publicité
Accueil du site > Actu > Déchets > « Dans ces poubelles il y a tout ce que vous pouvez acheter en magasin (...)
16-06-2015
Mots clés
Consommation
Alimentation
Témoignage

« Dans ces poubelles il y a tout ce que vous pouvez acheter en magasin »

Taille texte
« Dans ces poubelles il y a tout ce que vous pouvez acheter en magasin »
(Crédit : Sigurdas)
 
Josselin Guédas, 25 ans, est animateur le jour et glaneur la nuit. Il y a deux semaines, la gérante d'un magasin Carrefour dont il a visité les poubelles, a porté plainte contre lui. Pour le jeune homme, voilà bien le signe que, malgré la loi antigaspillage passée en mai dernier, les esprits peinent à évoluer sur le sujet. Témoignage.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

« A Montpellier, où je me suis installé il y a près d’un an, on n’est pas structuré comme à Lyon ou à Nantes où les glaneurs organisent des dîners collectifs avec ce qu’ils ont trouvé. Mais il y a beaucoup de jeunes en difficultés qui ont besoin de cette nourriture. On distribue aussi dans le cercle d’amis et de connaissances. Dans mon métier, je me déplace pas mal en ville, je jette donc un œil au passage. Souvent les poubelles sont cachées pour que les gens ne viennent pas se servir. Cet hiver, on a parfois glané tous les jours. Aujourd’hui, avec la chaleur qui rend les denrées moins fraîches, on ralentit le rythme. D’autant qu’il y a une quinzaine de jours, un vigile m’a surpris dans les poubelles du magasin Carrefour du Crès, en banlieue de Montpellier. Ces poubelles, je les connais bien. C’est un magasin classique, avec une extension. Il faut passer un portail de deux mètres de haut pour accéder aux poubelles. C’est très facile. En terme de volume et de qualité, c’est génial : il y a une dizaine de bennes chaque jour. Ce n’est pas sale comme comme on l’imagine habituellement, ce sont juste des produits entassés les uns sur les autres, c’est un peu comme un rayon de supermarché. Dans ces poubelles, il y a chaque soir à manger pour une centaine de personnes.

Il y a une poubelle entière de pains au chocolat et de croissants. Parfois, leur date de péremption n’est que le lendemain, mais ils sont tout de même jetés. On y trouve aussi une quantité impressionnante de packs de toutes sortes. Par exemple des packs de six bouteilles de lait. En ouvrant la palette, si une bouteille a été éventrée, tout le pack est jeté. Ces bouteilles se perdent parfois deux ans plus tard ! Il y a également une benne remplie de salades et de légumes, et deux bennes remplies de baguettes, de pains complets, de pains au céréales. Même s’ils sont un peu plus sec, il y a toujours moyen de griller le pain et ça passe. Ensuite on trouve des yaourts, du fromage, du beurre. Enfin il y a souvent une poubelle d’œufs, dont des œufs bios et des œufs plein air, ce qui va complètement à contre-courant du modèle de production biologique. Dans ces poubelles il y a tout ce que vous pouvez acheter en magasin. Je les ai régulièrement visitées avec quelques amis. On y va à cinq ou six, en opération éclair. Nous utilisons des sacs de caisse réutilisables que les gens jettent ainsi que des cagettes, et on charge une voiture.

Ce soir-là, je rentrais du sport, j’ai décidé de passer, même seul, même si ça fait un peu peur. Le vigile est arrivé. C’est son rôle d’être impressionnant. Même si on commence à se connaître, il doit faire son boulot. J’aurais pu choisir de fuir. Mais je me suis dit que c’était l’occasion d’entrer en contact avec la gérante et de dialoguer. Le vigile lui-même m’a rassuré. Dans son esprit, il n’allait pas se passer grand-chose. La procédure veut que les policiers viennent voir sur place. Ils vérifient que les produits ne sont pas volés en regardant notamment les dates de péremption. Ils sont d’ailleurs souvent assez impressionnés de voir ces produits si vite à la poubelle. Ils nous disent : « on comprend ce que vous faites, mais hélas, la loi ne le permet pas. » C’est assez bon enfant. Cette fois, ils sont venus à trois. Ils ont récupéré les sacs et les ont remis dans les poubelles. Ils ont pris mon identité. Eux aussi pensaient que la gérante ne porterait pas plainte contre moi. C’est pourtant ce qu’elle a fait.

Dans la région, certains gars dans la même situation s’en sont tirés avec rien, d’autres avec un mois de travaux d’interêt général et l’interdiction de revenir sur la commune. Il peut y avoir des conséquences ! Je ne pensais pas en arriver là, mais, si je suis convoqué devant un tribunal, c’est peut être l’occasion de faire parler de ce gaspillage. Je ne suis pas un criminel. La nourriture, ça ne se jette pas, ça ne se gaspille pas et finalement, je me sens dans mon droit. Les poubelles devraient être en accès libre, pas dans la partie privée du magasin : voilà une solution simple. Ou alors le magasin pourrait consacrer un espace pour vendre ces produits à très bas coût. Ou encore un responsable d’association pourrait avoir les clés et accéder au bennes. Il y a des scénarios possibles. A Montpellier, nous glanons les poubelles d’un magasin où il règne comme un accord tacite : il n’y a jamais de vigile et jamais de problème. C’est bien la preuve que c’est seulement une question d’humains et pas de loi. Certains gérants font simplement de bons choix. Il y a eu un effet d’annonce autour de la loi sur la gaspillage alimentaire. Mais ça n’a pas créé de changement d’état d’esprit général. Que cette gérante porte plainte contre moi, ça m’embête, mais je fais le pari que ça peut faire bouger les choses. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
19 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • En même temps, les fruits et légumes chez Carrouf’... de la merd. ... je comprend qu’ils les jettent. Le gaspillage alimentaire ça commence là où tu n’arrives pas à vendre tes fruits et tes légumes et que tu les ranges au frigo tous les soirs pendant des mois. Et aussi c’est le bordel dans les tarifs , ça dissuade, et pour couronner le tout c’est pas toi qui pèse. Il faut lutter contre le gaspillage à la source et non pas une fois dans le poubelle.

    30.12 à 21h54 - Répondre - Alerter
  • Existe-t-il comme en Allemagne un site internet où est répertorié les arbres fruitiers ’gratuits" et les sites de collecte de glaneur ?

    27.06 à 21h11 - Répondre - Alerter
  • 5385VENDEE : Je suis antigaspillage

    Je connais beaucoup de jeunes et de retraités qui réussissent à survivre grâce à la récupération. En plus, ils diminuent les déchets donc participent à l’écologie.
    Quel dommage de leur enlever des choses si faciles à réaliser !!!!!!!!!!!!!

    19.06 à 12h53 - Répondre - Alerter
  • Josselin,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Pourquoi jeter alors qu’il y a des gens qui n’ont même pas les moyens de se nourrir correctement.

    Sherbanou Abdoulrassoul

    18.06 à 15h23 - Répondre - Alerter
  • De tout coeur avec vous. Ce gaspillage est honteux, abracadabrant.

    18.06 à 10h16 - Répondre - Alerter
  • Si on veut vraiment que les choses évoluent, il faut changer notre façon de consommer. " Consommer pour vivre et non vivre pour consommer" . N’acheter que ce dont on a besoin, que ce soit en alimentaire, en vestimentaire ou autre et ne pas faire travailler les multinationales ; car ce sont les multinationales qui exploitent les travailleurs des pays en voie de développement, qui polluent notre environnement, qui créent le chômage dans notre pays... Et en allant dans les moyennes ou grandes surfaces nous enrichissons les multinationales, et leur donnons donc notre argent pouvoir. Et on voit bien combien elles sont riches et qu’elles ne respectent rien puisqu’elles sont capables de mettre à la poubelle de la nourriture qui pourraient nourrir des centaines de gens par jour....
    Du début de la chaine à la fin, les multinationales ne respectent rien et pourtant la majorité de la population fait ses courses chaque jour dans leur rayon... Si nous ne voulons plus de ce monde d’exploitation, de pollution, de gaspillage, d’injustice (quand on voit ce qui arrive à Josselin qui au contraire fait preuve de responsabilité et d’intelligence en voulant éviter le gaspillage....), ne leur donnons plus du tout notre argent-pouvoir. Tant qu’elles vendront, elles ne changeront pas... Les gens râlent après elles, signent des pétitions mais continuent à pousser leur cadis dans leurs rayons et à les enrichir... Soyons logiques, on peut vivre sans acheter quoi que ce soit dans un supermarché... Et non il ne faut pas avoir beaucoup d’argent : je suis depuis de nombreux mois sans emploi et cela fait des années que je n’ai rien acheté de non éthique... Et puis l’argent que l’on donne aux multinationales, on ne l’a plus pour faire vivre le petit producteur bio et locale... Et ainsi on fait perdurer un monde que l’on ne veut plus. Que ce qui arrive à Josselin, fasse réfléchir le plus grand nombre sur sa façon de consommer, sur sa cohérence entre sa pensée et ses actes...Merci à Josselin et bon courage

    17.06 à 22h28 - Répondre - Alerter
  • sur FB ce magasin a une page allez l’inonder !

    17.06 à 15h52 - Répondre - Alerter
  • Depuis longtemps, des gens récupèrent dans les poubelles des supers ou des hypers. Tant que cela restait confidentiel et marginal, tout le monde fermait les yeux. Même quand un mouvement s’est crée autour de cela, tout le monde continuait à fermer les yeux.
    Et puis, il s’est répandu l’info suivante (à vérifier) : des dépôt de plainte pour intoxication alimentaire avait été posé contre des magasins. Depuis, comme une traînée de poudre, des textes de loi sont apparus et les grandes surfaces se sont organisées pour se prémunir de toute poursuite.
    Contacter les assos du coin (genre Restos du cœur et Secours populaire) et dialoguer avec les commerçants pour voir ce qui peut être récupérer et rejoindre des épiceries solidaires.

    17.06 à 14h34 - Répondre - Alerter
  • En Belgique, certaines chaînes de grand magasins ont des accord avec des Associations comme les restos du coeur. Les invendus dont la date de péremption est arrivé le jour même ou le lendemain sont à disposition de ces associations qui peuvent en faire des repas du jour. Le gaspillage est ainsi évité.
    Tâchez de faire bouger les choses en ce sens, bien sûr, il n’y aura plus rien à glaner, mais vous aurez la certitude que l’ensemble des denrées aura été donné à ces associations et iront aux plus démunis ! C’est mieux que de n’en récupérer une partie !

    Ce qui est parfois regrettable dans ces denrées qui finissent comme des déchets, c’est que s’ils étaient transformés sous une autre forme, on pourrait les surgeler et les garder encore de très nombreux mois. Je pense aux légumes, qui, s’ils étaient tranformés en soupe, pourraient être surgelés en attendant d’être dégustés. Il en va de même avec le lait qui peut être surgelé afin d’être conservé (Ce qui se fait dans certaines zones géographiques comme en Alaska).

    17.06 à 12h50 - Répondre - Alerter
  • Josselin, en tant qu’ex-ouvreuse de squats, mes ami(e)s et moi connaissons bien ce problème. Actuellement, des disco soups existent en France et montés par des étudiant(e)s qui récupèrent des fins de marchés bio, des invendus de grandes surfaces. Pour le faire sans encombre, faut monter 1 association.
    Par ailleurs, tu pourras porter plainte (renversement des forces) contre cette gérante, pour non respect de la loi anti-gaspillage. En attendant de monter et d’officialiser la future asso, contactes tous les organismes tels que le Secours Populaire, la Croix Rouge et autres, afin d’avoir des soutiens conséquents.
    Ce qui n’empêche pas à faire également appel au boycott, car ces grandes surfaces contribuent à tuer les épiceries locales, les petits paysans : c’est l’agriculture et les élevages intensifs qui multiplient les crimes environnementaux et économiques. Endecocide est à découvrir, car l’asso oeuvre depuis des années, pour 1 Tribunal international pour combattre ces problèmes.
    Voilà, j’espère que ces pistes te permettra de semer plus de justesse en bas monde...

    17.06 à 12h21 - Répondre - Alerter
  • Ce qui est dans une poubelle est par définition un déchet, donc un objet abandonné (loi de 1975). Tout le monde a donc le droit de récupérer ce qu’il y a dans une poubelle, mais effectivement pas d’entrer sur une propriété privée.

    17.06 à 12h19 - Répondre - Alerter
  • il n’y a aucune lois qui dit qu’on a pas le droit de récupérer dans les poubelles il y à un vide juridique énorme votre avocat vous le dira, la seule chose que vous ayez pas le droit de faire c’est d’entrer dans l’enceinte de leur propriété mais comme vous n’avez rien voler ni détruit c’est pas bien grave , de toutes façons bientot il n’y aura plus rien dans les poubelles comme en suisse car ils vont produire du biogaz avec les dechets du jour , ce qui présage de mauvais jours pour les freegans et je trouve innaceptable de faire de l’energie avec de la nourriture alors que beaucoup de gens ne peuvent pas manger à leur faim .

    17.06 à 11h46 - Répondre - Alerter
  • Honte à cette dame et solidarité avec Josselin.
    Tenez-nous au courant de la suite des poursuites et surtout, continuez à glaner.
    Pour tous ceux qui glanent ou ne glanent pas, limitez la fréquentation de ces supermarchés au strict minimum si ce n’est pas possible de vous fournir ailleurs.
    Le changement ne pourra venir que des moyens de pression des consommateurs ; les baisses de profits étant plus effrayantes que les lois pour ces gestionnaires.

    17.06 à 11h26 - Répondre - Alerter
  • Quelle honte ce gaspillage alimentaire quand tant de gens n’ont pas de quoi se nourrir ! cette patronne de magasin devrait se recroqueviller dans sa coquille... Moi, si j’habitais dans le coin et que j’étais une cliente, je boycotterais !
    C’est elle qu’on devrait traduire en justice pour ne pas respecter la loi...

    17.06 à 10h40 - Répondre - Alerter
  • et si nous, les "pauvres" qui ne sommes pas d accord avec ça, on s’unissait pour porter plainte contre la gérante qui n’applique pas la loi, ce serait peut être prendre le problème dans le bon sens, non ? et faire réfléchir les autres magasins et prendre conscience que de toutes façons, n’étant pas friqués, on n’irait pas acheter ces produits. En attendant, on peut boycotter ce magasin si on n’est pas d’accord.

    17.06 à 08h53 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité