publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Société > Je vis à côté d’une ligne à très haute tension
10-07-2012
Mots clés
Santé
Energies
Agriculture
France
Reportage

Je vis à côté d’une ligne à très haute tension

Taille texte
Je vis à côté d'une ligne à très haute tension
(Gilles sous le pylône THT, derrière sa maison. Crédit photo : Julie Lallouët-Geffroy)
 
Reportage - Dans les champs de Gilles trône un pylône de 400 000 volts. Ses vaches ont des infections, son lait est invendable. Sa fille a contracté trois pneumonies. L'éleveur est convaincu qu’il y a un lien.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
Premier épisode de notre série « Je vis à côté de ». Retrouvez bientôt « Je vis à côté d’une éolienne », puis « Je vis à côté d’une raffinerie ».

Pour arriver chez les Hebert, à Planquery (Calvados), il faut emprunter une route sinueuse. Au bout du chemin : une grande maison, près d’une exploitation agricole. Dans un champ, au loin, paissent les vaches noires et blanches de Gilles. Mais c’est là, tout près, à 150 mètres de la maison, que se dresse un pylône de plus de 30 mètres de hauteur. L’un des maillons d’une ligne à très haute tension : 400 000 volts qui traversent la région du nord au sud.

Gilles se partage entre les travaux de la ferme et le pique-nique des enfants à préparer. Son épouse, Lydie, est au travail, dans une banque. Une vie banale, à faire bâiller d’ennui les corneilles. Mais quand le café est prêt et qu’on s’installe au salon, les choses prennent un tour plus complexe.

Du courant vagabond

L’histoire commence dans les années 1980. Peu craintif, le père de Gilles accepte d’héberger une ligne électrique sur ses terres, exploitées depuis cinq générations. Le pylône prend ses quartiers chez les Hebert. En échange, le père de Gilles touche 4 000 francs de l’époque (610 euros environ) d’indemnités.

Les complications commencent. A chaque orage, tout le matériel électrique et informatique de la maison et de l’exploitation grille. Autre bizarrerie : les clôtures électriques qui encadrent les champs semblent retenir le courant. Même quand il est coupé, il passe encore. « Mon terrain est sur une nappe phréatique. Il y a du courant vagabond partout, c’est-à-dire qu’une partie de l’électricité s’échappe de la ligne, va dans la nappe et remonte on ne sait pas où », raconte Gilles. Au fil du temps, les problèmes grossissent et avec eux, l’inquiétude.

IMG/mp3/SON1OK_GH.mp3

L’exploitation foudroyée

Il y a trois ans, c’est le coup de foudre de trop. Un violent orage éclate. Il fait, comme d’habitude, sauter le courant, mais aussi littéralement exploser le paratonnerre. Le matériel qui permet de nourrir automatiquement les vaches est détruit. « Là, c’en était trop. Ma femme a dit stop, ça va trop loin. On a arrêté de nourrir les vaches avec la machine, on a emmené les veaux chez le vétérinaire, on a commencé à discuter avec les voisins. C’est comme ça que ça a fait tilt. »

L'alimentation animale hors d'usage depuis trois ans

Manon, les veaux et les pneumonies

Au début, Gilles n’a pas fait le rapprochement. « J’ai beaucoup de veaux qui meurent de pneumonie l’hiver, ça a toujours été comme ça. Mes vaches, elles, ont des mammites, des infections aux mamelles, leur lait n’est bon qu’à être jeté. Ça, ce sont des choses qui peuvent arriver, mais le problème, c’est qu’ici ça arrive très souvent. » L’agriculteur a son explication. Pour lui, le courant vagabond est véhiculé par la nappe phréatique. En contact avec l’humidité du terrain et des bâtiments, ses animaux tombent malades ou meurent.

Et puis, il y a aussi Manon, sa fille. Aujourd’hui, elle a 10 ans. Dix années qu’elle fait des allers-retours entre la maison et l’hôpital.

IMG/mp3/SON2OK-GH--NET_7c8da3ef-c8cc-4e4f-815f-8784c9a4f9c1_R44A.mp3

Mais au final, Gilles n’est sûr de rien. « Bah, je ne sais pas vraiment si c’est lié ou si ce sont des coïncidences, mais bon, ça fait quand même beaucoup de coïncidences, non ? » Des questions, des doutes, mais pas vraiment de réponses. Certes, les études existent mais se contredisent souvent. D’un côté, RTE, l’entreprise d’Etat gestionnaire du réseau électrique français, explique que ces pylônes ont peu d’impact sur leur environnement. De l’autre, une enquête du réseau militant « Stop THT » montre une dégradation des conditions de vie. Rien n’est tranché. Reste qu’aujourd’hui, Manon va mieux. Sa grande sœur, Marie, conserve ses craintes : « J’ai peur de tomber malade comme Manon », confie-t-elle.

Expertises sanitaire et électrique exigée

Il n’empêche. Les Hebert ont voulu faire la lumière sur leur histoire. L’an dernier, ils décident d’aller voir la justice. « Y en a qui vont dire que je fais ça pour l’argent, oui, c’est vrai. Je suis persuadé que les problèmes sur les vaches et les veaux c’est à cause de cette ligne. Et pour moi, ça représente une perte financière énorme. » Gilles vend plus de 400 000 litres de lait chaque année à Danone. Sauf qu’avec les mammites des vaches, une partie de la production est devenue invendable et l’exploitant a dû prendre une douzaine de vaches supplémentaires pour atteindre son quota. Nourriture, main-d’œuvre… Sur une quinzaine d’années, l’addition s’élève à 361 000 euros, selon le comptable de Gilles. C’est la somme que l’éleveur réclame désormais à RTE.

« Moi je ne suis pas contre l’électricité, il faut bien la transporter, mais il faut prendre en compte ceux qui vivent en dessous. Je fais ça pour moi, mais aussi pour tous les autres », justifie Gilles. Car il n’est pas le seul. En France, 350 000 personnes vivent à proximité d’une ligne à 400 000 volts et leur nombre devrait augmenter. Une nouvelle ligne THT est en construction pour transporter l’électricité produite par le nouvel EPR de Flamanville encore en construction. Soit 163 kilomètres qui relieront bientôt le Cotentin au Maine.

Passage au bio

64 communes abriteront 420 nouveaux pylônes. Le collectif « Stop THT » entend bien empêcher la construction de la ligne. Alors, quand des agents RTE viennent, avec des gendarmes, baliser les sentiers sur les terrains rachetés, des affrontements éclatent parfois.

Pendant ce temps, Gilles s’accroche. En juin dernier, il a reçu une bonne nouvelle. Le tribunal de Caen a exigé qu’une expertise sanitaire et électrique soit réalisée sur son exploitation. Objectif ? Mesurer l’impact - s’il y en a un - de la ligne THT sur les animaux de la ferme. Et Gilles a de nouveaux projets. Il vient tout juste d’entamer sa conversion en bio, pour ne plus dépendre de la machine à nourrir les vaches qui menace de lâcher à chaque orage. Pour en finir aussi avec la surcharge de travail et les quotas à respecter.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Julie Lallouët-Geffroy
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité