centralisée de l’électricité pour Yves Marignac : « L’idée même qu’on puisse mettre des panneaux photovoltaïques sur des toits ne semble pas leur venir à l’esprit. Ils restent complètement imprégnés d’une vision des systèmes énergétiques qui est la vision d’il y a cinq ans, dix ans. » Or, assure-t-il, les choses sont bien différentes aujourd’hui : « On a une vision d’un système avec des énergies renouvelables variables très décentralisées, un pilotage croissant de la demande, des solutions de stockage qui vont apparaître petit à petit. En clair, la vision d’un système beaucoup plus flexible. » Et de conclure : « Ce qui me désole, c’est que ces chercheurs se trompent de combat. En appelant à faire plus de nucléaire, ils détournent une partie des efforts à faire pour améliorer l’efficacité énergétique et les renouvelables. Ils se tirent une balle dans le pied par rapport à l’urgence climatique et par rapport à la préoccupation première que nous partageons tous ici : réduire très fortement et très vite les émissions de gaz à effet de serre. »

A lire aussi sur Terraeco.net :
- Je ne suis pas pronucléaire, je suis réaliste

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Pourquoi aller chercher midi à 14 h.
    Et pourquoi mettre de côté l’épée de Damoclès de la catastrophe qui nous pend au nez et pourrait foutre en l’air notre économie sur la base d’un seul accident grave ?

    Le nouveau nucléaire est par ailleurs trop cher et trop complexe... (Dois je vous rappeler que la France n’a pas mis en route un seul réacteur sur son sol depuis 1986, ça fait quasi-30 ans qu’on ne sait plus faire !! Il n’y a qu’à voir le désastre économique de l’EPR) vu l’urgence climatique c’est pas avec ces vieux dinosaures qu’on va éviter l’extinction de masse.

    A titre de comparaison la puissance installée en éolien dans le monde vient de dépasser en 20 ans la puissance nucléaire installée depuis 1960...

    http://www.ddmagazine.com/images/st...

    C’est pourtant tellement plus simple que de glaner l’énergie provenant de la seule source thermonucléaire fiable et intarissable qu’est l’astre solaire plutôt que d’aller chercher à rassembler les résidus les plus radioactifs de l’explosion des supernovas tout en recréant à nouveau des éléments qui n’auraient jamais du revoir la lumière du jour (plutonium)..
    Tout ça pour dire que la fission nucléaire d’origine anthropique C’EST CONTRE-NATURE !

    7.12 à 15h31 - Répondre - Alerter
  • Il serait important de bien preciser que Yves Merignac a des rapport troubles avec le milieu anti-nucleaire, ce qui en dit long sur son objectivite sur la question.
    Voir page Wikipedia de WIse Paris, le cabinet anti-nucleaire dont il est le directeur.
    Ne pas confondre anti-nucleaire et ecologistes et en core moins lobbyistes anti-nucleaires et experts energetiques.

    7.12 à 06h40 - Répondre - Alerter
  • Il parlent aussi de communauté d’anti-nucléaires quasi religieuse.
    En voyant les réactions avec un regard extérieur, c’est exactement le sentiment que l’on a.

    Quant à Yves Marignac qui visiblement lui se prend pour un expert des énergies (salut les chevilles), il ne répond pas à la question de l’intermittence des panneaux sur les toits.
    Il ne prend pas non plus en compte le bilan carbone des panneaux solaires : extraction des minerais, transport, transformation, transport, procédé de dépôt de couches minces de matériaux dans des salles blanches, clivage, gravure des connecteurs avec rejet de résidus et des produits chimiques bien toxiques et corrosifs, traitement des eaux de lavage, qualification, rebut des capteurs les plus mauvais, reprise de dépôts de matériaux, regravure, rerejet, retraitement, requalification, rerebut, transport, intégration dans un panneau, marketing, démarchage à domicile, transport, installation, réinstallation parce que fuites dans le toit, exploitation, et... au bout de 20 ans, démontage, remplacement, et rebut des vieux panneaux.
    Et que fait-on des vieux panneaux ? On les recycle, allez encore un peu d’énergie. Et puis les panneaux à rendement supérieurs dérivés des technologies spatiales contiennent des matériaux sympas... je vous laisse regarder le tableau périodique des éléments aux colonnes III et V. Si ce n’est pas problématique dans un panneau, on en fait quoi après la vie du panneau ?
    Il ne parle pas non plus des technologies de stockage qui sont les seules à permettre de contourner le problème d’intermittence dont le cycle de fabrication et de fin de vie n’est pas si éloigné.

    N’a-t-il pas d’intérêts financiers chez les fabricants de panneaux solaires et de batteries au lithium ? ;)

    Bref résoudre le problème du réchauffement climatique et bien plus complexe que de raconter que les panneaux solaires et les éoliennes tout en limitant sa consommation personnelle vont résoudre le problème. Ces scientifiques ont raison de le souligner : c’est une voie sans issue à elle seule.
    Quant à l’argument de Marignac leur reprochant d’utiliser des systèmes de raisonnement de l’ancien monde, c’est l’hôpital qui se fout de la charité.

    5.12 à 10h48 - Répondre - Alerter
  • a qui profite le crime climatique ?
    Poser des panneaux solaire sur les toits, quelle ironie, vous imaginez l’entretien, courir de toits en toits !!!!!
    Il me semble que l’on a inaugure la plus grande centrale photovoltaïque de France à Cestas,
    300 hectares (pas sur les toits)
    J’aimerai connaitre le cout carbone de ces panneaux, de la fabrication a leur recyclage réel.
    Pas comme nos encombrants qui sont enfouies, comme recyclage c’est très écolo :(( .
    Je pense quand trente ans on a détruit le seul paradis connu ( la terre ) et nos enfants finiront de l’achevée.
    Cordialement

    5.12 à 08h53 - Répondre - Alerter
  • "Là, sous la lumière de vifs projecteurs, quatre hommes sont alignés sagement derrière deux tables en verre. Quatre grands pontes de la science aux CV longs comme un bras télescopique."

    C’est beau comme du André Maginot , réunissant autour de lui le maréchal Pétain et le Général Gamelin , major de Saint Cyr...et tous les gégènes de France
    au pedigree long comme le bras qui se gaussaient de De Gaulle en disant :
    "les Etats-Unis ont la General Motors , nous on a le Colonel Motors, cet idiot croit que le moteur peut remplacer les troupes à pied , il croit même au char d’assaut et pas aux fortifications !!!"

    La ligne Maginot , la ligne nucléaire , le tout dans le même panier , la même défaillance , ils n’ont rien appris , rien compris
    Le monde entier se tourne vers les renouvelables , sauf ????Devinez quel pays ?

    Résultat la faillite :celle d’Areva et ses milliers d’ingénieurs et techniciens sans emploi , le gouffre financier d’EDF et ses 75 tranches nucléaires dont personne ne sait quoi faire

    Tous ces vieux apparatchiks , qui se démènent en ce moment , comme des sauterelles au mois d’octobre qui savent que c’est fini pour elle, c’est pathétique :

    le mois dernier je disais à l’un d’eux , directeur machin chose , venu parler du nucléaire :
    il n’y connaissait rien , il savait juste que ça lui rapportait gros à lui ; gêné et sans réponse quand je lui ai dit que la direction d’EDF savait depuis 1999 qu’il ne fallait pas construire de réacteur de 1600 MW , ce n’est pas rentable et c’est dangereux , mais des réacteurs de 1050 MW , optimum défini par l’équipe des études économiques de la direction de l’ingénierie d’EDF

    ...vous étiez directeur et vous ne saviez pas ça , vous ne savez toujours pas ???
    Pas de réponse c’était un directeur dont l’activité principale était la paie à la fin du mois

    4.12 à 21h21 - Répondre - Alerter
  • Parlent-ils de la fusion nucléaire à froid ? Est ce qu’ils défendent la bonne chose ,
    J’en doute d’après ce que je lis :


    Les centrales nucléaires en France et dans le monde.

    « Il faudra Réparer et protéger ce qui doit l’être. Certains devront se sacrifier pour agir, entretenir la sécurité. Mais à terme, il faut les stopper. Le matériel vieillissant est une épée de Damoclès. Oui, il faut débrancher les réacteurs, les mettre tous à l’arrêt. Il n’y a pas d’autre solution. Ce sont déjà des zones de non-droit : impossible à vivre, vu leur potentiel dangereux. La France a du souci à se faire et elle n’est pas la seule. En clair : arrêter toutes les centrales et vivre avec moins. Partout en France, les restrictions se feront sentir. » Le 07.06.2015
    http://www.clefsdufutur-france-afri...

    4.12 à 19h45 - Répondre - Alerter
  • Ramener un innuméré comme Yves Marignac qui oublie de comparer les 2,5 Gtonnes de CO2 évités annuellement par le nucléaire aux 0,03 Gtonnes annuels de l’éolien et du photovoltaïque en Europe, c’est vraiment trop donner d’espace de journal aux climatosceptiques.

    On se vraiment se demander qui payent les anti-nucléaires pour qu’il fassent autant diversion pour les énergies fossiles en monopole mondial... qui à carrément les protéger comme Greenpeace l’a fait l’année dernière avec les grosses voitures polluantes de Mercedes Benz.

    4.12 à 18h37 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité