publicité
Accueil du site > Actu > Société > Adeptes de la « parentalité lente », participez à notre appel à témoins (...)

Adeptes de la « parentalité lente », participez à notre appel à témoins !

Taille texte
Adeptes de la « parentalité lente », participez à notre appel à témoins !
(Crédit photo : Steve Ford Elliott - Wikimedia)
 
Judo-piano-tennis pour la grande ; badminton-violon-scoutisme pour le petit : chez vous, un mercredi, ça ne ressemble pas à ça ! Dans votre foyer, les enfants ne croulent pas sous les activités. Racontez-nous !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Vous avez des enfants et pensez que des moments d’ennui ou de rêverie ne sont pas nécessairement à bannir de leur emploi du temps ? Que les inscrire à une dizaine d’activités par semaine n’est vraiment pas dans leur intérêt ? Que des temps libres leur permettent de mieux s’épanouir ? Bref, vous pratiquez le « slow parenting », la « parentalité lente » ?

Décrivez en quelques lignes, dans les commentaires sous cet article, ce que cela signifie pour vous et vos enfants au quotidien. Parlez-nous de vos bonnes résolutions, de comment vous les avez tenues et peut-être des difficultés que vous avez rencontré en tant que « slow parents ». Nous prendrons contact avec vous et, qui sait, peut-être vous lira-t-on bientôt dans les colonnes de Terra eco !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour !

    Chez nous on vit un peu à deux vitesse. Il y a la vitesse de ma fille aînée, qui est scolarisée à sa propre demande depuis 2 ans et qui fait du théâtre, du scoutisme, du cheval et de l’accordéon, à sa demande encore.

    Et puis la vitesse de ses deux frères, non-scolarisés (l’école est considérée au même niveau que n’importe quelle autre activité ici : on y va que si on en a envie…), et ne faisant à peu près aucune activité "extra-scolaire" non plus. Ils ont testé, les années précédentes, un peu de tennis, et même essayé le foot ou je ne sais quoi à la rentrée, mais ça les gonfle. Globalement, je crois que c’est ce monde d’adultes qui se veulent tout-puissants quelle que soit la situation qui les gonfle. Faire ce qu’on nous dit de faire, quand on nous dit de le faire, pendant une heure ou deux de temps d’activité, ça ne leur fait pas plaisir.
    Mes enfants aiment jouer. Ils passent des heures à s’inventer des mondes avec les Playmobils, les Kaplas et les Sylvanian, ils bouquinent aussi, et puis on joue ensemble.
    Je ne crois vraiment pas que "s’ennuyer" soit une chose constructive, et mes enfants s’ennuient peu. Mais ça arrive, et dans ces cas-là ils sont demandeurs d’un jeu avec moi, d’une histoire, d’une activité. Mais il y a tellement à faire dans une vie quotidienne : un repas, un coup d’aspirateur, des courses. Le meilleur moyen de m’en sortir c’est de les impliquer dans tout ça.
    Alors est-ce que c’est "lent" ? Je ne sais pas. En tout cas ce n’est pas vide. Mais mes garçons n’aiment pas faire des bornes pour une activité à tout prix. Ils n’aiment pas être contraints. Cette année, notre association non-sco a proposé aux enfants un cours de théâtre, une fois tous les quinze jours, à partir du mois de mars. Ça a été les trois premières fois (le temps de dire : ouais ! On continue), et ça commence à les soûler. Parce qu’il "faut" y aller. Qu’on est engagés, qu’on respecte cet engagement. C’est un apprentissage, mais je suis bien contente que ça ne soit pas une course aux activités, toutes les semaines. Parce que l’énergie dépensée par moi pour les bouger est grande et que je préfère aller faire la sieste avec eux au bord du lac !

    Ce qui est bon dans la non-scolarisation, c’est aussi ce sentiment de profiter les uns des autres. Mes enfants vont grandir, ils ne seront pas éternellement des enfants. J’ai l’impression que pas mal de familles où les enfants sont scolarisés ont des fins de semaine chargées aussi, pour rattraper ce temps perdu à ne pas se voir. Chez moi, il arrive souvent qu’on ne fasse rien du WE, qu’on reste là, parfois même dans la maison. On est bien aussi. Et moi, je profite d’eux, de leur enfance si éphémère, de leur "devenir grands" qui demande tant de bienveillance et d’écoute, que tout notre temps y passe.
    Nous écouter les uns les autres, apprendre à vivre ensemble, dans ce cercle restreint qu’est la famille… C’est l’activité qui nous prend le plus de temps.

    25.05 à 10h12 - Répondre - Alerter
  • Vivre à la campagne facilite les choses sans doute.
    Sortir sans crainte pour aller pêcher, cueillir, se balader le nez au vent etc.
    Répondre juste à une demande si cela est possible.
    Discuter, négocier, participer et parfois proposer.
    Pas besoin d’emploi du temps stressant, des grasses matinées si désir est.
    Des repas en paroles.
    Les obligations des uns et des autres suffisent pour apprendre la discipline, le respect, la responsabilité.
    L’amour présent à tous les instants (ou presque !) génère du bonheur.
    Les conflits existent et sont nécessaires, apprendre à les résoudre sans violence est utile pour devenir adulte.
    Consommer des animations en place d’une réflexion sur le temps dit : "libre" n’est pas mon choix.
    Mais chacun ne fait-il pas au mieux de ce qu’il peut ?
    Cordialement.

    23.05 à 12h34 - Répondre - Alerter
  • Merci pour cet appel à témoin !

    Responsable Scout il y a près de 20 ans, j’indiquais déjà aux parents que charger le planning des enfants avec moults activités n’était pas un gage de bon épanouissement.

    Depuis, parent de 2 garçons de 11 et 13 ans, nous leur appliquons ce principe :
    Pas d’activité le soir en semaine pour un coucher vers 20h et une extinction des lumières à 20h30 favorise la lecture.
    Pas d’écran après 19h00 pour éviter les excitations.

    Globalement, une activité le mercredi (théatre pour l’un anglais pour l’autre) et le scoutisme qui est un loisir complet qui permet de développer de plus les jeunes et de prendre confiance.

    Et bien entendu, puisque c’est possible pour nous, une proximité avec les grands-parents pour le lien familial.

    A votre disposition si besoin de plus de détails.

    22.05 à 17h09 - Répondre - Alerter
  • Je lis l’article, les commentaires, bien sûr cela me parle... Chez nous, nous avons fait le choix du 4/5e tous les 2, pour ajouter à la vie de famille un interlude le mercredi, et pouvoir offrir a nos enfants ce repos, et a nous-memes cette deconnexion de la vie pro.
    Car oui, on s’est rendu compte que quand on bosse plein temps, on a la tentation de payer aux enfants des activites de fin de journee et de mercredi pour eviter le bruit de la garderie et du centre aere (ou pour acheter notre conscience, style ’non mais ca va etre genial, elles seront bien’ ?!).
    Et le mercredi, depuis, et bien on ne fait rien ou presque ! Comme on essaie d’etre a l’ecoute de nos filles, et bien on les laisse trainer, chercher quoi faire, on propose un jeu, une sortie, et si pas d’envie, on laisse faire (pas toujours facile pour nous d’ailleurs). Parfois on impose... Mais de la a organiser une activite systematique, ah non... la liberte de s’ennuyer, c’est important ;-)

    21.05 à 21h41 - Répondre - Alerter
  • Chez nous, à l’époque, lointaine, où nos filles cumulaient les activités le mercredi, un abonnement de taxi avait résolu en grande partie le problème... Avec un regroupement familial le midi au resto quand même ;-))

    21.05 à 20h10 - Répondre - Alerter
  • Bonjour :-)

    J’ignorai même qu’il existait une parentalité lente, c’est vrai que je ne me sens pas l’âme d’une génitrice d’apprenant :-)

    Néanmoins nous avons choisi, sans calcul particulier, de laisser nos enfants respirer et construire leurs choix et leurs espaces, tout en les accompagnant et en discutant de ces choix.

    Ils ont montré un désir de musique que nous avons soutenu, sans jamais faire la moindre pression. les résultats ont été vraiment bons. quand ils avaient envie de faire du cheval, ou d’aller faire des activités variées, aller voir un spectacle, nous étions disponibles.
    De plus ils étaient conscients des limites de nos moyens et étaient toujours reconnaissants de tout ce que nous avons pu faire pour leur apporter activités et culture.

    mais quand ils ne voulaient rient faire...glandouiller :-) nous n’avons jamais formulé d’exigence car finalement nous nous rendions compte qu’ils grandissaient aussi grâce à ce temps de rêverie, qui était visiblement pour eux un temps de liberté...par rapport aux exigences scolaires, sociales, etc...
    c’était leur espace d’intimité et il nous paraissait indispensable de le respecter.

    nos enfants semblent heureux, équilibrés affectivement, créatifs, relativement cultivés par rapport à la moyenne :-) et avec une bonne réussite scolaire et professionnelle.
    et cela sans avoir jamais été surbookés.

    Mais ce n’est qu’une expérience personnelle, en accord avec notre philosophie et nos rythmes de vie.
    Il y a sans doute bien d’autres voies pour épanouir les enfants.
    Tout est possible, tant que l’on s’inscrit dans le champ de l’amour ?
    Cordialement

    delphine

    21.05 à 18h36 - Répondre - Alerter
  • Votre appel me parle beaucoup, je pratique sans le savoir. Chez nous, les garchons (8 et 6 ans) ont une seule activité le mercredi - de l’escrime - et cela suffit largement ! Et je leur répète souvent que c’est très bien de s’embêter quand ils ne savent pas quoi faire : moyennant quoi, ils ont appris à dessiner tout seul à bricoler des cartons, à faire des courses de vitesse de vélo dans la rue...
    L’excès d’activité induit de la fatigue, peu de plaisir au final (et coûte cher en temps, en conduites et en investissement financier !). L’enfance, c’est aussi fait pour avoir du temps devant soi, il me semble, et de l’ennui naît la créativité... J’ajoute : nous n’avons plus la télé, pas de tablettes (et on le vit bien !)...

    21.05 à 17h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité