publicité
Accueil du site > Actu > Culture > « L’abri », docu à la rue
25-02-2015
Mots clés
Vidéo

« L’abri », docu à la rue

Taille texte
« L'abri », docu à la rue
(Crédit photo : DR)
 
Un film de Fernand Melgar, sortie le 4 mars.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 65 - mars 2015

Ecologie : pourquoi tout le monde s’en fout

A Lausanne, il est interdit de « camper sur la voie publique », donc de dormir dans la rue. Trois refuges, d’une capacité totale de 120 places, doivent refuser du monde tous les soirs d’hiver. Fernand Melgar a filmé les nuits dans le plus grand : l’Abri, 100 places, mais seulement 50 ouvertes au moment du tournage. Travailleurs immigrés du sud de l’Europe, familles roms, Maghrébins, les nouveaux visages de la précarité s’y rassemblent, espérant décrocher une nuit au chaud. —



Découvrez la bande-annonce ici :

L’Abri, un film de Fernand Melgar, en salles le 4 mars.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Association Entraides-Citoyennes : « L’abri », docu à la rue

    En janvier dernier, des bénévoles d’Entraides-Citoyennes ont visionné ensemble L’Abri, dernier opus d’une trilogie cinématographique de Fernand Melgar – La Forteresse, Vol spécial – qui contribue à élargir le débat sur l’asile en Suisse et dans le Monde par le prisme de l’accueil dans un centre d’hébergement de Lausanne, un bunker, nommé l’Abri.

    « Nous avons été très touchés par ce film qui montre le désarroi des migrants confrontés aux difficultés administratives qui leurs sont réservées dans leur difficile quête de survie, d’intégration », explique Sylvie, présidente de l’association. « La caméra à l’épaule de Fernand Melgar s’est comme à son habitude faite aussi discrete qu’objective pour peindre leur quotidien tissé d’une succession d’espoirs, d’incertitudes et de désillusions sur une trame d’attentes interminables. »

    L’association d’aide inconditionnelle aux sans-abris a proposé d’organiser une avant première peu ordinaire au cinéaste :

    En l’Eglise Saint-Eustache, où l’association « La soupe Saint-Eustache » propose en période hivernale, deux fois par jours, plus de deux cent repas aux sans-abris, sans condition.
    En présence de personnes sans-abri et de tout ceux qui se sentent concernés par leur situation : bénévoles et professionnels oeuvrant en soutien à la grande précarité, de particuliers concernés, de journalistes…
    Autour d’un buffet convivial : pour échanger et poser la « valise des émotions » tous ensemble après la projection du film.
    En proposant à chacun de faire un don : un moyen d’apporter une aide concrète afin de soutenir ses actions auprès des sans-abris, sdf et exclus. (1 € = 1 repas. 10 € = 1 sac de couchage).

    En savoir plus et visionner la bande annonce : http://entraides-citoyennes.org/lab...

    Rendez-vous le 28 février 2015 à 20h30 à l’Eglise Saint-Eustache

    2 impasse Saint-Eustache
    75001 Paris
    Entrée libre
    Une collecte sera proposée après la projection, merci à chacun de faire un geste

    26.02 à 02h17 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité