publicité
Accueil du site > Actu > Société > Pour tondre votre gazon, appuyez sur le mouton !
24-04-2013
Mots clés
France

Pour tondre votre gazon, appuyez sur le mouton !

Taille texte
Pour tondre votre gazon, appuyez sur le mouton !
(Crédit photo : naturama)
 
Oubliez l’électrique, préférez le ruminant. Robustes et bon marché, les bêtes à laine jouent les tondeuses. En quatre ans, la fièvre ovine s’est emparée des pelouses françaises.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 47 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes

Désormais, les tondeuses se déplacent en troupeaux. Lâchés sur les friches industrielles, les espaces verts ou les pelouses, les moutons désherbent joyeusement. Une invasion qui démarre en 2009, lorsque Naturama recueille quatre moutons Soay du Parc de la Tête d’Or, à Lyon (Rhône). « Rustique, ce mouton très résistant et menacé d’extinction ne demande pas beaucoup l’attention, explique Christophe Darpheuil, responsable de l’association d’éducation écologique. Il est parfait pour désherber des pelouses durant plusieurs semaines. »

De la blague au business

Depuis, les bêtes à laine sont louées aux collectivités et aux particuliers. Adieu bruits, désherbants et déchets verts. Le petit ruminant n’abîme pas les terrains et les laisse fertilisés. « Fleurs, insectes… En un an, certaines prairies ont changé de physionomie après trois tontes, raconte Christophe Darpheuil. Cela plaît au public. » Et la tondeuse écologique et économique fait des émules. Sylvain Girard a ainsi créé Ecomouton, il y a un an et demi. Au départ, il s’agissait de chouchouter ses propres pelouses. Puis, ce patron d’une entreprise de logistique spécialisée dans le commerce en ligne en a parlé à ses clients, sur le ton de la plaisanterie.

« Je ne voulais pas être pris pour un original », précise-t-il. Mais l’idée fait mouche. Le transporteur Norbert Dentressangle est le premier à lui faire confiance, en février 2012. Environ 50 moutons d’Ouessant entretiennent le site du Coudray-Montceaux, dans l’Essonne. Et depuis, tout s’est accéléré pour le logisticien. « Nos moutons seront présents sur une quarantaine de sites d’ici à la fin de l’année, et ce, partout en France. » Depuis le début de l’année, Ecomouton a embauché un premier berger, et une bergère était attendue d’ici à la fin du mois d’avril. « L’engouement des entreprises est tel que je pense en engager trois autres cette année », explique Sylvain Girard.

Berger du futur

Un nouveau métier émerge : le berger du futur. « Il offre un service de gestion durable et responsable tout compris : remorque, enclos mobile et même activités pédagogiques, indique Christophe Darpheuil. Nous recevons au moins un appel par semaine de personnes intéressées par ce métier. » Car tout le monde succombe à la déferlante ovine. Même la capitale. Au début du mois d’avril, les employés des Archives de Paris ont ainsi joué les pâtres. Pendant deux semaines, le service de la mairie avait en effet décidé d’accueillir sur ses pelouses, en plein XIXe arrondissement, quatre moutons d’Ouessant. —

Impact du projet

Jusqu’à 25 % d’économies pour les entreprises et les collectivités
Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste à Terra eco. Folle des bébés chiens, droguée au chocolat et mordue de nature.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité