publicité
Lève-toi et marche !

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Le geste vert > Je recycle mon ordinateur
9-06-2007
Pratique

Je recycle mon ordinateur

Taille texte
 
Pratique - « Encore planté ! Sophie, j'en ai ras-le-bol, cet ordi est au bout du rouleau. Je vais en changer, c'est décidé. Je ne peux plus travailler dans ces conditions. Mais que vais-je en faire ? » – « Et bien, on va chercher un endroit où il les récupère pour les recycler. »

Comment faire ?

Entre 1997 et 2005, la durée de vie moyenne d’un ordinateur est passée de 6 à 2 ans. Devant cette vague d’ordinateurs atterrissant à la case cimetière et sous pression de l’Europe, le ministère de l’Ecologie a mis en place la récupération de la DEEE ou D3E (Déchets des Equipements Electriques et Electroniques). Ainsi, depuis le 15 novembre 2006, tout achat informatique effectué dans un magasin français comprend une "écotaxe", une somme affichée en clair, séparément du prix de l’appareil. Elle correspond au coût de collecte et du recyclage et ne va pas dans la poche du constructeur mais de l’organisme collecteur chargé de la revalorisation ou de la destruction d’un appareil usagé. En contrepartie de ce surcoût, vous pouvez déposer votre ancien appareil dans le magasin, où vous achetez votre matériel neuf.

Pour quels résultats ?

En France, on estime à 1,7 millions de tonnes de D3E générés chaque année par les entreprises et les ménages, soit 14kg/an/habitant, en augmentation de 3 à 5% par an. L’Union européenne compte arriver à une collecte de 4 kg/an/habitant dès cette année (source : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Actuellement, seuls 10% des ordinateurs personnels seraient recyclés en France, selon le cabinet Gartner. Reste la question du devenir des déchets électriques et électroniques, car ils alimentent des trafics vers l’Afrique, la Chine et l’Inde (80% en Asie). Là-bas, certaines villes sont devenues de e-poubelles où les hommes trient une multitude de produits dangereux pour eux et pour les nappes phréatiques. Exportés sous couvert de dons, nombre d’ordinateurs ne sont en fait pas réutilisables et sont abandonnés dans la nature ou brûlés, dénonce l’ONG Basel Action Network, spécialisée dans les trafics de déchets électroniques.

Le rapport "Ordinateurs et environnement" d’Eric Williams et Ruediger Kuehr, chercheurs à l’université des Nations unies (UNU), confirme qu’envisager une deuxième vie aux ordinateurs actuels au lieu de les démanteler économiserait de 5 à 20 fois plus d’énergie. Il suffirait de récupérer lors du renouvellement du parc informatique des sociétés ou administrations, les PC en état pour la maison, l’école ou les associations.

Bilan environnemental

 : Une unité centrale et son écran 17 pouces = leur production consomme 1,8 tonne de matériaux (240 kilos d’énergie fossile, 22 kilos de produits chimiques et 1500 litres d’eau) A l’intérieur, on trouve 2 à 4 kg de plomb + 1,5 kilos de cuivre + 7 kilos de plastique + 50 g d’arsenic + baryum, béryllium, cadmium… + mercure (l’informatique représente un quart de la consommation mondiale de mercure) (Source Université des Nations unies)

Envoyez-nous vos idées de geste, vos astuces :

contact@planete-terra.fr

Sources de cet article

Université des Nations Unies

Le site de l’Ademe

Le site de l’ONG Basel Action Network


POUR ALLER PLUS LOIN :

Liste d’associations et ONG qui récupèrent les ordinateurs inutilisés
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité