publicité
Accueil du site > Actu > Société > Gentrification verte : quand la nature en ville chasse les pauvres
29-10-2014
Mots clés
Urbanisme
Monde

Gentrification verte : quand la nature en ville chasse les pauvres

Taille texte
Gentrification verte : quand la nature en ville chasse les pauvres
(Crédit photo : davidberkowitz - flickr)
 
Des quartiers rénovés, des espaces de verdure créés… et voilà que les prix de l'immobilier s'envolent, poussant plus loin les classes les plus défavorisées, pour qui les travaux étaient initialement prévus. Histoire d'un paradoxe.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Entre les vieux entrepôts, la High Line s’immisce, verte et tranquille. Sur ses dalles de béton, le week-end venu, des sportifs amateurs courent en short, d’autres dissertent en buvant un café, des couples promènent de savantes poussettes. Un repère à bobos, dirait-on. L’aménagement des anciennes voies ferrées en parc suspendu a transformé ce quartier new-yorkais miteux, où s’animaient autrefois les abattoirs de la ville, en aimant à promoteurs. Entre 2003 et 2011, les prix de l’immobilier ont bondi de 103% dans les rues alentour (voir ce pdf), entraînant dans leur sillage « l’une des gentrifications les plus rapides de l’histoire de la ville », selon un éditorialiste du New York Times.

Comme Central Park en son temps, la High Line est devenu le nouvel emblème de la gentrification verte. Tout commence par un constat : dans les villes, les classes populaires ont souvent moins accès aux espaces verts, dans l’acception large du terme (parcs, esplanades, voies sur berges, cimetières, etc). « Une injustice environnementale », pour les chercheurs qui bûchent sur ce phénomène observé dans des cités australiennes, britanniques ou encore américaines (voir ici). Aux Etats-Unis, par exemple, comme le souligne une étude réalisée à Milwaukee, dans le Wisconsin, les populations peu aisées et/ou issues de minorités occupent souvent le cœur urbain ou les banlieues proches très bétonnées, tandis que les catégories plus aisées évoluent dans des banlieues plus lointaines, riches en jardins et en espaces verts. A quoi est-ce dû ? « La réponse dépend d’une ville à l’autre, mais en général les quartiers pauvres ont été mal planifiés ou ont bénéficié de ressources inéquitables en matière de services et d’espaces publics. De plus, les résidents pauvres n’ont pas non plus la même influence sur les politiques que les foyers plus aisés. Même lorsque la surface d’espaces verts mise à disposition de ces communautés est adéquate, ceux-ci sont parfois mal entretenus (les revenus fiscaux sont souvent moindres dans ces quartiers, ndlr) ou la fréquentation y est trop importante », explique, par e-mail, Jennifer Wolch, professeure et spécialiste de l’urbanisme durable au College of Environmental Design de l’université de Berkeley, en Californie, et auteure d’un article sur le sujet (ici en pdf)

Le bienfait des espaces verts

Pourtant, les bénéfices de la nature sur la santé mentale et physique des habitants ne fait de doute pour personne : « Les espaces verts procurent tout un ensemble de bénéfices pour les habitants des villes, tant sur des questions relatives à la santé publique qu’à la qualité de vie. Les parcs sont des espaces récréatifs, des lieux pour pratiquer une activité physique, offrent un accès à la nature (…) Ils abritent la biodiversité urbaine, absorbent les eaux de ruissellement de la ville et réduisent l’effet des d’îlots de chaleur urbains », poursuit Jennifer Wolch. Les articles sur le sujet sont nombreux. Parmi eux, une étude australienne publiée en 2005 énumère, analyses hormonales, mesures de battements cardiaques ou simples questionnaires à l’appui, les bienfaits d’une simple fenêtre ouverte sur la nature : pour les patients des hôpitaux, elle permet de guérir plus vite, pour les étudiants de mieux réussir, pour les prisonniers ou les employés des entreprises de réduire leur niveau de stress…

Aussi ; les municipalités prennent-elles parfois les choses en main, en réintroduisant la nature dans les quartiers populaires… et créent, au passage, un effet pervers. Avec les réhabilitations et la réintroduction des espaces verts, des quartiers deviennent plus attractifs, les prix de l’immobilier s’envole, les commerces bon marché sont remplacés par des enseignes de marque ou des services coûteux et les classes populaires, cibles originelles de ces améliorations, sont touchées par la précarité, voire n’ont plus qu’à partir plus loin, précise l’article de Jennifer Wolch. C’est « l’effet high line ».

Les résistances s’organisent

Comment faire pour éviter que l’engrenage s’enclenche, sans renoncer au verdissement des villes ? En procurant à tous un accès minimum à la nature ? « Il y a d’autres causes à la gentrification, estime Jennifer Wolch, mais toutes choses étant égales par ailleurs, une distribution juste d’espaces verts de bonne qualité, avec la mise en place de programmes associés pour les communautés, pourrait réduire les pressions de la gentrification. » Autre piste possible : que les autorités protègent les anciens résidents « en plafonnant les loyers dans les zones qui reçoivent d’importants investissements pour la création de parcs » et en les intégrant dans les grands projets de rénovation.

Sans attendre l’intervention des municipalités, certains s’organisent déjà. C’est le cas à Greenpoint, un quartier de Brooklyn, à New York, rejoint ces dernières années par des artistes et de jeunes cadres, toujours plus nombreux. Là, un groupe composé de résidents historiques, mais aussi de ces nouveaux arrivants « gentrifieurs » et de militants environnementaux s’est constitué. Leur idée ? Réhabiliter l’estuaire de Newtown Creek, tout en préservant le passé industriel du quartier et sa diversité sociale. Si les connaissances des anciens sur l’histoire du quartier ont servi de base à la campagne, les compétences artistiques et la maîtrise des outils de communication des nouveaux arrivants ont permis de la faire connaître efficacement. Une stratégie du « vert mais pas trop » : une dépollution du site pour améliorer la qualité de vie de tout le monde – anciens résidents et nouveaux arrivants confondus – sans verdir davantage le quartier pour éviter la ruée des promoteurs. « Dans beaucoup de cas, la ville verte, telle qu’on l’imagine, ne semble intégrer que des parcs, des cafés de bord de mer et des immeubles éclairés aux LED, laissant naître l’inquiétude qu’il n’y a pas de place, dans la ville durable, pour les usages industriels et les classes ouvrières », souligne les géographes Winifred Curran et Trina Hamilton, dans un article consacré au cas de Greenpoint. Dans d’autres quartiers de New York, des résistances similaires à la gentrification ont été observées, souligne une autre étude. Mais de telles actions locales risquent-elles de limiter les ambitions de la ville durable ? « Nous devons reconnaître que les villes sont en perpétuel changement et continueront de l’être. Mais le rythme du changement peut être ralenti pour permettre aux gens de s’adapter », confie Jennifer Wolch.



Et la France dans tout ça ?

Observe-t-on le même phénomène ? « Cette hypothèse (selon laquelle les quartiers aisés seraient les plus végétalisés, ndlr) peut probablement être (…) validée dans le cas des banlieues pavillonnaires européennes, puisqu’il existe une relation directe entre taille des parcelles et surfaces occupées par la végétation : la taille des parcelles est élevée dans les banlieues résidentielles, plus faible dans les banlieues populaires », précisent les géographes Catherine Rhein et Milena Palibrk, dans un article récent.



Dans les zones urbaines denses, en revanche, notamment à Paris, les choses se compliquent. Si la végétation occupe 20% du sol, elle est inégalement répartie. Le IIe arrondissement est le moins végétalisé (3,3%) tandis que le XXe l’est le plus (29%). Un zonage bien trop grossier pour en tirer une quelconque conclusion. Pour être précis, les chercheurs ont donc analysé les Iris, soit des poches de population constituées grosso modo de 2000 habitants. Avec ce nouveau découpage, ils ont établi un tableau et concluent la chose suivante : « Il apparaît bien que ce sont plutôt les ménages aisés qui vivent dans les IRIS les plus végétalisés. »



Avec une nuance… de taille, liée à l’existence de trois paradoxes dictés par l’histoire même de la capitale et de ses couches successives d’urbanisation. Trois paradoxes qui brouillent ce si limpide mais grossier message. Le premier veut que « les catégories les plus aisées résident dans les quartiers haussmanniens qui sont aussi les quartiers les moins végétalisés ». Le second que les « professions de l’information, des arts et des spectacles », ceux qu’on taxe souvent de « bobos » « gentrifieurs », vivent aussi dans des quartiers très bétonnés – peut-être parce qu’ils privilégient la position centrale de leur logement pour mieux exercer leurs activités. Le troisième que les retraités – toutes catégories sociales confondues – sont les plus proches de la verdure. Simplement parce qu’ils habitent en masse dans des immeubles avec jardins issus de la rénovation urbaine des années 1960 à 1980 et qu’ils ont, depuis, peu bougé. « C’est vrai que les gens vont plutôt là où l’herbe est plus verte, mais dans le cas de Paris, cette herbe-là, est souvent déjà occupé par des gens très stables sur les quarante dernières années », souligne Catherine Rhein, qui met en garde contre une « erreur écologique d’interprétation » dans la capitale française.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • La gentrification amène t-elle vraiment la mixité sociale ?
    Classes populaires ou bobos cherchent un même confort : la proximité des commerces, des loisirs, du travail et de la nature. Mais cette proximité à un prix, et concernant la répartition de la population actuellement il y à un gros problème d’injustice lié au prix du foncier, les gens n’ont pas la même chance de pouvoir répondre à ce désir commun.
    D’après la loi, 20 % des logements dans les villes (petites ou grandes) doivent être sociaux mais cette loi est loin d’être appliquée (notamment dans les villes bourgeoises du sud de la France..) et il y à donc très peu de mixité sociale et les classes sociales restent entres elles sans se préoccuper des autres.
    Cela est un danger pour l’avenir d’un pays, économiquement, socialement, politiquement et environnementalement ! Quand une loi est juste, il faudrait veiller à ce quel soit respectée.

    14.06 à 17h14 - Répondre - Alerter
  • Le Mouvement des incroyables comestibles et autres procédés de re-végétaliser sur le béton ne viennent pas des bourgeois, mais plutôt des squatteurs/étudiant(e)s et autre Amoureux de la Terre. La spéculation foncière et immobilière ne fait que parasiter et renforcer l’écart entre les couches sociales.

    3.11 à 09h28 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité