publicité
Accueil du site > Actu > Nature > A la rencontre du premier boucher végétarien du Canada
19-11-2014
Mots clés
Alimentation
Canada
BLOG

A la rencontre du premier boucher végétarien du Canada

Taille texte
A la rencontre du premier boucher végétarien du Canada
(Crédit photo : En pleine ère)
 
Les écoblogtrotteurs d'En pleine ère, Ombeline et Mathieu, nous emmènent à la découverte d'une famille d'illusionnistes : avec eux, le steak est saignant mais végétal, le chou a le goût du poulet et les pois chiches celui du thon !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

En début d’année, alors que je chavirais lentement vers le végéta*isme, une grande nouvelle est venue secouer l’assiette des adeptes du simili-carné : les délicieux produits hollandais du seul et unique Vegetarian Butcher seraient bientôt disponibles à la vente en France ! Moi, j’ai haussé les épaules… Les substituts de viande, ça n’a jamais été mon truc. Chaque nouvelle tentative finissait par une grimace, je trouvais toujours la texture un peu étrange, le goût souvent fade… Et puis, on a rencontré la famille Abramson, au hasard des rues de Toronto, propriétaire de YamChops, premier boucher végétarien au Canada !

Des steaks rouge betterave

Enoncé de la sorte, le concept semble un peu antinomique… Certes. Je suis moi-même rentrée dans la boutique avec un peu d’appréhension. Je me demandais à quoi pouvait bien ressembler une bavette végétale ! Et puis, une fois la cuillère dans le bec, il faut bien admettre que le résultat est tout à fait bluffant.

Dans les vitrines du boucher, les steaks sont rouge betterave. Le poulet n’en a que la texture, le bœuf la couleur… Les papilles sont sollicitées à chaque bouchée. On devine parfois la fraîcheur d’un brin de coriandre, le caractère du tahin ou le croquant du chou, mais difficile d’identifier avec certitude la combinaison gagnante.

Ma préférence va à la marinade de thon, qui n’en a jamais vu une miette évidemment, savoureux mélange de pois chiches, de mayonnaise vegan, de câpres, de cornichons et de céleri. Le genre de recette qui conviendrait, généreusement étalée, sur les tartines du dimanche soir, si vous voulez mon avis !

Du bacon ou faire l’amour ?

La spécialité de YamChops (qui signifie « côtelettes d’igname », au fait), c’est son bacon. Oui, parce que, ici au Canada, le lard a plutôt très bonne presse. On en mange du matin au soir, et plutôt deux fois qu’une. J’ai même lu que, selon une récente étude menée par Maple Leaf Food, 43% des Canadiens interrogés préfèreraient manger du bacon plutôt que de faire l’amour. C’est vous dire !

Nous ne partageons pas cette passion pour le bacon, mais celui de la boutique a déjà épaté plus d’un omnivore. Nous n’en avons pas fait l’expérience, puisque bien trop occupés à comparer le bœuf à la sauce mongole et le porc sauté, mais il faut reconnaître que la recette attise la curiosité. Le « coconut ba-con », comme ils l’appellent, se compose de copeaux de noix de coco, marinés dans une sauce au tamari et au sirop d’érable, puis dorés au four jusqu’à ce qu’ils croustillent sous la dent.

Comme bien souvent chez le boucher, on retrouve aussi toutes sortes de condiments et de plats préparés : salades de quinoa, de kale ou de pommes de terre, bouchées de crabe sans crabe, escalopes panées et autres amuse-gueule au saumon fumé (comprenez, surmontés d’une lamelle de carotte marinée !)… La plupart de ces plats sont vegan, souvent sans gluten, préparés avec une grande majorité de produits locaux, ou issus de l’agriculture biologique, et toujours suivant le rythme des saisons.

Donc si on résume : Yamchops, c’est une belle brochette de produits, tous plus savoureux les uns que les autres, bons pour la santé et l’environnement… Et c’est aussi une histoire de famille.

Faire valser les papilles néophytes, carnivores ou curieuses

Laissez moi faire les présentations : il y a d’abord Armstrong, boucher au tablier immaculé (ou presque), végétarien depuis plus de quarante ans, accompagné de Toni, que l’on retrouve derrière le comptoir, et qui ne vous laissera pas filer sans avoir tout goûté, puis il y a leur fille Jess, passée maître dans l’art de créer des jus frais !

Le couple, fatigué du monde de la publicité dans lequel il baignait depuis plus de vingt ans, a décidé de fermer boutique pour en ouvrir une toute nouvelle, en harmonie avec leurs convictions. En juin dernier, YamChops ouvrait ses portes avec la ferme intention de faire valser quelques papilles, qu’elles soient néophytes, carnivores (voire sceptiques), ou simplement curieuses.

- Ce billet a précédemment publié sur le blog En pleine ère. Pour découvrir le reste du projet, rendez-vous ici ou sur leur page Facebook.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité