publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Mieux que le tuto de cuisine, le cours de graines potagères !
5-11-2015
Mots clés
Cinéma
Agriculture
France
Vidéo

Mieux que le tuto de cuisine, le cours de graines potagères !

Taille texte
Mieux que le tuto de cuisine, le cours de graines potagères !
(Crédit photo : Olga Widmer)
 
La série de films « Semences buissonnières » propose en quelque quarante modules d'apprendre, grâce à l'image, les bases de la production de graines. Un outil à la fois pédagogique et poétique.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Il est rare qu’un film de douze minutes apaise autant les nerfs d’une citadine pressée et qu’il lui donne autant envie de mettre les mains dans la terre. Douze minutes à contempler les ombelles hermaphrodites d’une fleur d’oignon dans le vent, leur pollinisation par des insectes très occupés, le repiquage des plants, la récolte et la sélection de beaux bulbes, leur séchage, leur phase de dormance, leur replantage, l’apparition de leur hampe florale, la longue floraison des ombelles, le dessèchement des capsules jusqu’à leur ouverture, l’extraction des graines et leur tri au tamis fin. En douze minutes, l’équipe de Semences buissonnières réussit le pari de recomposer par l’image le cycle végétatif de l’oignon et les gestes des humains pour en extraire et en conserver les précieuses graines. Ce module fait partie de la série de quarante films, des tutoriels didactiques et poétiques, montrant pas à pas la production des graines de trente-deux sortes de légumes et les aspects théoriques et techniques de la production de semences.« Dans ce domaine, nous nous sommes rendu compte que le manque de connaissances est faramineux et la demande forte et urgente. Il fallait trouver un moyen d’expliquer, à pas de fourmi, de A à Z, comment produire ses propres semences et participer à la sauvegarde de la biodiversité cultivée », explique Sylvie Seguin, coréalisatrice, avec Martina Widmer, de la série documentaire.



Les deux femmes, productrices de graines depuis quinze ans, font partie de la coopérative Longo Maï et du Forum civique européen, deux réseaux très investis dans la formation à l’autonomie alimentaire, dont la production de semences, à la ferme ou au jardin, est l’un des piliers. Mais, si cultiver son potager a bien le vent en poupe, produire des semences est une autre paire de manches. « J’ai participé il y a quelques années à un stage de formation sur ce thème en Turquie, qui regroupait aussi bien des universitaires que des paysans, se souvient Martina Widmer. Dès la seconde journée de formation, les paysans et tous ceux qui n’avaient pas l’habitude d’assimiler un savoir théorique ne sont pas revenus ! » Là où même le stage décourage parfois, que dire des rébarbatifs manuels techniques ? « Dans l’imaginaire de tout le monde, produire ses semences est désormais un travail de professionnel, trop complexe pour être acquis, ajoute Sylvie Seguin. Or, c’est faux. Il faut certaines bases, certes, mais c’est à la portée de beaucoup de gens et, pendant des millénaires, les agriculteurs ont su le faire ! » C’est donc par l’image et le commentaire que les deux productrices ont décidé de transmettre ce savoir-faire.



Revenons à nos oignons : Allium Cepa, plante bisannuelle qui produit un bulbe la première année de culture et monte en fleur pour produire ses graines la deuxième année. Voilà pourquoi il a fallu près de trois ans à l’équipe de Semences buissonnières pour réaliser les trente-deux modules pratiques. La vie des choux, navets, radis, carottes, céleris, fenouils, panais, laitues et les autres légumes d’une poignée de fermes de la coopérative Longo Maï, en Haute-Provence, dans le Lubéron et en Ardèche, ont dicté un planning quotidien quasi kafkaïen de tournage. « C’était un défi technique : pas question de rater l’apparition du bourgeon de la salade ! », raconte Olga Widmer, chef opératrice de Semences buissonnières, qui a déménagé dans le Sud pendant les années de tournage pour être au plus près du tempo potager. Pas question non plus de produire un outil didactique mais peu appétissant. Plans fixes, temps longs et observations minutieuses des gestes des agriculteurs, des mains qui plantent, récoltent, trient, vannent : c’est grâce aux partis pris de la chef opératrice que chaque module devient à la fois très compréhensible et proche d’une rêverie. « J’ai mis ma caméra à hauteur des légumes : c’était à la fois passionnant et émouvant », témoigne Olga Widmer. Pour finir la recette, une série d’illustrations à l’aquarelle de Myleine Guiard Schmid, créatrice de cinéma d’animation, dont la grâce toute aérienne ajoute une ultime touche de poésie aux films. Inutile d’en rajouter, Terra eco recommande vivement ce délicieux et indispensable outil potager.



Semences potagères, un coffret de 4 DVD de 436 mn (et un livret de présentation), 50 euros, à découvrir et commander ici. L’équipe sera présente au Salon Marjolaine, du 7 au 15 novembre, au Parc Floral de Paris.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Les plantes bougent, sentent et réagissent mais nous ne sommes pas capables de le voir »
- Le sanctuaire poussiéreux du maître des graines
- « Mettre des noms sur des espèces, c’est prendre conscience des petits miracles qu’on a sous les yeux »
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité