publicité
Accueil du site > Blogs > Coin couloir > Pourquoi nous ne poserons pas les crayons

Pourquoi nous ne poserons pas les crayons

Taille texte
Pourquoi nous ne poserons pas les crayons
(Crédit photo : Christophe Asselin - Flickr)
 
Après l'attaque contre « Charlie Hebdo » ce mercredi, la rédaction de « Terra eco » s'est interrogée. Et a tenu à rappeler pourquoi elle écrivait et continuerait à le faire.
SUR LE MÊME SUJET

Gueule de bois ce matin en conférence de rédaction. Comme des millions de citoyens, des milliers de confrères. Et une question posée, simple dans son libellé, si complexe quand on tenta d’attraper une réponse : que faire ? Que faire, nous, journalistes de Terra eco, en cette journée de deuil ? Pas question de suivre heure après heure la traque des assassins – d’autres le feraient mieux que nous. De raconter nos soirées passées, les mains frappant bruyamment les cuisses, un verre de bon vin à la main, avec Cabu, Wolinski, Charb et les autres – nous ne les connaissions pas. De lancer de longs débats sur la liberté de la presse, la peur de la récupération politique – trop loin de nos sujets.

Que faire ? Exprimer notre indignation, notre soutien, notre solidarité ? Nous l’avons fait hier à travers la publication d’un texte commun à plusieurs médias. Nous sommes allés manifester à Paris et à Nantes. Nous avons participé à la veillée organisée par Mediapart. Alors quoi ? « Résistons ! », crient la France et nos confrères. « Restons debout ». Oui, mais comment continuer d’écrire, avec conviction, sur l’interdiction ratée du bisphénol A, l’extinction alarmante des bancs publics dans les villes, les mesures contre la pollution ? Tous ces sujets prévus au programme de ce jeudi. Peut-on publier sans risquer le dérisoire, sans tomber à côté, sans pêcher, aux yeux de nos lecteurs, par crasse indifférence ? Dans les rangs de notre petite rédaction, on en a soufflé d’impuissance.

Et puis, on a réfléchi. Nos armes ne sont pas les mêmes, nos terrains de bataille pourraient sembler éloignés. Et pourtant, examiner, critiquer et bousculer un système en place qui façonne les injustices sociales, attise la méfiance et la haine nous semble un combat commun. Face à la destruction de la planète et au péril climatique, les humains sont, hélas, tous égaux. Comme nos confrères de Charlie Hebdo, nous partageons le besoin de construire, l’urgence au ventre, un monde plus juste et plus durable, dessiné d’en bas, par nous tous et pour nos enfants. Alors oui, sonner l’alerte sur des substances ou des particules qui menacent la santé publique est essentiel. Comme l’est rappeler l’importance des bancs publics dans une ville tournée vers ses habitants. Nous allons continuer.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité