publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Politique > Nicolas Hulot : nouveau gadget écolo de François Hollande ?
6-12-2012
Mots clés
Environnement
Politique
France

Nicolas Hulot : nouveau gadget écolo de François Hollande ?

Taille texte
Nicolas Hulot : nouveau gadget écolo de François Hollande ?
(Crédit photo : Edouard Caupeil pour « Terra eco »)
 
François Hollande et l'écologie, c'est un peu « je t'aime, moi non plus ». Même si le Président vient de nommer Nicolas Hulot « envoyé spécial pour la protection de la planète », ses convictions et celles de son équipe semblent s'être étiolées au fil du temps. Revue en dates.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Nicolas Hulot est sorti de l’Elysée ce jeudi matin avec une nouvelle casquette. Le voilà désormais « envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète ». Un titre honorifique pour une mission bénévole et « apolitique » qui consistera à « porter la voix de la France auprès d’un certain nombre de pays, du monde associatif pour faire émerger des solutions et accélérer la mise en œuvre de la transition énergétique », explique-t-on à la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme dont l’ancien animateur restera président. « Ce qui compte, c’est de mettre toute mon énergie au service de la préservation de la planète. Cette mission est une opportunité pour engager une nouvelle dynamique en faveur de la cause universelle que sont les enjeux écologiques et climatiques, en portant nos convictions auprès des instances et des décideurs internationaux », a déclaré l’intéressé dans un communiqué qui s’est aussi fendu d’une interview vidéo :

« La mission qui m’est confiée c’est d’essayer d’aller sensibiliser, mobiliser, convaincre des acteurs politiques, économiques, des sociétés civiles qu’ils ne sont peut-être pas aussi sensibilisés que nous le sommes ou qui le sont différemment, de créer des alliances sur ces sujets ou sur ces enjeux qui sont des enjeux universels et des enjeux du long terme face auxquels la France toute seule quoi qu’elle fasse ou qu’elle ne fasse pas ne pourra pas résoudre unilatéralement », explique-t-il dans la vidéo. Vous y voyez plus clair ?

Face à cette annonce, quelques écolos politiques ont manifesté leur enthousiasme :

Pour d’autres, l’interrogation est de mise. Que va vraiment faire Nicolas Hulot ? Et François Hollande est-il en train de s’acheter une conscience verte ? Il faut dire que sur le tableau de l’environnement, le parcours du Président socialiste est pour le moins chaotique. Retour chronologique sur les hauts et les bas de François Hollande en la matière.

Mai 2011 : Lorsque Terra eco l’avait rencontré en mai 2011 alors qu’il était candidat à la primaire socialiste, il affichait une sensibilité forte aux questions écologiques :

« Nous passons d’un monde à un autre : le monde des énergies inépuisables, le monde d’un nucléaire peu coûteux, le monde d’un consommation des matières premières qui est forte au Nord et qui est réduite au Sud. Ce monde-là est terminé ou en voie de l’être. Donc il faut passer à un autre monde. » Il comptait donner au ministre du Développement durable une place de choix : il faut « une architecture gouvernementale qui fasse de ce numéro 2 chargé du développement durable un ministre au large champ : celui de l’énergie, des transports, du logement, des grandes infrastructures et capable d’avoir prise sur les questions fiscales. » Il annonçait aussi le débat sur la transition énergétique : « Au lendemain de l’élection présidentielle et des élections législatives qui suivront, il faut ouvrir un grand débat que j’appellerais de la démocratie écologie qui devra être sur l’énergie et les grandes infrastructures de transport. Je crois que nous avons besoin de cette concertation. »

Mai 2012 Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault est nommé. Comme promis, l’énergie vient dans le périmètre du ministère du Développement durable mais pas le logement. Nicole Bricq, sénatrice inconnue du grand public, est choisie pour ce poste, c’est une surprise. Mais elle n’est pas ministre d’Etat et encore moins n°2 du gouvernement : son ministère se trouve au neuvième rang protocolaire. Le jour de son entrée en fonction, la nouvelle ministre glisse : « Toutes les fonctions que j’ai exercées, j’ai toujours considéré que j’étais de passage, ça va ça vient, la politique. » Les écologistes, dont l’avocat Arnaud Gossement, y voit « un nouvel espoir pour l’écologie ».

Juin 2012  : Le 13 juin, Nicole Bricq, la ministre de l’Ecologie nouvellement nommée annonce une suspension des forages pétroliers en Guyane. S’est-elle trop avancée ? Coïncidence ou pas, une semaine plus tard, elle est remerciée. Le portefeuille de l’écologie revient désormais à Delphine Batho, éphémère ministre de la Justice et inconnue du milieu écolo, qui n’est pas non plus ni ministre d’Etat ni n°2 du gouvernement. Et les forages continuent.

29 août : Delphine Batho assure que le nucléaire est une énergie « dont nous continuerons d’avoir durablement besoin ». Quelques jours plus tôt, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif avait affirmé sur BFM TV que le nucléaire est « une filière d’avenir » tout en reconnaissant qu’il fallait qu’il soit « équilibré ».

Septembre 2012  : Le discours d’ouverture de la conférence environnementale, donné par François Hollande, séduit. Il s’engage notamment sur les gaz de schiste, en affirmant : « Dans l’état actuel de nos connaissances, personne ne peut affirmer que l’exploitation des gaz et huiles de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et l’environnement. » Le reste des discussions, comme le discours de clôture de Jean-Marc Ayrault, déçoivent les écologistes, alliés du gouvernement, et les associations. Les attentes sont reportées sur le débat sur la transition, qui tarde à démarrer et connaît quelques ratés.

13 novembre 2012 : François Hollande entrouvre à nouveau la porte à l’exploitation des gaz de schiste en France. A un journaliste insistant, qui lui rappelle que seule l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique est actuellement interdite et que rien n’est précisé pour les techniques alternatives émergentes, il se contente de répondre : « La recherche est possible sur d’autres techniques que celle de la fracturation hydraulique. Pour l’instant, cette recherche n’a pas abouti, je ne peux pas l’interdire, elle n’est pas interdite pas la loi (...) Je laisse les entreprises et les chercheurs y travailler et je prendrai mes responsabilités le moment venu. »

28 novembre 2012 : Arnaud Montebourg, toujours, rouvre la porte aux gaz de schiste. « Nous n’acceptons pas la fracturation hydraulique mais nous travaillons à imaginer une nouvelle génération de technologies propres qui permettraient d’extraire sans abîmer. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Calculez leser mensualites de couverture de votre credit immobilier chez decamper du augmentant universel du propos, de une etendue du montant, de votre amendement comme de vos revenus annuels. Vous decouvrirez votre taxe endettement, quiconque doit semblable subalterne dans 33 %. Toi-meme souhaitez participer evoque ?esquisse de a nous conseillers concernant votre demande de credit au-dessous 48hVotre etude instinctive chez deux clicsCalculez un jambage simulateur pret immobilier de votre pret chez interet zeroEtablissez votre dossier de pret en deux minutes, un consultant Remisier alors Pret va vous frapper comme toi produire le originel prix Vous avez seul espoir immobilier ? Faites-vous cette estimation et nos simulateurs bien effectuez votre demande de subvention pendant forme.

    12.06 à 01h00 - Répondre - Alerter
  • C’est très bien essayé !
    Nicolas Hulot en mission bénéficiant de la carte de visite "France" ne peut qu’être plus convaincant pour défendre des idées qui sont proches des miennes (des nôtres).
    Pour réussir cependant il devra éviter d’être aussi mauvais vendeur que les politiques qui ont des approches d’amateurs peu éclairés et se trompent même en disant du nucléaire que c’est une énergie « dont nous continuerons d’avoir durablement besoin ». Alors que la réalité est qu’il s’agit d’une énergie dont il n’est pas possible de se passer aujourd’hui, mais qui doit être mieux sécurisée, et dont le problème des déchets doit être adressé et résolu…et dont la substitution interviendra à terme. Il y a de nombreuses filières alternatives et durables à inventer ou à améliorer. Nicolas Hulot peut devenir le chantre et le guide de la recherche, de l’innovation et de la mise en œuvre de nouvelles énergies y compris la plus facile qu’est l’économie d’énergie.
    Cela dit pour réussir il faudra aussi qu’il évite d’être aussi mauvais vendeur qu’un écologiste dogmatique. Il devra abandonner quelques combats stériles pour nous entraîner résolument vers l’avenir, et laisser aux ‘militants’ certains combats d’arrière garde, tout simplement parce qu’ils sont déjà perdus.
    On ne peut que souhaiter bonne chance à Nicolas Hulot, l’encourager et le soutenir, car nous avons tous intérêt à ce que les idées que nous partageons prévalent.

    18.12 à 19h47 - Répondre - Alerter
  • La dernière intervention de Nicolas Hulot était contre l’aéroport de Notre Dame des Landes.
    Bizarre, ce geste notre président.
    Va t il infléchir sa politique ?
    On a déjà vu son retour à la réalité avec la bénéfique TVA "sociale" ou l’abandon des inutiles Hauts Fourneaux de Florange.
    Où est il juste schizophrène ?
    On attend toujours la fin des subventions aux nombreux types de pollution... (pesticides, carburants, nucléaire...)

    14.12 à 19h00 - Répondre - Alerter
  • Cette mission est bénévole

    Donc voir les indemnité nons impossables associés, les frais de déplacement en 5 étoiles, ...,...
    Reste-t-il encore bqc des 33 000 € mensuel de l’émission de TV ?
    Est-ce des revenues de la fondation, subventionnée par nos impots, les dons ?

    ...

    9.12 à 16h09 - Répondre - Alerter
  • Même si Nicolas Hulot n’est pas politiquement correct, est-ce que la nomination de quelqu’un qui a la conviction de la nécessité de protéger la biodiversité partout dans le monde et qui a montré sa capacité à communiquer cette conviction, n’est pas une bonne nouvelle ? Est-ce qu’on ne se tire pas une balle dans le pied à toujours vouloir la pureté idéologique ? Qui est pur ? Qui suit une droite ligne depuis sa plus tendre enfance ? Qui n’a pas un minimum d’égo à alimenter ? Qui a toujours raison ? Qui pense exactement comme moi ? Et est-ce que ça m’intéresse finalement... ?
    Non, ce qui m’intéresse c’est que la cause de la biodiversité avance. Et il y a du boulot. Et on a intérêt qu’elle avance partout à la fois, pas juste dans notre petit cercle.
    Bisous
    Sylvie

    9.12 à 15h20 - Répondre - Alerter
  • Déjà, s’il pouvait convaincre Hollande et Ayrault d’arrêter NDDL, l’EPR et les gaz de schistes il ferait beaucoup pour la planète ;)

    8.12 à 23h20 - Répondre - Alerter
  • Ah tous ces gens qui ont des titres bien ronflants ! Pour ceux qui ont entendu parler de l’échelle de Peters, ils savent que les titres rendent les gens, même les plus intelligents et les plus motivés, complètement incompétents. Mais ne soyons pas toujours négatifs, attendons de voir ce que va faire M. Hulot. Si déjà il pouvait faire quelque chose chez nous (Notre Dame des Landes, Lyon-Turin, EPR, gaz de schiste etc.), ça lui donnerait une crédibilité pour le reste de la planète....et pour nous aussi.

    7.12 à 11h38 - Répondre - Alerter
  • Il vient d’être nommé ambassadeur de l’écologie sur toute la planète, c’est pas un peu étendue comme zone ?

    Il suffit de regarder la gestion du dossier de Notre Dame des Landes par notre gouvernement pour s’interroger sur la légitimité de la France à aller donner des leçons aux autres pays.

    La nomination de Nicolas Hulot ne fera pas reculer la contestation désormais énorme à l’attitude irresponsable des grands de ce monde, la politique environnementale de ce gouvernement est désastreuse.

    7.12 à 09h22 - Répondre - Alerter
  • Hulot c’est quelqu’un de sincère et de déterminé, ça change des désabusés du genre : "on y peut rien " et de ceux qui font semblant .Je suis ravie de cette nomination ..

    6.12 à 18h17 - Répondre - Alerter
  • "Gadget écolo" n’est pas mal...
    Mais on aurait aussi pu dire " gentil angelot " ou "paravent vert" tant Nicolas Hulot, comme Y. Arthur-Bertrand d’ailleurs, fait preuve d’un angélisme navrant, touchant même à l’aveuglement, face à la volonté des puissances mondiales de l’argent et du libéralisme.
    N’a t-il pas dit, à peu de choses près, à sa sortie de Élysée qu’il ne savait même pas par où commencer ni quel sujet aborder.
    C’est tout dire de l’utilité de sa "mission" !

    6.12 à 17h37 - Répondre - Alerter
  • Histoire d’O : Ayrault, Batho, Duflot... et maintenant Hulot !
    Un article qui résume bien les rapports sado-maso entre le gouvernement et l’écologie.
    Cependant, cet article daté du 6 décembre, mais il ne mentionne hélas pas les questions brûlantes de Notre-Dame des landes, ni du projet TAV / LGV Lyon-Turin, ni l’acharnement concernant l’ERP...
    Fort dommage, car la gestion de ces dossiers par le gouvernement est fort instructive !

    @Domdelombre

    6.12 à 16h59 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité