publicité
Accueil du site > Actu > Société > On peut toujours rêver
29-12-2014
Mots clés
Politique
Monde
Edito

On peut toujours rêver

Taille texte
On peut toujours rêver
(Crédit photo : flore-aël surun - tendance floue )
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 64 - janvier-février 2015

Les nouveaux résistants

Nous sommes « juste des humains normaux souhaitant une vie normale ». C’est par ces mots si simples que Terra eco a souhaité ouvrir cette année 2015. C’est en rappelant qu’au-delà des chapelles il existe des points de convergence sur des principes élémentaires : la liberté, le respect de l’autre, nos droits et devoirs, ceux de nos enfants. L’impératif de répondre aux besoins présents, l’exigence de partager les richesses entre tous, les ressources naturelles avec les générations futures. Pour illustrer ces idées, nous avons tiré le portrait de femmes et d’hommes qui ont fait de la défense de ces principes leur quotidien, parfois – pas toujours – au péril de leur vie.

Nous sommes « juste des humains normaux souhaitant une vie normale ». C’est par ses mots si simples, portés par une vidéo vue des millions de fois, qu’une jeune citoyenne ukrainienne, Ioulia Marouchevska, est devenue le porte-étendard d’un soulèvement pour la liberté. Plus au sud, en Ethiopie, Asmelash Dagne ne dit pas autre chose. Mais lui pousse une « révolution silencieuse ». Des écoles aux champs, il enseigne la permaculture et fait pousser des « forêts comestibles ». De l’autre côté de l’Atlantique, Susan Spicer se bat, elle aussi. Sa base arrière, c’est son restaurant à la Nouvelle-Orléans. Sacrée « meilleure cheffe » de la ville, c’est elle qui a déposé une plainte collective contre le pétrolier BP, au nom de ses confrères économiquement à l’agonie après la marée noire de la plateforme Deepwater Horizon. Chez nous, en France, Adrienne Charmet-Alix coordonne la campagne de soutien participatif de la Quadrature du Net, association d’une intelligence rare, qui défend les droits et libertés des citoyens sur Internet et œuvre pour la libre circulation de la connaissance.

Indignations, résistances, créations

Ce ne sont que quelques-unes des 12 figures que nous vous proposons de (re)découvrir. Chacune et chacun dessinent une mosaïque d’indignations, de résistances, de rêves, de créations. Avec eux, et avec d’autres, relever les défis économiques, sociaux et environnementaux qui s’élèvent sur le chemin de l’humanité – et notamment celui du dérèglement climatique (1) – devient possible. « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer », écrivait Stéphane Hessel (2). De la place Maïdan de Kiev aux forêts de palmes du Kalimantan occidental, à Bornéo, nous vous souhaitons une année 2015 la plus créative qui soit. —

(1) Toute l’année 2015, la rédaction de « Terra eco » vous guide sur le chemin de la Cop21, la négociation qui réunira les acteurs internationaux du climat à Paris en décembre prochain.

(2) Tiré de son livre Indignez-vous (Indigène Editions, 2011).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité