publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Scènes, climat et remue-méninges > Arts du spectacle au prisme du développement durable

Scènes, climat et remue-méninges

Par Hervé Fournier, Dominique Béhar
15-02-2017

Arts du spectacle au prisme du développement durable

Colloque international 8-10 mars 2017

Arts du spectacle au prisme du développement durable
De la sortie des énergies fossiles des lieux culturels aux enjeux esthétiques : questionnements artistiques au prisme du développement durable Dépasser les expériences demeure le défi principal des acteurs culturels s’autorevendiquant du développement durable. Le champ académique apporte des éclairages bienvenus pour rafraichir le sujet ou simplement en poser les problématiques et le vocabulaire associé.

Une « notion problématique » que celle du Développement Durable selon les mots de Philippe Henry.

Exposer les « ambivalences des relations entre arts de la scène et développement durable » telle est l’intention académique posée par Daniel Urrutiaguer, [1], directeur scientifique de la manifestation : des arts pour/dans/comme (for/in/as) le développement durable. Dès lors, les interventions vont s’organiser autour de plusieurs axes :

• Relations des arts avec l’environnement

• Participation des populations locales

• Diversité artistique et culturelle

• Solidarités et communautés

• Médiation et entrepreneuriat

Les contributeurs choisis dans le cadre d’un appel à communication sont principalement européens (Italie, Belgique, France, Serbie...), mais aussi de Côte d’Ivoire et du Brésil.

Les arts de la scène s’approprient depuis longtemps les questions de développement durable avec tous les leviers de la créativité. Démarches participatives dans le teatro forum y compris dans des projets audiovisuels (Natacha Cyrulnik), ancrage territorial, art contextuel des compagnies et de festivals en interaction avec les populations locales (Théâtre de l’Opprimé à Paris, Carte Blanche à Volterra, Souffle vert à Liège, Teatro Povero di Monticchiello), les récits et expériences sont multiples et donnent lieu ici et là à des observations académiques très riches :

• Qu’est-ce qu’un théâtre en circuit court ?

• Quels territoires engendrent les expériences de récit culturel « durable » ?

• Comment s’incarne le « développement culturel durable » ?

• Comment réconcilier la rhétorique des projets et leur mise en pratique au regard des principes du DD ?

Revisiter l’histoire des arts de la scène et de la musique à l’âge de l’anthropocène

Le projet de recherche lancé en septembre 2016 par la MSH Bourgogne (François Ribac) est singulier : à partir d’études de cas (La lutherie, une fabrique de guitares électriques), une équipe pluridisplinaire (Sociologie de la Culture, Sciences de l’Information et de la Communication, Archéologie des médias, Écomusicologie) parcourt l’histoire de l’art sous l’angle de la modernité, des ressources disponibles, des récits collectifs et des allers retours entre le proche et le lointain (espace, temps) La question du développement durable réinterroge le mode de faire des projets culturels ; cette interrogation doit concerner les politiques culturelles pour les sortir de l’impasse aujourd’hui au regard des enjeux sociaux (lien social), interculturels (quels droits culturels en l’absence de récit commun ?), territoriaux (fractures)

Poser quelques jalons au-delà des expériences vécues pour une recherche à ce jour timide, « balbutiante » sur le sujet est donc le principal acquis de cette manifestation. La triple implication des institutions scientifiques (Universités Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – et Lumière Lyon 2 Ecole de Commerce de Bourgogne) augure d’une ouverture aux modèles d’affaires (vulnérabilité, pérennité des modèles, éco conception des projets, entrepreneuriat), aux confrontations artistiques (la vision utilitariste des arts pour le développement durable n’est pas un sujet en soit ! Les arts du conte sont parties prenantes du programme en tant que fabrique d’imaginaires), aux enjeux de médiation et de transmission.

Les captations sonores des échanges seront prochains mis en ligne.

[1] Professeur des universités en arts de la scène (laboratoire Passages XX-XXI)

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Hervé Fournier et Dominique Béhar animent Terra 21, un bureau d’étude qui intervient notamment dans la sphère des industries culturelles, principalement la filière spectacle.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
publicité