publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Hervé Le Treut : « Le problème n’est pas de savoir qui a mal agi, mais quelles (...)
25-08-2015
Mots clés
Climat
Monde
Entretien

Hervé Le Treut : « Le problème n’est pas de savoir qui a mal agi, mais quelles sont les solutions devant nous »

Taille texte
Hervé Le Treut : « Le problème n'est pas de savoir qui a mal agi, mais quelles sont les solutions devant nous »
(Crédit photo : Jean-Luc Bertini pour « Terra eco »)
 
Membre éminent du Giec, le climatologue explique ce qu’il attend des négociations de la conférence de Paris sur le climat (COP21), et livre sa vision des décennies à venir. Entre lucidité et refus du catastrophisme.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 70 - septembre 2015

Avec les derniers aventuriers

Vous travaillez sur le changement climatique depuis la fin des années 1970. Avez-vous l’impression que le problème est enfin pris à bras-le-corps ?

Il est abordé avec plus de maturité. Lorsque j’ai débuté mes travaux sur les gaz à effet de serre (GES) en 1986, le problème commençait tout juste à être pris en compte : en 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) voyait le jour, et le premier Sommet de la terre, celui de Rio en 1992, approchait. Mais, dans les laboratoires de recherche, les climatologues avaient d’autres préoccupations : les sécheresses terribles en Afrique de l’Ouest, la pollution urbaine. Le changement climatique n’était pas encore un thème scientifique majeur. Aujourd’hui, le problème n’est plus le même. Les GES sont devenus un enjeu important car leurs émissions n’ont cessé d’augmenter. Lorsqu’on a commencé à mesurer le niveau de CO2, dans les années 1960, on émettait environ 2 milliards de tonnes de carbone par an. Aujourd’hui on en émet 10 milliards, soit cinq fois plus. Il y a 20 ans, ce « on » renvoyait à 15% à 20% de la population mondiale. Aujourd’hui il désigne beaucoup plus de monde. Personne n’avait anticipé le démarrage foudroyant des économies de l’Asie de l’Est et de la Chine. On a changé d’époque sans s’en rendre compte et de manière extraordinairement rapide. Les premiers symptômes observables, comme la hausse des températures, la fonte estivale des glaces arctiques ou le relèvement du niveau de la mer, ont entraîné une prise de conscience plus forte. C’est le cas pour les nouveaux pays pollueurs, comme la Chine, l’Inde ou le Brésil. Souvent situés dans la zone intertropicale, très vulnérable au changement climatique, ils ne peuvent plus en ignorer les risques.

Quel tableau pouvez-vous dresser de ce qui nous attend ?

Il est très difficile, même pour un climatologue, de répondre à cette question. On nous demande souvent d’imaginer la vie de quelqu’un en 2050 dans un monde plus chaud. Nous avons beaucoup de mal à mettre une image là-dessus. Il y aura une continuité avec ce que nous vivons. Nous connaissons déjà beaucoup de bouleversements, il suffit de penser aux cyclones qui ont frappé New York (Etats-Unis) ou les Philippines, aux canicules comme celle de 2003 ou aux sécheresses. Ce qui va changer, c’est la fréquence et l’intensité de ces épisodes. Le système climatique est naturellement changeant, mais nous y ajoutons une dimension supplémentaire d’imprévu.

Comment appréhender l’avenir, alors ?

Je préfère raisonner à l’envers. Le changement climatique est porteur de risques : on ne sait pas dire le futur de manière précise, mais on sait dire les risques qu’il propose. Parmi ceux-ci, on doit décider de ceux que l’on voudrait éviter et ceux dont on voudrait se protéger en priorité. Concevoir l’urbanisme du futur implique par exemple d’être attentif aux risques de vagues de chaleur. De même, des cultures agricoles soumises à des alternances d’inondations et de sécheresses devront être capables d’y résister. Que proposer aussi le long des côtes et estuaires, ces zones qui courent le risque d’être régulièrement submergées ? C’est dans ce sens qu’il faut raisonner.

Quelles sont les conséquences du dérèglement climatique qui vous préoccupent le plus ?

Ma réponse a une dimension personnelle : elle dépend de considérations éthiques ou culturelles autant que scientifiques. A mes yeux, il y a deux dangers majeurs. Tout ce qui est lié à la perte du vivant, de la biodiversité, car c’est un patrimoine qu’on ne reconstituera pas. Au début de ses activités, le Giec s’y intéressait peu : le climat apparaissait surtout comme un problème de physiciens. Aujourd’hui, alors que des facteurs multiples entraînent une perte de biodiversité (certains parlent même de sixième extinction) , on mesure à quel point le facteur climatique peut accélérer le phénomène. Le second enjeu est social, économique et politique. Pour faire simple : comment peut-on vivre nombreux sur la planète, avec un climat qui change, sans générer de la misère et des conflits ?

Peut-on encore rectifier le tir ? N’a-t-on pas atteint un point de non-retour ?

La particularité des gaz à effet de serre, c’est de s’accumuler et de rester longtemps dans l’atmosphère. Comme nous avons déjà émis des volumes très importants, les échéances que l’on situait vers la fin du siècle se sont rapprochées. D’une certaine manière on les a dépassées. Limiter le réchauffement à 2 °C, l’objectif mis en avant par le monde politique, ne constitue pas une protection absolue. Mais il est déjà compliqué à atteindre. Rien de ce que l’on pourra faire ne sera inutile. Même si, pris séparément, tout peut paraître insuffisant.

Une hausse plafonnée à 2 °C, c’est l’objectif de la COP21. Quel espoir placez-vous en ces négociations ?

Il s’agit d’un processus politique, et non scientifique. Beaucoup de pays sont conscients des enjeux. On peut donc espérer une volonté commune d’arriver à un accord avec une ambition « suffisante », bien que ce critère soit sujet à débat. Dans le même temps, la COP21 rassemblera la société civile. Au-delà des accords, elle joue un rôle crucial d’animation, d’agitations d’idées.

Dans ces discussions sur le climat, quelle doit être aujourd’hui la place des scientifiques ?

Notre rôle a d’abord consisté à établir un diagnostic. Le Giec a été organisé en séparant les facteurs scientifiques « durs » des autres facteurs, notamment politiques, pour une mise à plat la plus objective possible. Sa force a tenu et tient encore dans cette attitude « chimiquement pure ». Cela a permis de dresser un diagnostic d’alerte étayé et endossé presque unanimement par la communauté scientifique. Maintenant que cette alerte atteint le grand public et les décideurs, la réflexion est celle de l’action. Que fait-on ? Quelle filière énergétique soutient-on ? Comment partager l’usage des sols entre biocarburants, alimentation, maintien de la biodiversité naturelle ? Dans ces décisions, des paramètres d’ordre culturel, voire religieux – la justice, l’éthique – entrent en jeu. En ce sens l’encyclique du pape a toute sa place. Pour autant, si la décision finale revient aux citoyens et aux politiques, les scientifiques doivent rester vigilants.

Sur la question climatique, qu’attendez-vous des décideurs politiques ?

Ce n’est peut-être pas au scientifique d’exprimer cette attente : dans les démocraties, les politiques sont le reflet de la société. Je crois que c’est à ce niveau que les choses trouveront la force de durer. Cela passe par l’éducation. Le plus grand nombre doit comprendre et s’emparer de ces enjeux complexes. Pour passer du diagnostic aux solutions, les décisions doivent s’appuyer sur une analyse approfondie. Celle-ci manque souvent aujourd’hui.

A-t-on perdu du temps ?

Il y a un décalage entre l’ampleur de l’enjeu et la rapidité de l’action. Mais on ne bouscule pas le monde du jour au lendemain à partir des petits modèles informatiques. Entre le travail de poignées de scientifiques qui disent « Si l’on continue à émettre des gaz à effet de serre ça va changer la planète » et puis ce que ça représente de se passer des énergies fossiles, il fallait nécessairement une phase de débat, d’appropriation, de maturation. Si l’on a perdu du temps c’est sur une fenêtre finalement assez courte, entre les hésitations sur le protocole de Kyoto (adopté en 1997, entré en vigueur en 2005, ndlr) et maintenant. Une partie des débats pour savoir si le problème des gaz à effet de serre était réel, ce que l’on appelle le climato-scepticisme, a retardé le moment où l’on s’interroge sur ce qu’on peut faire et comment. La communauté scientifique ne fuit pas le débat ; c’est au contraire ce qui la fait vivre. Mais il y a eu des lobbies, un refus de voir le monde évoluer. Nous acceptons difficilement d’être mortels, nous acceptons difficilement que les choses changent. A des degrés divers, nous sommes tous comme ça. Le problème aujourd’hui n’est pas de savoir qui a mal agi mais plutôt quelles sont les solutions devant nous.

Celles-ci existent donc ?

Bien sûr. Il y a en beaucoup à notre portée : augmenter la part des énergies renouvelables, diminuer le gaspillage de ressources. Selon que l’on se lance dans ces actions ou non, l’image du futur n’est pas la même. Je crois beaucoup aux échelles locales, je crois beaucoup à ce qui peut mettre le citoyen proche des décisions. Pour la nouvelle génération il y a quelque chose à construire qui peut être vu comme un défi passionnant.

Et dans le même temps, quand on a votre connaissance et donc votre niveau de conscience du danger, n’aborde-t-on pas le futur avec anxiété ?

Mon père est cancérologue. Je crois que je n’ai jamais réussi à me faire autant de soucis pour le climat qu’il s’en est fait pour ses malades. Bien sûr, nous sommes face à des perspectives très inquiétantes. En même temps, la situation n’est pas sans issue. La possibilité de construire un monde sans passer par les déflagrations qui ont secoué le XXe siècle – les guerres mondiales, les dictatures, les camps de concentration, le goulag – est encore à notre portée. Nous venons de fêter le centenaire de la Grande Guerre, et pour être honnête, je préfère que mes enfants aient moins de 30 ans en 2014 qu’en 1914. Le climat est un facteur de risques important, mais il laisse des marges de manœuvre. —



Hervé Le Treut en dates
- 1958 Naissance
- 1985 Soutient sa thèse sur la modélisation des nuages dans le système climatique
- 2005 Elu à l’Académie des sciences
- 2009 Directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace. Il y dirige le laboratoire de météorologie dynamique.

A lire : Nouveau climat sur la Terre : comprendre, prédire, réagir, de Hervé Le Treut (Flammarion, 2009)

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Rien ne changera ! Les riches de plus en plus riches -voir pays émergeant idem pays soi-disant développés...

    Les pauvres tjs plus nombreux et plus pauvres dont personnes âgées... les femmes privées de liberté ... Exemple en France les maisons passives 20 à 30% plus cher que chez nos voisins où le soleil brille moins... Réponse cupide des élus : << pas de permis de construire si absence de contrat d’entretien de chaudière pour les entreprises les artisans de la commune ... >>. Se faire élire, voir revenus retraites des élus qui se fichent de la COP21, des générations futures...
    En maisons passives les pauvres ne souffriraient plus de précarité énergétique ! Hypocrisie ! Cupidité ! Pouvoir !

    30.11 à 10h47 - Répondre - Alerter
  • Oui, TOUTES les solutions existent déjà : en spiritualité ou philosophie, depuis des millénaires, plusieurs lanceurs d’alerte humanistes prônaient déjà la simplicité volontaire qui implique d’épurer ses besoins de ses caprices, confusion terrible qu’entretient machiavéliquement les publicités outils subliminaux de TOUTES les industries, et en TOUS domaines d’existence actuelle. L’adage en sagesse populaire disait " Manger pour vivre, et non pas vivre pour manger". Même cela a été perverti, et à l’inverse, la politique économique mondiale s’est engouffrée de + en + gravement dans la course à la production/consommation, dans une compétitivité infantile, voire même dégénérée !

    La technologie, originellement destinée à améliorer les conditions matérielles des humains, ont TOUJOURS fini par ne servir que l’appétit de pouvoir et de domination d’1 minorité de rusé(e)s ! Lesquels ménagent leurs esclaves/électeurs par des soporifiques low cost en tous genres, variant du prix du saucisson au billet d’avion. Creusant ainsi 1 contraste énorme entre les contrées surexploitées et les hyperconsommatrices. D’1 côté, les pauvres soporifié(e)s sont obèses d’égoïsme, et de l’autre, ça pond des enfants, en vend certains pour en nourrir d’autres ! Comment s’étonner de la descente accélérée vers les enfers pré-organisées par la crétinerie et l’arrogance des humanoïdes terrestres ?!

    Et que ce soit dans le passé ou encore de chacun nos jours, les lanceurs d’alerte humanistes, faucheurs volontaires, zadistes ou autres défenseurs de l’Amour et de la Liberté, continuent à être menacé(e)s, poursuivi(e)s, meurtri(e)s durant leur vie. Les + charismatiques d’entre eux, ont toutefois rt autrefois, eu droit à 1 gloire posthume, via une glorification morbide de leur sacrifice, pour la + grande joie des spéculateurs politiques.
    Y’en a 1, par exemple, de crucifié de mes frères de luttes intemporelles. Vous voyez de qui je cause, n’est-ce pas ?!
    Dans l’idéal, je serais ok pour n’accuser personne d’avoir mal agi, surtout que cela concerne la majorité de la population mondiale, des + riches aux + miséreux !
    Mais dans la pratique, il est inévitable de pointer les principaux coupables pour qu’ils paient enfin de leurs crimes, en plusieurs étapes :

    - 1ère étape à commencer d’urgence (sachez qu’il n’y a pas que la température à réguler, mais également l’axe de rotation de la planète dont le basculement accéléré, aggrave encore + dangereusement les prévisions de vos scientifiques officiels) : arrêter de piller et empoisonner les ressources naturelles pour produire des illusions de bien être.

    2 - accepter enfin la redistribution équitable des biens communs, c’est-à-dire TOUT ce qui fut tiré de la Terre-Mère : donc TOUT en résumé ! Car ce sont les inégalités sociales et les injustices qui créent les discordes et la haine.

    3 - et enfin, comprendre que la Force et le Pouvoir furent originellement issus de la Volonté de sortir du stade animal dans l’évolution humaine. Ce qui implique que le système sociétal basé sur les rapports entre dominateurs/dominés ou plus subtilement appelés bergers/moutons, est dépassé ! La Terre et les Lois UNIVERSELLES ne le permettent plus !

    Et comme vous voyez, il n’y a que 3 étapes fondamentales à mettre en oeuvre, au lieu de continuer à prétendre à la vérité à coups de mensonges et d’irresponsabilisations, et de guerroyer comme des gniards des dieux de la crétinerie et de la luxure !
    Nous sommes TOUTES et TOUS RESPONSABLES de nos pensée et actes, sacré nom d’1 bâton de Paix ! Non mais, faut arrêter de joure aux "bonnes intentions", là !

    30.11 à 08h39 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité