publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Conso > A Bordeaux, avec les rois de la bidouille
27-06-2013
Mots clés
Société
Recyclage, Déchets
France

A Bordeaux, avec les rois de la bidouille

Taille texte
A Bordeaux, avec les rois de la bidouille
(Crédit photo : Quentin Salinier pour « Terra eco »)
 
Le « do it yourself » a désormais sa fête. Depuis un an, les Open bidouille camp ont débarqué en France. Suivez-nous en virée en terre girondine, entre bombes végétales, imprimantes 3D et automassage !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Il est venu avec son skate, dans l’espoir d’y ajouter un moteur. Valentin Wechsler a 13 ans, un air d’enfant qui ne durera plus très longtemps, un sac à dos Eastpak sur les épaules, une main dans la poche, l’autre tenant sa planche au bout du bras tendu. « Pas possible sur une planche classique, lui répond Laurent, 45 ans, rider professionnel et développeur de sites Web. C’est trop petit. Aujourd’hui, on a prévu de le faire sur cette vieille planche à voile. » Tant pis, Valentin a aussi prévu de bidouiller des ordinateurs de récup, fabriquer des stickers avec une découpeuse vinyle, s’initier à Arduino – des circuits électroniques – et aller voir à quoi ressemble l’imprimante à graffitis.

« Pas que des bobos ! »

A la fin du mois d’avril, Valentin participait, comme des dizaines de visiteurs de tous âges, au premier Open bidouille camp de Bordeaux, OBC pour les initiés. Késako ? « Une fête populaire dédiée à la bidouille ou do it yourself (fais-le toi-même, DIY), en mode atelier », tel que l’énonce le site de l’association. Le premier du genre s’est déroulé le 22 septembre dernier à Mains d’Œuvres, un lieu culturel de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), sur une idée de Sabine Blanc, journaliste fondue de hacking et d’éducation numérique. Son inspiration ? Le mouvement américain des « Maker Faire », lancé en 2006 par le magazine Make, la bible américaine des adeptes du DIY.

« Ça a super bien marché », raconte Ophélia Noor, jeune trentenaire parisienne, devant l’imprimante à graffitis – une barre en fer sur laquelle on a fixé sept bombes de peinture, le tout commandé par un ordinateur portable. La jeune femme fait partie de l’équipe des fondateurs. « On a eu plus de 1 000 personnes dans la journée, des gens enthousiastes. Et pas que des bobos ! On s’est dit qu’on tenait quelque chose qui avait du sens, qu’il fallait le développer. On a alors organisé une seconde édition au Fablab (laboratoire de fabrication mis à la disposition du public, ndlr) de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). A Brest (Finistère), l’association des Petits débrouillards a tout de suite repris le principe. Ils en ont fait trois cette année. Il y a des demandes à Lille, à Poitiers. On a écrit une charte. On ne centralise rien, chacun son autonomie. Si vous respectez la charte, on vous envoie le graphisme. Le plus important : la gratuité, l’accessibilité à tous. Et s’amuser ! », poursuit Ophélia. La jeune femme a fait des études de cinéma, s’intéresse au graffiti depuis l’adolescence, a travaillé dans des festivals puis est devenue journaliste photo pour le site Owni.fr, en 2010.

Depuis l’an dernier, elle fréquente le Graffiti Research Lab (GRL), qu’elle représente ici. « Grapheurs et makers y créent ensemble, grâce aux outils numériques. Le mouvement, né à New York en 2005, est maintenant présent à Tokyo, Berlin, au Canada et à Paris depuis 2011. » Ophélia connaît bien le mouvement DIY actuel : « Il y a des valeurs communes dans l’électronique, le jardinage, la permaculture. Ça résonne avec des questions contemporaines, écologiques : le recyclage, l’obsolescence programmée, l’‘‘ open source ’’, les licences libres… »

Utopie en marche

A Bordeaux, l’événement se déroule dans le nouveau lieu de l’avant-garde écolo : le Darwin Ecosystème. 20 000 mètres carrés d’anciens magasins généraux, dont la moitié est consacrée à une utopie en marche, initiée par des membres de l’agence de communication responsable Innoxia. Un monumental bâtiment écorénové, des entreprises engagées, un rucher, une ferme urbaine, une ressourcerie, un skate park, une salle de danse, un atelier de réparation de vélos et de motos… Et bientôt : une épicerie et un resto bios, une crèche écolo. « On attire tous les projets et événements écolos du coin », commente Jean-Marc Gancille, un des maîtres du lieu, en regardant la foule qui a envahi le parvis. Pas étonnant que l’OBC prenne ses aises ici. L’événement est un concentré bouillonnant de nouvelles cultures urbaines et de luttes écolos. Ce sont deux univers où l’on ne veut plus se contenter de théoriser et où l’action remplace la peur du futur.

Le gaspillage alimentaire vous révolte ? Allez donc couper des légumes dans le coin de la Disco Soupe, où une joyeuse bande prépare une délicieuse salade avec des radis et des tomates récup. Le béton des villes vous oppresse ? Venez fabriquer des bombes à graines ou un mur végétal sur une palette au stand des Incroyables comestibles. Le monde de la fast-fashion (vêtements bon marché et de faible qualité) vous fait vomir ? Rendez-vous dans le secteur des machines à coudre et apprenez à vous servir d’un fil et d’une aiguille avec les Sew & Laine, Recup’R et L’Upcyclette, trois organisations menées par des stylistes capables de faire des miracles avec de vieilles frusques. Vous ne voulez plus être otage de l’industrie pharmaceutique ? Rejoignez le cercle d’individus étranges au milieu de l’espace : debout les uns face aux autres, ils se tapotent le ventre en suivant la douce voix d’une jeune femme. N’ayez pas peur. Ça n’est pas une secte, mais un atelier d’automassage « do-in », une technique issue de la médecine traditionnelle chinoise.

« Geeks » pas autistes

Tout ça n’a cependant rien à voir avec une bande de néobabas. Au stand de l’atelier de réparation de vélos, un étudiant en architecture diagnostique une roue voilée à une jeune et jolie urbaine, qui tente de regonfler en vain son pneu et converse avec le bouchon dans la bouche. Chez Les Petits débrouillards, la pétillante Estelle Laubez, qui accomplit son service civique dans l’association, déploie des trésors de pédagogie et de clownerie pour faire aimer les sciences aux enfants. Et tout autour, on croise des geeks, tout sauf autistes.

« Au départ, les hackers restaient entre eux, raconte Frédéric Jourdain. Puis, certains ont eu envie de diffuser leurs connaissances. Du coup, le mouvement des “ hackerspaces ” est très ouvert. Ça fait même partie de leur ADN. » Cet ex du hackerspace toulousain a créé Snootlab en 2010, une boîte qui conçoit et commercialise des composantes Arduino. Elles permettent au plus grand nombre de fabriquer des dispositifs électroniques customisés. Un outil développé en « open source » dont s’empare une foule de makers dans le monde entier. De la même façon qu’ils se sont appropriés l’imprimante 3D. Il y en a d’ailleurs deux sur l’OBC de Bordeaux. Elles sont les stars du moment, toujours cernées par un groupe de curieux. C’est non loin d’une RepRap, une des imprimantes 3D les plus diffusées, que je retrouve Valentin. Il a sorti son ordi et s’est installé à côté d’un « développeur et musicien », nommé Joseph Larralde. Ce trentenaire fait partie des Morphogénistes, une association sur les arts numériques qui développe des instruments de musique. Il initie Valentin à un logiciel – « open source », faut-il le préciser ? – « de pure data, pour faire du son, des patchs ». Des quoi ? Pour comprendre une seule solution : do it ! —

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité