publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Dilemme : Yaourt industriel ou maison ?
27-03-2011
Mots clés
Alimentation
France

Dilemme : Yaourt industriel ou maison ?

Taille texte
Dilemme : Yaourt industriel ou maison ?
(Crédit photo : Fotolia)
 
Qu’il soit fabriqué en usine ou dans votre cuisine, il se dit nature. Questions autour du pot avant de prendre (ou non) une option sur la yaourtière.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 24 - avril 2011

Fukushima : la fin d’un monde

FABRICATION : EX-ÆQUO

Yaourt industriel Si, face à ses camarades aux fruits et autres douceurs chocolatées, le yaourt nature fait pâle figure, il présente néanmoins l’avantage d’être fabriqué en deux coups de cuiller à pot. Pour 125 g de produit, on mélange beaucoup de lait – dans la grande majorité en provenance de fermes bien de chez nous – à une pincée de ferments et de conservateurs. Reste à verser le tout délicatement dans un contenant, de plastique ou de verre.

Yaourt maison La yaourtière, accessoire vedette de nos grands-mères récemment remis au goût du jour, mixe une bonne portion de plastique, donc de pétrole, et une dose de métal. Cependant, ce mauvais mélange peut s’adoucir avec l’origine française des machines Moulinex ou Seb et le contenu des yaourts, composés de lait frais (bio et local, de préférence). Il faut bien ajouter des ferments, achetés en pharmacie, mais pas de conservateurs.

ENERGIE : AVANTAGE YAOURT INDUSTRIEL

Yaourt industriel Un bon point car il n’est guère énergivore. En France, « son transport de l’usine au magasin entraîne la même consommation d’énergie que celui du consommateur au supermarché », assure Christophe Rizet, de l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité.

Yaourt maison Pour acheter son lait, l’amateur doit aussi se déplacer. Côté émissions carbonées, c’est donc kif kif. En revanche, la version maison est alourdie par la consommation d’énergie de la yaourtière, que l’on doit brancher entre six et dix heures pour produire sept desserts ! « Chez nous, nous consommons plus d’énergie car nous ne réalisons pas les économies d’échelle des usines », précise Christophe Rizet.

DÉCHETS : AVANTAGE YAOURT MAISON

Yaourt industriel On ne va pas tourner autour du pot : en la matière, le produit industriel affiche un bien mauvais score. Avec 21 kg par personne et par an, soit 170 yaourts, les Français ont augmenté de 70 % leur consommation en vingt ans. Si le contenant en plastique de Danone ne pèse plus aujourd’hui que 4,2 g, contre 12 g en 1970, ce sont tout de même 715 g de déchets produits chaque année. Et le tableau se noircit encore puisque le pot ne se recycle pas. Ses matériaux, le polystyrène ou le polypropylène, ne font en effet pas partie des deux familles de plastiques retraitées, le PET (bouteilles) et le PEHD (flacons), faute de rentabilité économique. Et privilégier le verre, recyclable, n’est pas la solution : 170 pots, cela représente 16 kg de déchets par an ! Or la production du verre exige plus d’énergie que celle du plastique.

Yaourt maison Prenons l’une des yaourtières de Moulinex. Forte de ses 3,9 kg, elle représente 390 g de déchets par an à raison de dix ans d’espérance de vie. Et elle s’allège au fil du temps. Il faut toutefois ajouter 770 g d’emballages de lait qui finissent dans le bac de recyclage.

PRIX : AVANTAGE YAOURT MAISON

Yaourt industriel A 2,20 euros les 12 pots en moyenne, le consommateur s’en tire pour 31 euros par an.

Yaourt maison Des yaourtières, il y en a pour toutes les bourses. Mais par an, la machine revient environ à 2,5 euros (un appareil à 25 euros dure dix ans). Ajoutez 20 euros de lait et 3 euros pour le ferment et le fait main l’emporte d’une tête : 25,5 euros par an. —

BILAN : LE FAIT MAISON, C’EST LA CRÈME

Le yaourt maison remporte le duel. Mais le mieux, c’est encore de préférer le four à la yaourtière, comme mamie à l’époque. Les pots du commerce pourraient cependant bientôt redorer leur blason : une expérimentation sera menée à la fin de l’année pour (enfin) recycler leur plastique.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
19 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,
    Pour avoir effectué un transfert industriel pour une grande marque de produits laitiers, je peux vous assurer qu’ils mettent un point d’honneur à la qualité des produits employés et au processus de fabrication. Il y aura toujours un débat entre fait maison et produit industriel, mais ces derniers sont bien utiles pour les personnes n’ayant le temps de cuisiner eux même.

    1er.07 à 16h26 - Répondre - Alerter
  • bonjour, moi ce qui me derange dans les yaourtieres c est que les couvercles des yaourtieres sont fait a partir de plastiques ou il y a pleins de bisphenol ect... donc des goutelettes peuvent tomber dans les yaourts et finalement les yaourts sont contamines. donc au four ou dans la cocotte pour moi.

    10.06 à 09h23 - Répondre - Alerter
  • Sur les emballages : lors d’un voyage en suède, j’ai découvert qu’on le trouvait couramment en pack carton recyclable d’1l. Ca serait un progrès considérable, mais c’est un défi pour les services marketing ...

    15.03 à 12h17 - Répondre - Alerter
  • Je trouve cet article très pertinent, de même que tous les commentaires. Ça fait vraiment du bien de lire des contributions qui ne soient ni méprisantes ni moralisatrices, juste des points de vue qui enrichissent le débat (et ma connaissance du sujet, en l’occurrence). C’est tellement rare sur la toile... Merci à vous tous.

    14.03 à 09h07 - Répondre - Alerter
  • Ma yaourtière ne consomme pas d’énergie car c’est une cloche en métal et c’est une yaourtière achetée dans le commerce dans les années 60 et qui appartenait à ma maman ... Sinon il y a la cocotte minute également.
    La seule consommation d’énergie c’est celle qui est consommée pour faire chauffer le lait.
    J’achète mon lait bio au marché : du bidon de lait à la bouteille de verre que j’apporte toutes les semaines. Prix du lait bio frais entier : 1€ alors qu’ en super marché je paye le lait bio frais de marque 1€76 environ ...
    Vous savez mon choix est vite fait et pour le ferment soit je reprends un ancien de mes yaourts ou soit j’achète un lot de yaourts bio (plutôt à la coop)...

    13.03 à 22h00 - Répondre - Alerter
  • Moi je les fait prendre au four éteint après m’en être servi pour cuisiner autre chose. Bilan : Zéro consommation !

    On oublie trop souvent d’utiliser l’énergie résiduelle de nos appareils !

    13.03 à 16h22 - Répondre - Alerter
    • Vous voulez faire une autre économie ? Eh bien pour cuire les lentilles ou les pois cassés, vous commencez la cuisson comme d’habitude, à froid, feu moyen avec couvercle (indispensable pour économiser, là aussi 20 à 30% d’énergie) jusqu’à ébullition douce que vous faites durer 4 à 5 minutes, pas plus, et vous coupez le gaz (ou tout autre chauffage). Laissez dans la casserole jusqu’à refroidissement ( bien tiède à froid). C’est cuit. Il faut donc anticiper d’une heure environ, mais vous économisez au moins 3/4 de l’énergie habituelle. Et les lentilles et les pois cassés ont un tout petit reste de fermeté, plus agréable (à vous de doser) que quand ils sont bien cuits ou trop cuits, sans consistance.

      14.03 à 02h56 - Répondre - Alerter
  • Pour sûr que Mama11 a raison !!et c’est tellement meilleur

    13.03 à 12h17 - Répondre - Alerter
  • J’appuie complètement les propos de mama11 et d’autres, tout ce que l’on fait soi-même n’a pas besoin de machines dédiées et la cocotte minute est très efficace pour réaliser des yaourts, d’autant plus lorsque votre four date et qu’il refroidit relativement rapidement.

    13.03 à 12h02 - Répondre - Alerter
  • On n’est pas obligé de faire tourner la yaourtière 8h : http://www.nicrunicuit.com/archives... Faire bouillir + une bonne vieille couverture ça fait l’affaire. Pour aller chercher le lait, cela suppose que les gens fassent leur course en voiture, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

    13.03 à 09h46 - Répondre - Alerter
    • C’est exactement ce que je m’apprêtais à dire ! Moi, mes courses, je les fais avec mon vélo... De plus, j’imagine que ceux qui se déplacent en voiture pour aller acheter leur lait ne se déplacent pas uniquement pour le lait ! Alors le bilan carbone est faussé, car chacun doit bien se nourrir... Même s’ils n’avaient pas acheté de lait, ils auraient de toute façon été au supermarché (ou ailleurs...).

      13.03 à 11h17 - Répondre - Alerter
  • Même réflexion que "gizmow" sur "la version maison est alourdie par la consommation d’énergie de la yaourtière, que l’on doit brancher entre six et dix heures pour produire sept desserts". Heureux propriétaire d’une yaourtière dont la marque n’a pas était cité dans l’article mais qui est également fabriquée en France et qui ne consomme que 13W.... en pleine production ! D’après mes petits calculs, j’arriverai à raison de 4 fabrications par mois de yaourts (soit 28) à 0,75€/an de facture d’électricité en sus pour une consommation totale annuelle d’environ 6,2kW (avec un kWh à 0,12€ abonnement et taxes comprises)... On est dans le résiduel pas dans l’alourdissement vous croyez pas ?

    11.04 à 22h15 - Répondre - Alerter
  • "la version maison est alourdie par la consommation d’énergie de la yaourtière, que l’on doit brancher entre six et dix heures pour produire sept desserts" sauf que çà chauffe une heure seulement après on débranche (d’ailleurs elle s’arrête toute seule) et çà pour les Seb depuis... au moins 20 ans. Par contre, il est vrai qu’il faut attendre bien 8 heures avant de les sortir de la machine mais pendant ce temps là on ne consomme pas d’énergie.

    11.04 à 14h38 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    fidèle lecteur de la revue j’aime beaucoup la rubique "casse-tête" qui pose souvent de vraies questions au travers d’un exemple analysé complètement.
    Concernant ce dilemme, deux points me posent question :

    1- "En France, « son transport de l’usine au magasin entraîne la même consommation d’énergie que celui du consommateur au supermarché ».
    ===> je n’ai pas l’impression que la France soit maillées d’entreprises industrielles à proximité des centres de distribution ! Pour que cette affirmation soit juste il est probable que le calcul prend en compte la consommation du véhicule rapportée au nombre de yaourts transportés. Dans ce cas là, en toute objectivité, il faudrait aussi ajouter les coûts énergétiques d’entretien des routes, nettement supérieur pour les véhicules lourds.

    2- " Chez nous, nous consommons plus d’énergie car nous ne réalisons pas les économies d’échelle des usines "
    Je ne vois pas où est l’économie d’échelle sur ce sujet spécifique. La physique nous enseigne que pour élever la température de l’eau d’un dégré il faut une Cal. Que ce soit dans l’industrie ou chez le particulier, la quantité d’énergie necessaire sera toujours la même. Je veux bien admettre que le rendement d’utilisation de l’énergie soit meilleur dans un centre industriel mais, au global l’entreprise n’induit elle pas d’autres consommations énergétiques ?
    Si le calcul est fait à partir du modèle financier, c’est certain qu’il y a une économie d’échelle puisque le prix du KW n’est pas le même entre l’entreprise et le particulier mais cela n’a rien à voir avec l’empreinte énergétique de production !

    Pascal

    5.04 à 14h35 - Répondre - Alerter
    • Les chiffres sur le transport sont surement issus de l’étude sur les yaourts à la fraise allemand. Tout était ramené à 1kg de yaourt en tenant compte des autres marchandises transportées pour le trajet magasin-domicile.
      Pour la consommation d’énergie, l’essentiel est liés aux pertes (la yaourtière n’est pas un exemple d’isolation). Faire 1l de yaourt consomme donc plus par kg que d’en faire 1m3.

      13.03 à 13h50 - Répondre - Alerter
  • Merci pour ce comparatif, qui a - comme bien souvent - le mérite d’aborder des thématiques de notre quotidien.
    Pourquoi, cependant, cibler le débat sur le yaourt industriel VS le yaourt fait maison...avec un yaourtière ?
    Chacun peut, en s’armant d’un peu de patience et après quelques "tatonnements", réaliser ses propres yaourt-créations...à mano, avec pour seuls ustensiles une casserole, un four et une cuillère !
    Le débat aurait pu être teinté tout à fait différemment sous cet angle avec, à mon avis, un match écrasant, favorable au "home-made".
    PS : C’est comme lorsque vous dîtes "je fais mon pain moi-même" et que les gens vous répondent "ah bon, tu as quelle machine à pain ?". NON mais...la nature nous a pourtant bien doté de deux mains et, honnêtement, on peut en faire des choses merveilleuses en s’en servant ! ;-)

    31.03 à 08h10 - Répondre - Alerter
  • Bien mieux que le four et la yaourtiere : la cocotte minute, qui ne consomme de l’energie que le temps de faire chauffer l’eau ! Une fois les yaourts prepares > verses dans les pots, fermes par un couvercle, on les enferme dans la cocotte hors feu, toute la nuit. Et le tour est joue ! Alors SANS CONTESTE le yaourt maison bat son homologue industriel a plate couture !!! Parole de menagere :)

    29.03 à 13h50 - Répondre - Alerter
    • En êtes-vous sure ?
      8h à 13w (consommation d’une yaourtière classique) = 104Wh
      La source de chaleur pour votre cocotte fait au moins 1kWh. Il faut donc qu’elle soit moins de 6 minutes à chauffer (et 3 minutes si c’est un "grand" feu de 2kWh)

      13.03 à 13h55 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité