publicité
Accueil du site > Actu > Culture > « Mohicans », récit vérité
29-12-2015
Mots clés
Société
France

« Mohicans », récit vérité

Taille texte
« Mohicans », récit vérité
(Crédit photo : Arnaud Baumann / Rezo films)
 
De Denis Robert. Julliard, 306 pages, 19,50 euros.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 74 - janvier-février 2016

2016, l’année des écoféministes

« Les hommages c’est vraiment de la merde », titre le dernier numéro de la revue Schnock (1) consacrée à Choron et Cavanna, les fondateurs de Charlie Hebdo. Mais le premier anniversaire de l’attentat contre l’hebdomadaire arrive, alors autant s’y préparer. En 1960, Georges Bernier (le futur professeur Choron) et François Cavanna, respectivement colporteur et secrétaire de rédaction du mensuel Zéro, créent leur « grand génial marrant journal », Hara-Kiri. « Ce dynamiteur de bien-pensance », selon Schnock, « révolutionnera la presse en France. Les mœurs aussi ». Le journal accompagne la libération sexuelle et fait fermenter mai 1968. Hara-Kiri brocarde la religion, l’armée et l’Etat, ridiculise les hommes politiques, détourne les pubs. Il est interdit une première fois en 1961, comme le raconte le très documenté Mohicans. « Notre liberté, la liberté des journaux de ce pays, s’est gagnée dans ces batailles menées par Cavanna et Choron » contre la censure, écrit Denis Robert, journaliste et auteur de ce livre. En 1970, après le « Bal tragique à Colombey : 1 mort », Hara-Kiri Hebdo est (une troisième fois) interdit. Et ressuscite aussitôt sous le nom de Charlie Hebdo. Les années 1970 sont l’âge d’or du journal, mais l’érosion de son lectorat cause l’arrêt du titre en 1982. Dix ans après, Cabu et Philippe Val le relancent et se l’approprient. Tous les anciens encore vivants approuvent et s’embarquent dans l’aventure, sauf Choron, qui leur colle – et perd – un procès. Le capital du journal sera l’objet de plusieurs litiges, y compris au sein de la rédaction : alors que Choron et Cavanna meurent (respectivement en 2005 et 2014) quasiment sans le sou, le succès du numéro des caricatures de Mahomet a rapporté en 2008 environ 600 000 euros à Cabu et Val, actionnaires majoritaires d’un journal où ni Cavanna ni les salariés n’étaient associés.

A rebours de l’esprit anar

Denis Robert dénonce aussi la dérive éditoriale de l’hebdo dirigé par Val qui, à rebours de l’esprit anar initial, défend les interventions armées, Israël ou le projet de Constitution européenne, et vire les fortes têtes. La lutte contre l’islamisme est son ultime tête de gondole, et le reste après le départ de Val à France Inter. Pour lui, « Charlie Hebdo n’était qu’un marchepied vers une carrière de lèche-cul politique », écrit Cavanna dans une lettre, citée par Denis Robert. A-t-il délibérément poussé Charb, Cabu et les autres dans un combat qui les dépassait ? Denis Robert, lui même attaqué avec virulence par Val lors de l’affaire Clearstream, ne va pas aussi loin. Il pleure les copains et un état d’esprit mis sous l’éteignoir. —

(1) La Tengo Editions, n° 17, 176 pages, 14,50 euros.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Il est assez incompréhensible pour un lecteur un peu anar. comme moi que ce canard ne soit pas, au minimum une SCOP. On est quand même là, proche de l’imposture.

    23.02 à 15h30 - Répondre - Alerter
  • C’est en effet ce que répondait la rédaction de Charlie Hebdo quand ce reproche leur était fait. Mais parler de "tête de gondole" ne se limite pas aux unes. Ce dont parle Denis Robert, c’est notamment de l’engagement du journal sur l’affaire des caricatures danoises - et la une "c’est dur d’être aimé par des cons" - qu’il critique moins sur le fond que sur la manière dont cela a été conduit par Philippe Val, y compris la redistribution des profits tirés d’un numéro qui s’est très bien vendu.
    Et, ensuite, après d’autres polémiques, l’incroyable besoin qu’ont eut Charb et les autres de se justifier dans une tribune du Monde ("Charlie n’est pas raciste")...
    On doit pouvoir autant critiquer l’islam que le catholicisme, caricaturer Mahomet autant que Jésus ou Bouddha, pas de problème là dessus. On doit aussi comprendre pourquoi on en est arrivé là. L’une des raisons de la haine envers ce journal - et ce n’est pas une justification, "je suis Charlie" tout autant que vous -, c’est que le catholicisme est la religion dominante en France, qu’elle a contraint nos moeurs et guidé nos politiques pendant des siècles, alors que l’islam - dont son interprétation conduit de même à opprimer les femmes et massacrer des gens - est principalement la religion de minorités issues de pays colonisés par la France et qui sont, ou se sentent, discriminées dans notre pays.

    21.01 à 11h08 - Répondre - Alerter
  • Marie : ha bon ?

    Un peu déçue de lire que "La lutte contre l’islamisme est son ultime tête de gondole". Parmi les 38 « unes » ayant pour cible la religion, plus de la moitié vise principalement la religion catholique (21) et moins de 20 % se moquent principalement de l’islam (7).
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article...

    21.01 à 10h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité