publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Des tomates recyclées en carton pour transporter… des tomates (...)
24-09-2015
Mots clés
Recyclage, Déchets
Europe

Des tomates recyclées en carton pour transporter… des tomates !

Taille texte
Des tomates recyclées en carton pour transporter… des tomates !
(Crédit photo : Solidus solutions)
 
Que faire des tonnes de végétaux qui restent dans les champs et les serres après la récolte ? Une entreprise néerlandaise a trouvé la solution. Explications.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

C’est une histoire de boucle. A l’origine, des producteurs de fruits et de légumes du Westland, dans l’ouest des Pays-Bas. Ils se sont réunis il y a quelques années pour trouver une alternative écologique à leurs emballages, tout en réfléchissant à une solution pour valoriser les tonnes de restes de végétaux qui leurs restent sur les bras après la récolte. De là est née l’idée de créer des cartons en combinant fibres de plants de tomates et classiques fibres de bois.

Solidus solutions, une entreprise qui fabrique emballages et planches de bois, s’est alors associée à eux pour mener à bien le projet. « Nos larges quantités de résidus peuvent maintenant être converties en matières premières précieuses, plutôt que d’être compostées », se réjouit Rachel Toewar, de l’association de producteurs Harvest House.

Dans la ligne de mire : les poivrons et les concombres !

Les premières récoltes ont eu lieu à la fin de l’année 2014 : 85 000 tonnes de restes de plants de tomates ont été « récoltés » chez des dizaines de producteurs de fruits et de légumes du Westland. « A la fin de la saison, autour de novembre, une fois que toutes les tomates sont récoltées, les producteurs récupèrent les tiges et les feuilles de leurs plants et les coupent en morceaux de un à deux centimètres, explique Saskia Cooman, qui travaille sur le projet pour Solidus solutions. Une compagnie de déchets verts récupère ces fragments pour les broyer. Ce sont ces fibres issues du broyage que nous récupérons à notre tour. »

Le producteur néerlandais Duijvestijn Tomaten a choisi ce matériau pour commercialiser ses tomates Silky Pink par lots de 3 kg. (Crédit photo : DR)


Elles sont ensuite couplées à des fibres de bois issues de vieux papiers, de journaux et de cartons. La part des résidus de plants de tomates est de 15% à 20% dans l’emballage final. « Pour l’instant, nous ne sommes pas capables d’utiliser uniquement les fibres des plants de tomates, mais nous n’en sommes qu’au début », précise Saskia Cooman. D’autres restes de végétaux pourraient également être valorisés à l’avenir. Dans la ligne de mire : les poivrons et les concombres !

Jusqu’à sept recyclages !

Les planches de cartons sont ensuite utilisées pour construire des boîtes qui peuvent contenir de 700 g à 5 kg de tomates. Plusieurs associations de producteurs les utilisent déjà pour commercialiser leurs produits, telle Harvest House, associée depuis le début au projet. Les cartons peuvent ensuite être recyclés à nouveau, « jusqu’à sept fois », précise Saskia Cooman, « car les fibres de bois deviennent ensuite de plus en plus en courtes ». Vous avez dit : « la boucle est bouclée » ?
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • La culture de tomates au Pays-Bas, sous serre, hydroponique et consommatrice d’intrants chimiques tente de trouver une justification écologique. Pathétique.

    28.09 à 22h54 - Répondre - Alerter
  • Voilà un truc qui m’intrigue, on colle les cartonnettes dans le conteneur ad hoc....elles sont broyées et recyclées, donc dans la suivante il y a de manière aléatoire des morceaux de cartonnettes recyclés de une fois à des milliers de fois, comment retirent ils les fibres qui ont été recyclées juste 7 fois ??? les trop petites passent dans les trous des filtres ? et pour partir ou ?? dans l’eau évacuée ?? elles sont compostées pour fixer le carbone ??

    26.09 à 21h04 - Répondre - Alerter
  • Il me semblait pourtant que la transformation des restes de végétaux en compost et paillis était la meilleure solution possible pour les horticulteurs. Ils préfèrent acheter de l’engrais, ces gens-là ?

    26.09 à 07h54 - Répondre - Alerter
  • Je ne suis pas certain que cette prétendue valorisation des "résidus de culture" ne soit pas une opération de "green-washing" d’horticulteurs serristes, les mêmes qui produisent hors-sol les belles tomates insipides que nous trouvons toute l’année sur les étals de nos magasins.

    25.09 à 10h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité