publicité
Lève-toi et marche !

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Enfants + Ecologie = joli défi > Mission n°4 : au boulot à vélo - retour d’expérience d’une novice

Enfants + Ecologie = joli défi

Par Famille_toulousaine
14-11-2012

Mission n°4 : au boulot à vélo - retour d’expérience d’une novice

Mission de novembre : tous à nos vélos !

Le contexte L’utilisation du vélo dans le cadre de mon boulot est pour un trajet de 5 km environ, de chez moi à la gare SNCF. Je passe dans une zone urbaine limitée à 30 km donc tranquille par contre ensuite je dois passer au-dessus de l’autoroute en empruntant un pont sans bas côté, avec des camions, et une allure des véhicules à plus de 50km/h.

Mon retour d’expérience J’ai enfourché ma bicyclette ce printemps pour ce trajet, avec grand plaisir, mais j’avoue avoir rencontré quelques déconvenus / désagréments :

- vol de mon vélo (spéciale dédicace à Bridget Kyoto) Je le laisse donc le matin à la gare SNCF, dans une sorte de « box » pour vélo, individuelle, fermée par chaque cycliste par son cadenas perso. Mon erreur, naïve : j’avais acheté un cadenas bas de gamme. En discutant avec d’autres cyclistes je me suis aperçue que les vols étaient assez réguliers. La gare est en pleine campagne, il n’y a pas de vidéo-surveillance qui pourrait (peut-être) être dissuasive. Les voleurs sont peinards et je pense bien équipé.

1er conseil : investir dans un / des bons cadenas, de type « en U » qui certes peut être forcé mais avec plus de mal quand même que les petits cadenas classiques. Des infos ici (merci à Sébastien, j’ai trouvé cette info sur son blog)

- grosse gamelle Un matin je me suis gamelée au niveau d’un petit pont en bois qui débouche sur un chemin en gravier. Il était humide à cause de la pluie de la veille, j’arrivais un peu trop vite et ai dérapé sur 2 mètres sur le gravier. Bilan : rien de grave mais un bras bien égratigné et une cheville gauche foulée. Je portais le casque qui je crois (ça s’est passé vite !) m’a protégé la tête.

2ème conseil : ne pas faire le kéké malgré la plaisir de rouler seule au petit matin ; porter un haut à manche longue même en été...

- cheveux gras Oui ça paraît bête mais c’est un fait : sous le casque on transpire et les cheveux se salissent plus vite !!

3ème conseil : ben je n’en n’ai pas ! Je suis preneuse si vous en avez ?

- transpiration Bon ça aussi, ce n’est pas glamour. Ce qui m’a sauvé jusqu’à présent c’est une température modérée le matin donc une arrivée au boulot encore potable ; le soir c’est moins grave d’arriver transpirante à la maison, la douche est là qui m’attend.

4ème conseil : mettre dans son sac des habits de rechange et de l’eau de Cologne pour se rafraîchir ; ne pas pédaler comme une folle le matin pour éviter de transpirer inutilement ; demander à son patron d’installer une douche au boulot :-) (bon ça c’est un doux rêve, je ne me suis pas encore lancée !)

- déraillage Oui bon, j’avoue j’ai déjà déraillé sur la route, pas top les mains toutes pleines de graisse.

5ème conseil : ne pas faire n’importe-quoi avec les vitesses ; avoir dans sa sacoche de quoi se laver les mains

J’ai pointé mes petits déboires de débutantes pas très douées, mais que cela ne vous dissuade pas de vous y mettre. Une fois la période de rodage effectuée, vous y trouverez votre compte, c’est sûr. Partir, particulièrement en cette saison au petit matin, avec un peu de brume sur la campagne, un air vivifiant, donne la patate pour commencer sa journée.

Aujourd’hui Hélas, je mets en stand-by l’utilisation de mon vélo car maintenant il fait nuit le soir quand je le récupère à la gare. Et malgré un vélo équipé de lumière et mon beau gilet jaune, je ne le sens absolument pas de rouler de nuit à cause de cette portion de parcours très mal éclairée. Je ne l’utiliserai donc plus que pour le loisir, en journée.

Pour rêver J’ai fait le canal du midi à vélo cet été avec mon mari et mon fils de 3,5 ans (ce dernier était dans une remorque et nous a accompagné pendant 1/3 du parcours). On s’est régalé !!!

COMMENTAIRES
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Pas facile d’aller en vélo au boulot quand on doit être présentable : sueur, décoiffage assuré, petite larme à l’oeil qui fait couler le maquillage et quand il pleut, on est trempé ! Les pistes cyclables sont souvent ridicules et dangereuses, et que dire des rétrécissement où nos amis automobilistes accélèrent pour ne pas rester coincés derrière ! Dommage qu’il n’y ait pas une meilleure volonté, ce serait tellement plus agréable.

    16.09 à 15h20 - Répondre - Alerter
  • Bravo ! Et dommage que cette mission se soit arrêtée !
    Pas facile de partager la route avec un flux de voiture de plus en plus important ! 1 personne / voiture , Of Course !!!Et oui ils ont de quoi remplir leur réservoir !
    Je me rends au boulot 5 jours par semaine et 2 aller- retour par jour : centre-ville /campagne.Je suis une cycliste passionnée mais j’avoue avoir de plus en plus peur, je ne me sens pas en sécurité... C’est évident : tout est fait pour les autos pas pour les vélos !!
    Je dois rentrer mon vélo ( de ville) dans le hall de mon lieu de travail, une marche + une porte lourde étroite bref c’est encore du sport ! , pas de parking / abris ?Et ce n’est pas facile d’arriver dans ce lieu d’imposer le vélo à des anti- vélos qui chacune prennent leurs voitures respectives pour faire 3 km et encore !!
    C’est sûr pas question d’arriver au boulot en jupette !!!
    Aller au ciné en vélo, où laisser son vélo ?..
    Observez les lieux de pratiques sportives ; qu’y voit-on des bagnoles sur les parking !!Ils roulent pour aller faire du sport ?
    Mais que de parking pour les autos , ah , ça oui, il y en a !!!!
    Je persiste malgré tout !
    Bicyclettement votre

    19.11 à 15h17 - Répondre - Alerter
  • Expérience vécue concluante en France, moins au Portugal ! Je reconnais bien le truc du gant de toilette et du vêtement de rechange à l’arrivée...La résistance au stress est améliorée, que des avantages, sans compter les économies ! Sortir à vélo pour aller au travail ou faire des petites courses, cela me manque... ! J’ai habité Grenoble jusqu’en 97, et les pistes cyclables souvent ombragées me permettaient de faire un parcours agréable de 10 km en une vingtaine de minutes pour me rendre dans une autre localité de l’agglomération. Par contre j’ai déchanté lors de mon arrivée au Portugal fin 97. 40 km au sud de Lisbonne, peu d’espaces pour piétons ou vélos et comportement dangereux des véhicules. Maintenant, crise oblige, transports chers, de plus en plus de cyclistes ou de piétons (et même des mamans avec poussettes) se déplacent sur la chaussée, au risque de leur vie. C’est un autre sujet, mais les dirigeants ont endetté le Portugal pour faire des autoroutes inutiles, se moquant bien d’améliorer le quotidien des habitants.

    17.11 à 20h20 - Répondre - Alerter
  • Pour ce qui est de la transpiration, il faut savoir que si la température extérieur est supérieur à 5 degrés, il est tout à fait envisageable de rouler en t-shirt avec son blouson par dessus (c’est à dire en retirant son pull le temps de rouler).

    Si on transpire, il ne faut pas hésiter à se couvrir un peu moins pour rouler (quitte à avoir des habits supplémentaires à mettre une fois arriver au boulot... ou plutôt 30 minutes après être arrivé, le temps de refroidir un peu).

    A noter aussi que de ralentir la cadence permet aussi de diminuer la transpiration... ceux qui font du footing savent très bien qu’entre la marche et le footing lent, il n’y a pas une grosse différence de vitesse pour se mettre à transpirer.

    Axel

    16.11 à 12h32 - Répondre - Alerter
  • Dur dur la vie à la campagne. Pour ma part, je vais en vélo au boulot depuis 3 ans avec une moyenne de 2 à 3 jours par semaine sur toute l’année. Je mets 30 mn à l’aller et 45 au retour car j’emprunte des pistes cyclables pour le retour qui sont plus sécurisées pour le cycliste. Je roule tranquille et suis équipée avec des vêtements bien visibles pour la nuit, le brouillard. Mon vélo possède des lumières adaptées avec dynamo dans la roue. En ville, je m’impose le respect absolu du code de la route car je ne veux pas donner du grain à moudre aux anti cyclistes et je roule avec précaution quand je passe au moment d’une entrée ou sortie d’école. Le vélo est pour moi un excellent moyen de transport compte-tenu de la distance encore raisonnable et me permet d’arriver au domicile l’esprit aérer.

    15.11 à 15h49 - Répondre - Alerter
  • Super d’avoir tenté l’expérience. Si vous avez des boxes SNCF c’est que vous devez être à la campagne avec des élus souvent très peu motivés par le vélo et donc très peu d’aménagements appropriés. Il y a donc une part de courage. Bravo !

    Circuler à la campagne n’a rien à voir avec la ville, c’est beaucoup plus dangereux (vitesse des voitures, éclairages, aménagements...).

    15.11 à 15h13 - Répondre - Alerter
    • Bonjour !
      En fait la petite portion de route mal éclairée, sans bas-côtés, etc.....enfin pas adaptée pour les cyclistes, commence dès le panneau qui indique que je sors de ma ville (pas deux mètres après le panneau, juste au panneau :-). Et de cet endroit à la gare, c’est la galère. Arrivée à la gare, à nouveau une belle piste cyclable. En fait c’est aussi probablement un manque de liaison entre chaque ville qui manque. Je m’en étais aperçue aussi à Montpellier, des pistes cyclables qui ne mènent nulle-part, c’était aberrant.
      Mais mis à part celà, au sein de ma ville (Villeneuve-Tolosane, nous sommes voisins !) je trouve que c’est correct en termes de pistes cyclables, ils viennent même d’en faire une nouvelle pas loin de mon parcours.
      Bonne journée !

      21.11 à 13h46 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Pas facile d’allier Ecologie et Vie de famille avec des enfants en bas âge (cf les couches, la logistique compliquée qui impose souvent la voiture...etc) Une famille en région toulousaine relève le défi et vous fait part de son expérience !!

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
Site conçu avec
publicité