publicité
Accueil du site > Actu > Nature > A financer : L’Oasis de Serendip

A financer : L’Oasis de Serendip

Taille texte
A financer : L'Oasis de Serendip
(Paysage de la Drôme. Crédit photo : Oasis de Serendip)
 
Objectif : 30 000 euros. Mission : financer cette « forêt comestible » dans la Drôme, qui accueillera également des ateliers d'initiation à la permaculture.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 63 - décembre 2014

Cuisinez local !

Fermez les yeux, imaginez. Une forêt comestible dans laquelle poussent 600 arbres, arbustes et buissons. Un peu plus loin, un potager, une école, des chambres d’hôtes et un camping à la ferme. Rien que ça ! Le tout dans un cadre magnifique, en plein cœur de la Drôme. Dans l’idéal, à 15 kilomètres maximum autour de la ville de Crest. Pour que ce lieu voie le jour, les porteurs de projet doivent récolter 30 000 euros via la plateforme de financement participatif Kisskissbankbank. « L’Oasis de Serendip, c’est l’idée d’aller dans le sens de la nature : Instaurer un système qui produise du sol au lieu de le détruire, explique Samuel Bonvoisin, à l’origine de la forêt comestible et agronome de formation. Si l’on regarde dans l’histoire, on voit qu’avant il y avait de nombreuses forêts-jardins qui permettaient aux hommes de se nourrir. En France, aujourd’hui, il y a très peu de lieux de ce genre. » La forêt sera gérée selon les principes de la permaculture (culture sur petite surface inspiré du fonctionnement de la nature). Pour la petite histoire, le nom « Serendip » a été choisi en référence au conte persan Les Trois Princes de Serendip, à l’origine du mot « sérendipité » – faire par hasard une découverte inattendue et en saisir l’utilité.

Ecole et camping

Mais l’Oasis n’est pas seulement une forêt et se donne comme ambition d’accueillir du public. De deux manières. D’abord grâce à des hébergements (gîtes et camping) durant la belle saison, « afin que tous les budgets puissent découvrir le lieu », précise Samuel Bonvoisin. Ensuite par des ateliers cuisine, potager bio, initiation à la permaculture, etc. « L’idée, à terme, serait même d’ouvrir une école au sein de l’Oasis », précise Samuel Bonvoisin. Une école pas tout à fait comme les autres, qui mettra en place des pédagogies alternatives.

A financer ici

Le site de l’Oasis de Serendip

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Qu’il est beau votre projet, et comme il met du baume au coeur des Crestois, dont nous sommes !!!
    Nous ne pouvons que vous encourager et vous soutenir.
    Faites parler de vous et surtout, tenez-nous informés !
    Bonne route ! Amitiés

    8.11 à 11h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité