publicité
Accueil du site > Actu > Culture > À financer : L’imagier trilingue
28-05-2014
Mots clés
Education

À financer : L’imagier trilingue

Taille texte
À financer : L'imagier trilingue
(Crédit photo : DR)
 
Fin de la collecte : 23 juin 2014. Thématique : Education. Objectif : 5 810 euros.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 58 - juin 2014

Football : je t’aime… moi non plus

Sirdipen, început, début. Le chapitre originel de l’imagier Passerelle a pour décor le bidonville de Ris-Orangis (Essonne), où habitaient 250 Roms. Joanna Zimmermann, plasticienne d’origine brésilienne, et Victoria Zorraquin, journaliste d’origine argentine, y font connaissance avec les familles, tout en aidant l’association Perou (Pôle d’exploration de ressources urbaines), qui tente alors d’améliorer les conditions de vie des habitants.

Mais le 3 avril 2013, le bidonville est évacué, et tous ces efforts sont réduits à néant. « Tout ce travail détruit nous a donné envie de créer quelque chose qui perdurerait, explique Joanna Zimmermann. Une fois arrivés à Grigny (Essonne), où les familles se sont ensuite installées, l’année scolaire se terminait. On a donc proposé une colonie de vacances pour les enfants. » Très vite, l’idée de Passerelle, un imagier trilingue, s’impose. « A Ris-Orangis, on s’était aperçus que les enfants avaient un grand manque de vocabulaire. Ils pointaient souvent les choses pour demander comment ça se disait en français. La langue, c’est le plus grand outil dans un pays étranger. »

Romani, roumain, français

Pendant la colo, les enfants dessinent donc, et chaque illustration est accompagnée du mot qui la décrit en romani, en roumain et en français. L’objectif est désormais de publier ce travail. Et pour récolter les fonds, une campagne de financement participatif a été lancée sur Ulule. « On a choisi de faire une collecte parce que c’est pour nous une manière d’ouvrir les portes du projet. On le construit tout en communiquant. » D’ici au 23 juin, ce sont 5 810 euros qui devront être récoltés. Fajn, final, fin. —

A financer ici

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Des gazons de Ligue 1 à Terra eco, la couleur ne change pas.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité