publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Nos burgers chassent les moineaux des villes
5-10-2015
Mots clés
Biodiversité
France

Nos burgers chassent les moineaux des villes

Taille texte
Nos burgers chassent les moineaux des villes
(Crédit photo : Frédéric Bisson - Flickr)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Ils sont de moins en moins nombreux à siffler aux oreilles des citadins. Si l’on en croit les travaux du Centre d’études biologiques de Chizé (Deux-Sèvres), dans les grandes villes françaises, les moineaux sont sur le déclin. A Londres, leur population a même chuté de 68% entre 1994 et 2009 selon le British Trust of Ornithology. En cause : la pollution, chimique et sonore, mais aussi la mayonnaise de nos sandwiches et nos restes de fast-food.

Une nouvelle étude du même laboratoire, publiée dans la revue Plos One, indique que les moineaux urbains sont plus petits et plus gras que leurs cousins ruraux. Ce déséquilibre alimentaire pose deux problèmes. D’abord au moment de la reproduction : en ville, le nombre d’œufs pondus diminue. Ensuite, pour la croissance et la survie des oisillons. Leur organismes préfèrent les protéines des insectes aux lipides de la malbouffe.

Or, le moineau « est un bon indicateur de l’état de santé des populations vertébrées dans un milieu urbain », expliquait Frédéric Angelier, l’un des auteurs de l’étude à Terra eco l’an dernier. Le moment est venu de rappeler que l’être humain est un vertébré.


- A lire sur Futura Science.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- Pourquoi les moineaux désertent-ils nos villes ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je pense que ce n’est pas la seule raison.
    Je vis en pleine campagne, j’ai un grand jardin refuge pour oiseaux, et je constate leur disparition d’année en année ! Il y a 10 ans , tous mes avant-toit, étaient pleins de nids de moineaux , cela a diminué depuis, et cette année, pas un seul.
    Alors ? à mettre en relation avec les hécatombes de verdiers, de serin, d’hirondelles et de quantité d’autres passereaux qui vivaient chez-moi.
    Je précise que mon parc, est bio, pas un seul produit chimique !

    6.10 à 17h08 - Répondre - Alerter
    • Clairement, les facteurs sont multiples. Et le manque d’insectes ou la pollution, tous deux conséquence d’un mode d’agriculture délirant, sont certainement plus pertinents comme causes dans nos campagnes.

      6.10 à 19h10 - Répondre - Alerter
  • Certes la malbouffe, mais ils souffrent aussi de trouver moins de lieux pour nicher. Les nouvelles constructions avec toutes les nouvelles normes ne leur laissent plus d’endroits pour nicher.

    5.10 à 17h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité