publicité
Accueil du site > Actu > Société > Des monnaies locales contre la crise
9-02-2009

Des monnaies locales contre la crise

Taille texte
Des monnaies locales contre la crise
 
A l’heure où la crise économique gronde, c’est peut-être le moment de créer sa propre monnaie locale, conseille le net.
SUR LE MÊME SUJET

Désertées les boutiques des centres villes, fauchés les consommateurs. Contre la crise économique et les maux de la globalisation, le web a une solution : créer sa propre monnaie. Non, il ne s’agit pas de jouer les faux-monnayeurs. L’idée est de créer une monnaie locale capable d’offrir des avantages à ses détenteurs et d’encourager le commerce local. Conseils, séminaires, lectures, la société Schumacher regorge d’idées pour ceux qui voudraient tenter l’aventure. Conseil N°1 : s’inspirer des autres. Car de nombreuses expériences existent déjà aux quatre coins du globe.

Près de chez moi

A Ithaca, dans l’Etat de New York, le « hour » circule depuis 1991. L’objectif social de cette monnaie est simple, raconte le site internet : encourager les habitants à acheter local et réduire la facture énergétique liée à l’importation de produits. Le nom de la monnaie – “hour” pour “heure” en français - en dit déjà long sur sa mission : « Si la monnaie est un vecteur d’échange de produits et services, elle représente aussi le travail de quelqu’un, le temps pris pour exprimer un talent ou rendre un service », souligne le site. Aussi la valeur d’un hour correspond-elle au tarif horaire du travail lors de la création de la monnaie en 1991, soit 10 dollars.

Mais pour booster le commerce local, les monnaies doivent pousser dans les poches des clients et s’échanger tous azimuts. Pour y parvenir, leurs créateurs ont plus d’un tour dans leur sac. Au Canada, le dollar de Toronto, créé en 1998, joue la carte sociale. A chaque échange de dollars canadiens en dollars de Toronto, 10% de l’argent échangé est versé dans un fonds communautaire local. D’autres choisissent de parier sur la gourmandise des consommateurs avides de bonnes affaires. Dans le Massachussets, les Berk shares offrent 10% de discount à leurs détenteurs dans les commerces acceptant la monnaie. Avec 2 millions de billets en circulation, 350 commerces et cinq banques participantes, celle-ci est la plus importante monnaie locale au monde.

Et ses créateurs ne comptent pas s’arrêter là. Des comptes bancaires en Berkshare, des distributeurs de billets distribuant des Berkshare, des prêts en Berkshare devraient bientôt débarquer sur le marché. Des prêts préférentiels ? Voilà peut-être une autre carte à jouer pour ces monnaies locales. En Suisse, le BonNetzBon (BNB) en circulation à Basel est aussi un instrument de microcrédit. Le réseau coopératif à l’origine de sa création promet en effet d’offrir des prêts en BNB aux organisations et associations sociales qu’elle jugera éthique.

Mais quid de la France ? Là, le projet SOL financé par la Commission européenne est à l’essai dans le Nord Pas de Calais, l’Ile de France, l’Alsace, le Nord-Alpes et la Bretagne. Celui-là fonctionne comme une carte de fidélité. Plus l’on consomme en euros dans un réseau d’entreprises aux valeurs écologiques et sociales, plus on engrange des Sols qui pourront être réinvestis auprès de commerce du réseau. Pour l’instant, la monnaie à points est électronique mais promet de se transformer en jolis billets si l’expérience s’avère concluante.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • On va bientot en revenir au troc !!

    Clara,

    webmastrice de mahjong gratuit
    26.09 à 16h58 - Répondre - Alerter
  • Apres toutes les crises successives ( immobiliere , economique , monetaire ) que nous avons traverse depuis 2008 , nous sommes maintenant face a une crise de la dette des etats... en parallèle avec l Euro , pourquoi ne pas créer des monnaies locales ou une monnaie locale sur des secteurs d activites essentielles pour garantir un minimum vital a chaque personne en difficulte sociale et des menages qui ont des difficultés financières avant la fin du mois ( avant le versement du prochain salaire )par exemple : sur les produits de terroirs, de saison , des produits biologiques et naturels, de l artisanat et commerces de proximité comprenant des prix adaptés a un revenu minimum de 1000 euros( un travailleur avec un revenu inférieur ou egal a 1500 euros pourrait en convertir au maximum 500 , ce qui lui permettrait de se nourrir et se vêtir dignement )on peut aussi envisager un systeme d échange ( meme avec des quotas ) entre pays.

    1er.11 à 22h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité